Patrimoine en Franche-Comté - Usine de chaudronnerie Thiébaud

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Usine de chaudronnerie Thiébaud

11 rue du Jura
25 - Trévillers
Dossier IA25001157 réalisé en 2013

Illustrations

Historique

L'horloger Émile Thiébaud (1891-1973) construit en 1913, au long de la route de Goumois (rue du Jura), une maison avec en retour d'équerre à l'est un atelier éclairé par trois grandes fenêtres. Né à Buttes (Suisse) le 18 janvier 1891, Thiébaud a tout d'abord pratiqué la mécanique chez le fabricant de machines à tricoter Dubied, dans le Val de Travers, puis en 1910 à Maîche chez le fabricant d'horlogerie Mauvais Frères et Rondot. Il a acheté l'année suivante le fonds de commerce d'un fabricant de pignons de montres et de forets pour horlogers, et s'est installé le 1er mars 1911 à Trévillers. Deux ans plus tard, lorsqu'il construit son atelier, il emploie une quinzaine de femmes. Embauchant quelques mécaniciens, il diversifie ses activités, lance la fabrication d'un petit étau (dont il produira jusqu'à un millier de pièces par mois et pour lequel il s'assurera un monopole de fait entre 1918 et 1924), brevète un chapeau de cheminée et réalise des systèmes de fermeture métallique pour "tué" (grande cheminée des fermes du Haut-Doubs). Abandonnant l'horlogerie, il s'oriente vers la fabrication du matériel de laiterie et de fromagerie, notamment les génératrices à vapeur, ce qui le conduit à fonder en 1923 son entreprise de chaudronnerie, qu'il développe à la fin de la décennie et au début des années 1930. Il achète alors dans le village quelques maisons portées sur le plan cadastral napoléonien de 1812 (D 40, 58, 65, 82 et 111), y loge ses ouvriers, transforme vers 1930 l'une d'elle (D 65, vers l'actuelle rue du Contremont) en atelier, agrandit en 1932 celui existant et s'équipe de marteaux pneumatiques. Il achète aussi certaines machines de la scierie Thidric, de Maîche, pour créer un atelier de menuiserie (dans la maison D 65 ?) lui permettant de fabriquer cuves à fromage, presses et barattes. En 1938, il construit un nouvel atelier de chaudronnerie au lieu-dit le Calvaire (rue du Contremont). Ce site et celui de la rue du Jura connaissent une forte expansion dans les années 1948-1951. L'atelier édifié contre le logement est de nouveau agrandi, et un entrepôt industriel est implanté (en 1950-1951), face à lui de l'autre côté de la rue, utilisé notamment pour le séchage et le stockage du bois des îles (teck, zingana, azobé, etc.) servant à la fabrication des barattes. Un autre bâtiment (de 200 m2) voit le jour dans le prolongement de celui de la rue du Contremont, qui disparaîtra dans un incendie le 18 mars 1965. La Sarl Émile Thiébaud (au capital de 1 320 000 F), créée en 1948, est alors gérée par le fondateur auquel sont associés ses deux fils Émile et Charles et sa fille Jeanne. Employant 45 personnes en 1950, elle fabrique des chaudières à vapeur et réalise des installations complètes de fromageries. Elle occupe 28 ouvriers en 1965 dont 17 à l'atelier de chaudronnerie, équipé de quatre marteaux pneumatiques, de cisailles, meuleuses, disqueuses, postes de soudure à acétylène, chalumeaux au propane, etc. La Sarl demande l'autorisation de rebâtir l'atelier incendié, sur une superficie de près de 900 m2 (30,66 x 28,60 m), autorisation accordée par l'arrêté préfectoral du 22 juillet 1966 mais demeurant sans suite. Toutefois, par la suite, la société n'accompagne pas le mouvement général de modernisation des fromageries (avec mécanisation, automatisation et informatisation) au sein d'une branche d'activité en rapide restructuration. En 1995, alors qu'elle est dirigée par Jean Thiébaud, petit-fils du fondateur, assisté de son frère Denis, elle ne compte plus que quatre personnes. En 2013, l'établissement de la SA Thiébaud, référencée dans la rubrique "chaudronnerie nucléaire", est désaffecté.

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principale1er quart 20e siècle, 2e quart 20e siècle, 3e quart 20e siècle

Dates

  • 1913daté par source, daté par travaux historiques

Description

Les bâtiments du 19e siècle et du début du 20e siècle sont en moellons calcaires enduits, les autres font appel au béton. L'entrepôt industriel de la rue du Jura, formant un vaisseau, a une structure en pan de fer avec hourdis de béton coulé et essentage de tôle (des plaques de désensablement). Dans cette rue, la maison et l'atelier ont quatre niveaux (soubassement ou sous-sol, rez-de-chaussée surélevé, étage carré et comble à surcroît), deux seulement pour le corps dans l'angle nord-est (coiffé d'un appentis métallique à croupe) et pour les bâtiments de la rue du Contremont (atelier avec étage de soubassement et rez-de-chaussée surélevé). Les toits sont à longs pans, pignons couverts et tuiles mécaniques, ceux des ateliers et de l'entrepôt étant portés par une charpente métallique. Plusieurs bâtiments préfabriqués métalliques à parois inclinées Fillod servent d'entrepôt rue du Contremont.

Afficher les données détaillées

  • Murscalcaire / moellon / enduit / béton / enduit / fer / pan de fer / essentage de tôle
  • Toittuile mécanique / métal en couverture
  • Étagesétage de soubassement / rez-de-chaussée surélevé / 1 étage carré / comble à surcroît
  • Couvrementscharpente métallique apparente
  • Élévationsélévation ordonnancée
  • Couverturestoit à longs pans / pignon couvert / appentis / croupe
  • Escaliersescalier dans-oeuvre / escalier de distribution extérieur / escalier droit / en maçonnerie
  • Énergiesénergie électrique / achetée

Documentation

Documents d’archives

  • 3 P 572 Cadastre de la commune de Trévillers (1812-1938)3 P 572/1 : Registre des états de sections (1812)3 P 572/2-3 : Matrices cadastrales des propriétés bâties et non bâties (19e siècle)3 P 572/4 : Matrice cadastrale des propriétés bâties (1882-1910)3 P 572/6 : Matrice cadastrale des propriétés bâties (1911-1938)
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 3 p 572
  • 312 W 17 Établissements classés (1957-1968)
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 312 W 17

Documents figurés

  • 3 P 787 Plan cadastral parcellaire de la commune de Trévillers [...] terminé sur le terrain le 15 juin 1811 [...] par M Jeanneney géomètre du cadastre
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 3 P 787
  • Commune de Trévillers. [Reconstruction d'un atelier par la Sarl Thiébaud]. Plan d'enquête. Cadastre section D, dessin (tirage), s.n., s.d. [1965], 27 x 21 cm, échelle 1/1250
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 312 W 17
  • Trévillers. [Reconstruction d'un atelier]. Plan d'une propriété appartenant aux Établissements Thiébaud (S.A.R.L.). Sections D et C du cadastre, dessin (tirage), s.n., s.d. [1965], 54 x 83,5 cm, échelle 1/200
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 312 W 17
  • L'usine à ses débuts vers 1924, photographie imprimée, s.n. Publiée dans : Établissements Thiébaud et fromagerie. In Au Clos du Doubs, n° 19, mars-avril 1996, p. 16.
  • Prises de vues aériennes de l'IGN (20e siècle). Consultables en ligne via le site du Géoportail (www.geoportail.gouv.fr)
  • Trévillers. Vue Aérienne. 37742. Le Haut du Village, carte postale, s.d. [milieu 20e siècle], Combier éd. à Mâcon

Bibliographie

  • Établissements Thiébaud et fromagerie. In Au Clos du Doubs, n° 19, mars-avril 1996, p. 15-19 : ill.
  • Les Thiébaud et Trévillers. In Au Clos du Doubs, n° 16, septembre-octobre 1995, p. 19-21 : ill.
  • Vuillet, Bernard. Entre Doubs et Dessoubre. Tome III. Autour de Charquemont et Damprichard, d'après la collection de cartes postales de Georges Caille. - Les Gras : B. Vuillet, Villers-le-Lac : G. Caille, 1991. 243 p. : cartes postales ; 31 cm.
  •  

Intérêt, protection et statut

Afficher les données détaillées

  • Statut de la propriétépropriété privée

Désignation

  • Dénomination(s)usine de chaudronnerie
  • Parties constituantes non étudiéesaire des matières premières, atelier de fabrication, entrepôt industriel, logement, réservoir industriel, transformateur, quai, logement

Localisation

  • CommuneTrévillers
  • Adresse 11 rue du Jura
  • Milieu d'implantationen village
  • Aire d'étude et cantonPays horloger (le) - Maîche

Étude

  • Copyright© Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Poupard Laurent
  • Date de l'étude2013