Patrimoine en Franche-Comté - Usine métallurgique, puis fonderie dite Fonderies de Scey-sur-Saône et Vy-le-Ferroux

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Usine métallurgique, puis fonderie dite Fonderies de Scey-sur-Saône et Vy-le-Ferroux

7 rue de Raze
70 - Vy-le-Ferroux
Dossier IA70000347 réalisé en 2008

Illustrations

Historique

Mentionné pour la première fois en 1501, le site métallurgique est vraisemblablement établi au 15e siècle. L'inventaire Grimod d'Orsay de 1613 fait état d'un procès au sujet des "forges et fourneau" de Vy-le-Ferroux, mais on ne signale plus de forge par la suite. D'importantes réparations sont effectuées en 1728, sous le bail de Claude-François Arbilleur, par les maçons Nicolas Lapierre et Nicolas Guillon. Cependant, le haut fourneau chôme par la suite, et n'apparaît plus lors d'un dénombrement de la seigneurie de Rupt en 1758. Il est rétabli en 1770 par le maître de forges Georges Lambert, fermier de l'usine depuis 1768, avec logements ouvriers, halles à charbon, moulin et patouillet. L'établissement métallurgique produit 600 t de fonte en 1772. Il ne roule pas en 1787, l'architecte Claude-Charles Vernier mettant en cause, lors d'une visite, la construction défectueuse du haut fourneau. Les biens de la famille Grimod d'Orsay sont confisqués à la Révolution. En 1802, le préfet de Haute-Saône projette d'établir sur le site une école pratique destinée à instruire les maîtres de forges sur le traitement du minerai de fer à la houille, mais le projet n'aboutit pas. L'usine est acquise en 1826 par la famille de maître de forges de Buyer. L'ordonnance royale du 28 novembre 1831 autorise Rodolphe et Stanislas de Buyer à conserver leur usine à fer, qui se compose d'un haut fourneau, d'un moulin à blé et deux patouillets. Ces lavoirs à minerai sont placés sur deux autres biefs de l'étang. A cette époque, la fonte est convertie en fer à la forge voisine de Maizières (70). Le haut fourneau est reconstruit en 1843, ainsi que l'atteste une date gravée sur une façade. La halle à charbon située à l'ouest est également édifiée au milieu du 19e siècle. Une activité de fonderie est attestée en 1843 puisque deux cubilots sont mentionnés à cette date. Le haut fourneau est arrêté en 1859, puis détruit en 1864. Une fonderie de seconde fusion lui succède. En 1882 est créée la Société anonyme des Fonderies de Scey-sur-Saône et Vy-le-Ferroux, qui réunit les deux usines métallurgiques (IA70000345). Elle produit des appareils de chauffage, des articles de cuisine (marmites) , des balances Roberval, des poids de mesure, des éléments de construction (descentes et chéneaux) ainsi que des pièces d'artillerie pendant les deux guerres mondiales. Vers 1912, la production annuelle des deux fonderies s'élève à 1400 t. En 1927, la société déclare l'ouverture d'une "émaillerie d'objets en fer et fonte" et d'un atelier de décapage à Vy-le-Ferroux, nécessitant la construction d'une cheminée en béton armé. Le cubilot est arrêté à cette époque, l'usine se recentrant sur les activités d'émaillage, de polissage et de montage des pièces produites à Scey-sur-Saône. A partir de 1942, elle sert de lieu de stockage des modèles de la fonderie de Scey-sur-Saône pendant une vingtaine d'années. Le bâtiment longeant l'ancien bief de dérivation, qui abritait divers ateliers (montage, ébarbage, menuiserie et forge) au rez-de-chaussée et des logements ouvriers à l'étage, a été détruit vers 1987. Les ateliers de fabrication sont aujourd'hui sans affectation. En 1824, Galaire et Patret, fermiers du site, remplacent les soufflets par une soufflerie à pistons. L'arrêté préfectoral du 31 décembre 1849 autorise Joseph de Buyer à faire usage d'une chaudière, chauffée par les gaz du gueulard, et d'une machine à vapeur de 12 ch pour la soufflerie de son haut fourneau. Une seconde chaudière est installée en vertu d'un arrêté préfectoral du 9 avril 1857. En 1859, le fourneau, haut de 8, 40 m, possède à la partie supérieure un appareil à air chaud et deux chaudières à vapeur, dont une seule est en service. Le cubilot à deux tuyères est équipé d'une machine soufflante actionnée par une machine à vapeur verticale. Il fonctionne avec du coke provenant de Saint-Etienne. En 1883, l'usine se compose de deux halles renfermant respectivement 12 et 19 chant iers de mouleurs, un cubilot système Voisin avec cheminée en brique. En 1947, elle conserve un four à émailler et une machine à polir. Le haut fourneau emploie 13 ouvriers en 1843. La fonderie emploie 40 hommes, 2 femmes et 7 enfants en 1893, et 60 personnes en 1900.

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principale15e siècle
  • Principale2e quart 19e siècle
  • Principale2e quart 20e siècle

Dates

  • 1843porte la date, daté par source, daté par travaux historiques

Description

Le bâtiment qui abritait la tour du haut fourneau est construit en moellon de calcaire enduit, couvert d'un toit à longs pans. Ses murs sont percés de baies en plein-cintre, aujourd'hui murées. L'atelier d'émaillage est bâti en brique enduite, ajouré de hautes fenêtres en plein-cintre. La halle à charbon possède une structure en pan de bois hourdée de brique, mais pourvue de pignons en moellon et pierre de taille calcaire. Elle est couverte d'un toit à longs pans en tuile plate. Le logement patronal est bâti en retour d'angle, construit en moellon de calcaire enduit. Il possède un étage de soubassement, un étage carré et un étage en surcroît, et est couvert d'un toit à croupe.

Afficher les données détaillées

  • Murscalcaire / moellon / enduit / brique / bois / pan de bois
  • Toittuile mécanique / tuile plate
  • Étagesétage de soubassement / 1 étage carré / étage en surcroît
  • Couverturestoit à longs pans / appentis / croupe
  • Énergiesénergie hydraulique / produite sur place / énergie thermique / produite sur place / énergie électrique / achetée
  • État de conservationétablissement industriel désaffecté

Documentation

Documents figurés

  • Les Forges de Vy-le-Ferroux. Cour intérieure. Carte postale, Reuchet éd. (Fougerolles), s.d. [fin 19e ou début 20e siècle]. Dans : " Rieser (J.)-Bauquerey (J.). Catalogue général. Supplément ".
  • Plan du vallon inférieur à l'étang de Vy-le-Ferroux avec des profils en long et en travers [...] [partie sud]. Papier, plume, lavis, par l'ingénieur des Ponts et Chaussées Lacordaire, Vesoul, le 28 mars 1818
    Lieu de conservation : Archives départementales de la Haute-Saône, Vesoul  - Cote du document : 301 S 14
  • L'usine de la Fonderie. Photogr., s.n., s.d. [début 20e siècle]. Dans : " Paysans saônois pendant la Révolution ".
  • Plan géométrique du haut fourneau de Vy-le-Ferroux, des patouillets, moulins [...]. Papier, lavis, plume, levé les 28 et 29 mai 1827, par le géomètre Marcand, échelle 1:500
    Lieu de conservation : Archives départementales de la Haute-Saône, Vesoul  - Cote du document : 301 S 14
  • Plan du vallon inférieur à l'étang de Vy-le-Ferroux avec des profils en long et en travers [...] [partie nord]. Papier, plume, lavis, par l'ingénieur des Ponts et Chaussées Lacordaire, Vesoul, le 28 mars 1818
    Lieu de conservation : Archives départementales de la Haute-Saône, Vesoul  - Cote du document : 301 S 14

Témoignages oraux

  • Plan et élévation du haut fourneau et de deux patouillets situés à Vy-le-Ferroux appartenant à MM. Rodolphe et Stanislas de Buyer [...]. Papier, lavis, plume, par le géomètre Chevillet, Vesoul, le 30 avril 1827, échelle 1:100
    Lieu de conservation : Archives départementales de la Haute-Saône, Vesoul  - Cote du document : 301 S 14
  •  

Intérêt, protection et statut

Afficher les données détaillées

  • Statut de la propriétépropriété privée

Désignation

  • Dénomination(s)usine métallurgique, fonderie
  • Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, magasin industriel, pièce de stockage du combustible, logement patronal, bureau, cheminée d'usine

Localisation

  • CommuneVy-le-Ferroux
  • Adresse 7 rue de Raze
  • Milieu d'implantationen village
  • Aire d'étude et cantonHaute-Saône - Scey-sur-Saône-et-Saint-Albin
  • Hydrographieruisseau de l'étang de Vy-le-Ferroux

Étude

  • Copyright© Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Favereaux Raphaël
  • Date de l'étude2008

Localisation