Patrimoine en Franche-Comté - Ferme, usine d'horlogerie (usine de boîtes de montre) Jeambrun

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Ferme, usine d'horlogerie (usine de boîtes de montre) Jeambrun

Illustrations

Historique

Datant du 18e siècle, la ferme du Sceut (actuellement du Seud) est dessinée sur le plan cadastral napoléonien de 1811 (parcelle A 64). Elle appartient alors (avec les parcelles 61 bois sapin, 62 labour, 63 Jardin, 65 labour et 66 pâture) à Claude-Joseph Briod et ses frères, puis passe en 1848 à François-Marcel Jeambrun (1821-1892). Ce dernier épouse en 1851 Joséphine Taillard (1829-1888), qui lui donnera 11 enfants. Il travaille dans l'horlogerie de 1852 (1841 ?) à 1858 puis pratique la culture à temps plein avant de revenir à l'horlogerie en 1875. Il ouvre à cette date, dans l'étage en surcroît de la ferme, un atelier de boîtes de montre métalliques avec l'aide de ses fils Hippolyte (1852-?), Séverin (1854-?), Joseph (1856-?), Louis (1858-1936) puis Henri (1875-?). Ceux-ci prennent sa suite et la société Jeambrun Frères acquiert en 1890, la même année que Berthet Frères, deux tours Dubail (inventés par M Frossard, de la société Dubail, Monnin, Frossard et Cie, de Porrentruy). En 1892, elle fait construire à l'est un bâtiment renfermant, dans quatre pièces au rez-de-chaussée et cinq à l'étage, deux ateliers de fabrication, une forge et un atelier de mécanique, avec fours, bancs à étirer et laminoirs, tours, machine à limer, raboteuse, presses à balancier, cisailles, perceuses, etc., actionnés par un moteur à essence de 6 ch (remplacé ensuite par un moteur électrique de même puissance). Elle se dit spécialiste des "boîtes pour chronographes, quantièmes, baromètres, réveils, montres, musiques, calottes, [...] boîtes fantaisies, boîtes boules jusqu'à 100 m/m, boîtes fonds sujets variés, boîtes chasseral, boîtes acier galonné". Lors du partage entre la fratrie (Jules, Séverin, Hippolyte, Adèle, Joseph, Louis et Henri) le 29 août 1898, l'atelier est repris par Louis, Henri et Joseph, la ferme par Séverin. Un logement est édifié pour les ouvriers vers 1902 mais la faillite d'Henri, le 18 mai 1904, entraîne la disparition de l'entreprise (associé avec un certain Munnier, Henri remontera au milieu des années 1920 à Charquemont une fabrique, qu'il vendra en 1932 à Louis Cheval). Le site se partage alors entre la ferme d'une part, des logements de l'autre (ceux de 1902 seront occupés par des douaniers du milieu des années 1950 à 1963). Actuellement chaque bâtiment sert de maison.

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principale18e siècle
  • Principale4e quart 19e siècle
  • Principale1er quart 20e siècle

Dates

  • 1892daté par travaux historiques

Description

Les bâtiments ont des murs en moellons calcaires enduits et une toiture à longs pans, pignons couverts et couverture en tuiles mécaniques. La ferme compte un étage de soubassement, un étage carré et un étage en surcroît (abritant encore un atelier doté d'un petit tour à bois à marchepied) pour la travée de logement au sud-est ; la partie agricole au nord-est se compose d'une étable en rez-de-chaussée, aux murs de maçonnerie, surmontée d'un fenil accessible de plain-pied depuis la cour et protégé par des murs en pan de bois et à essentage de planches (le même type d'essentage que sur le pignon méridional). L'ancien atelier et le logement de 1902 ont chacun un étage carré surmonté d'un comble, le logement étant ouvert au sud par des baies (certaines jumelées) coiffées d'un arc segmentaire. Son toit alimente une citerne partiellement enterrée, à proximité d'une pièce également partiellement enterrée sommée d'une voûte en berceau segmentaire (ancien entrepôt désigné comme la " cave à pétrole "). Le garage de l'autre côté de la route est construit en pan de bois essenté de planches.

Afficher les données détaillées

  • Murscalcaire / moellon / enduit / bois / pan de bois / essentage de planches
  • Toittuile mécanique
  • Étagesétage de soubassement / rez-de-chaussée surélevé / 1 étage carré / étage en surcroît
  • Couvrementsvoûte en berceau plein-cintre
  • Élévationsélévation à travées
  • Couverturestoit à longs pans / pignon couvert
  • Escaliersescalier dans-oeuvre

Documentation

Documents d’archives

  • 3 P 82/4 Matrice cadastrale des propriétés bâties et non bâties de la commune de Charmauvillers (après rattachement des Essarts-Cuenot et du Boulois), 1870-1914
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 3 P 82/4
  • 3 P 125 Matrices cadastrales de la commune de Charmauvillers, 1812-1970 : - 3 P 125/1 : Registre des états de section, 1812- 3 P 125/2 : Matrice cadastrale des propriétés bâties et non bâties, 1823-1870- 3 P 125/3 : Matrice cadastrale des propriétés bâties, 1882-1910- 3 P 125/5 : Matrice cadastrale des propriétés bâties, 1911-1970
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 3 P 125

Documents figurés

  • 3 P 679 Plan cadastral parcellaire de la Commune de Charmauvillers, canton de Maîche […], terminé sur le terrain le 25 juin 1811 […] par M Toubin géomètre du cadastre
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 3 P 679
  • Usine du Seud [vue d'ensemble depuis la route, à l'est], photographie imprimée, s.n., s.d. [entre 1892 et 1904]. Imprimée sur un papier à en-tête reproduit dans : Bouchet, René (dir.). Charmauvillers : du comté et des boîtes. Du Seud au Bief d'Étoz. - [Charmauvillers] : Groupement d'Études Hommes et Terroirs du Clos du Doubs, 2013. 151 p. : ill. ; 30 cm. (Cahier du Clos du Doubs ; n° 7)

Bibliographie

  • Bouchet, René (dir.). Charmauvillers : du comté et des boîtes. Du Seud au Bief d'Étoz / GHETE « Au Clos du Doubs », commune de Charmauvillers. - [Charmauvillers] : Groupement d'Études Hommes et Terroirs du Clos du Doubs, 2013. 151 p. : ill. ; 30 cm. (Cahier du Clos du Doubs ; n° 7)
  • [Publicité de la société Dubail, Monnin, Frossard et Cie, de Porrentruy (Suisse)]. La Fédération horlogère suisse, 20 décembre 1890, p. 490. (Accessible en ligne : doc.rero.ch/record/22735/files/18901220.pdf)
  • Vuillet, Bernard. Entre Doubs et Dessoubre. Tome III. Autour de Charquemont et Damprichard, d'après la collection de cartes postales de Georges Caille. - Les Gras : B. Vuillet, Villers-le-Lac : G. Caille, 1991. 243 p. : cartes postales ; 31 cm.

Témoignages oraux

  • Monnet Catherine, propriétaire du site. Fessevillers
  •  

Intérêt, protection et statut

Afficher les données détaillées

  • Statut de la propriétépropriété privée

Désignation

  • Dénomination(s)ferme, usine d'horlogerie
  • Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, étable à vaches, fenil, grange, citerne, jardin, jardin potager, garage, mur de soutènement, entrepôt industriel

Localisation

  • CommuneCharmauvillers
  • Milieu d'implantationen village
  • Lieu-dit Seud le
  • Aire d'étude et cantonPays horloger (le) - Maîche

Étude

  • Copyright© Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Poupard Laurent
  • Date de l'étude2013