Patrimoine en Franche-Comté - Maison de Rosalie Guinand, puis café-restaurant et atelier d'horlogerie de Narcisse Bergeon

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Maison de Rosalie Guinand, puis café-restaurant et atelier d'horlogerie de Narcisse Bergeon

36 route des Combes
25 - Villers-le-Lac
Dossier IA25001545 réalisé en 2016

Illustrations

Historique

Le bâtiment est construit en 1848 sur une propriété appartenant en 1817 à Jacques Joseph Bouverot (1757-1832), cultivateur originaire de Trévillers, et comprenant alors une première maison cadastrée C 549, qui sera détruite par un incendie vers 1879 puis rebâtie (actuel C 287 au 44 route des Combes).

Il est édifié pour Rosalie Bouverot (1783-1855), la fille de Jacques Joseph, mariée en 1806 avec Pierre Louis Guinand (1748-1824), des Brenets (Suisse). Ce dernier est l'inventeur au début du 19e siècle d'une nouvelle technique de fabrication du verre optique (flint glass), que seuls savaient jusque-là produire couramment les Anglais, lui permettant d'obtenir des lentilles de lunette astronomique de grande dimension ; de 1805 à 1814, il a collaboré en Bavière (à Benediktbeuren) avec l'opticien Josef von Fraunhofer. Au décès de son mari en 1824, Rosalie s'associe avec Aimé Guinand (1780-1847), fils du deuxième mariage de Pierre-Louis, et avec Théodore Daguet (1795-1870) mais l'association est dissoute dès 1826. Elle fonde le 13 avril 1827 la société Veuve Guinand et Daguet, avec le même Théodore, et construit aux Combes une verrerie (que la matrice cadastrale n'a pas enregistrée), dotée de deux fours (un à vitrifier et un à ramollir), dont l'activité sera autorisée par une ordonnance royale le 14 octobre 1831. Le 14 mars 1831, la société achète à Soleure (Suisse) le site des Ets Franz Wagner et Cie, fabrique d'indiennes, où elle ouvre une nouvelle verrerie, reprise par Daguet à la dissolution de la société le 27 juin 1835 (et qui fournira Lerebours et Secretan à Paris, Voigtländer à Braunschweig, etc.). Nouvelle association, avec Alexis Berthet, donnant naissance en 1835 à la société Berthet et Veuve Guinand, dissoute en 1840 ou 1841. Le 5 décembre 1841, Rosalie vend la verrerie à Alexis-Constant Bichly et Gustave Verdan du Locle (Suisse), autorisés à poursuivre l'activité par un arrêté préfectoral en date du 15 mars 1842. L'établissement ferme en 1848 et aucun vestige n'en signale plus l'emplacement.

Peut-être agrandie en 1862, la maison, pour sa part connaît de nombreux propriétaires : Jeanneret-Mathey (négociant à la Brévine, Suisse) vers 1863, François Albin Chopard l'année suivante, François Auguste Robert vers 1874, Lucine Victorine Devillers-Chopard (de Fuans) vers 1880, Joseph Louis Poncet (banquier à Morteau) vers 1882, Hermine Jeanne Guyon et François Joseph Chançot (à Grand-Combe des Bois) vers 1886 puis Joseph Eugène Rognon (cordonnier au Villers) vers 1889.

Elle est acquise le 28 décembre 1910 par Aimable Léonide Bergeon (1852-1926), dit Narcisse, père d'Alfred Bergeon qui exploitera un atelier de galvanoplastie au 8 rue Paul Moutarlier. Narcisse la rehausse d'un étage avant septembre 1913 (en 1912 ?), tout en changeant l'orientation de la toiture. Il installe son atelier d'horlogerie (fabrication des balanciers de montre) au rez-de-chaussée surélevé, le premier étage de soubassement accueillant les chambres et le deuxième le café restaurant (doté d'une salle de bal) qu'il exploite : le Passage du Doubs. Il vend en 1924 la propriété et le fonds de commerce à Arnold Pfeiffer, lequel assure en outre le passage du Doubs en barque. La maison est cédée en 1930 à Louis Delaunay, médecin à Paris, qui la rénove et fait rehausser le mur de soutènement de la terrasse (c'est certainement lui aussi qui remplace sur le pignon l'enseigne du café par l'inscription Les Combes), puis en 1960 à René Vuez, de Morteau, directeur de la fabrique d'ébauches des Ets Parrenin.

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principale2e quart 19e siècle
  • Principale1er quart 20e siècle

Dates

  • 1848daté par source

Description

Adossée au sud-ouest contre une petite falaise, la maison comporte un sous-sol, deux étages de soubassement et un rez-de-chaussée surélevé (formant étage en surcroît), chacun des trois niveaux supérieurs étant directement accessible depuis l'extérieur : via une porte dans le mur gouttereau nord-ouest pour le rez-de-chaussée, une autre dans le mur pignon nord-est pour le 1er étage de soubassement et une dernière dans le mur pignon sud-ouest pour le 2e soubassement. Des escaliers extérieurs droits en pierre ou béton assurent la desserte depuis l'extérieur, un escalier droit en charpente celle depuis l'intérieur. Le bâtiment a des murs en moellons calcaires enduits, percés de deux fenêtres horlogères dans le pignon sud-ouest, et un toit à longs pans et pignons couverts, à couverture de tuiles mécaniques.

Afficher les données détaillées

  • Typologiesbaie horlogère
  • Murscalcaire / moellon / enduit
  • Toittuile mécanique
  • Étagessous-sol / 2 étages de soubassement / rez-de-chaussée surélevé
  • Élévationsélévation à travées
  • Couverturestoit à longs pans / pignon couvert
  • Escaliersescalier de distribution extérieur / escalier droit / en maçonnerie / escalier dans-oeuvre / escalier droit / en charpente

Documentation

Documents d’archives

  • 3 P 628 Cadastre de la commune de Villers-le-Lac, 1817-1973- 3 P 628 : Atlas parcellaire (18 feuilles), dessin (plume, lavis), par les géomètres du cadastre Vial et Girardier, 1817- 3 P 628/1-2 : Registre des états de sections (1817 ?) - 3 P 628/3-4 : Matrices cadastrales des propriétés bâties et non bâties, 1822-1910- 3 P 628/5 : Matrice cadastrale des propriétés bâties, 1882-1910- 3 P 628/10-12 : Matrice cadastrale des propriétés bâties, 1911-1973
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 3 P 628

Documents figurés

  • 122. Les Bassins du Doubs et le Pré du Lac, carte postale, s.n., s.d. [1er quart 20e siècle, entre 1903 et 1913], Farine Frères et Droël éd. au Locle et à Morteau
    Lieu de conservation : Collection particulière : Henri Ethalon, Les Ecorces
  • Excursion en Franche-Comté. Frontière franco-suisse. - 847. Passage du Doubs. Restaurant Bergeon en face les Brenets (Suisse), carte postale, s.n., [1er quart 20e siècle, avant 1913], L. Gaillard-Prêtre éd. à Besançon. Porte la date 14 septembre 1913 (manuscrite au recto, tampon au verso). Publiée dans : Vuillet, Bernard. Le val de Morteau et les Brenets en 1900. - 1978, p. 130.
    Lieu de conservation : Collection particulière : Henri Ethalon, Les Ecorces
  • Frontière franco-suisse. 814. - Entrée des bassins du Doubs. - Rocher d'Hercule au passage des Combes, carte postale, s.n., s.d. [1er quart 20e siècle], C. Lardier éd. à Besançon. Porte la date 3 septembre 1933 (tampon) au verso.
    Lieu de conservation : Collection particulière : Henri Ethalon, Les Ecorces
  • Frontière franco-suisse - Rochers d'Hercule et de la Casquette, carte postale, par Combier, s.d. [2e quart 20e siècle], Diard (bureau de tabacs) éd.
    Lieu de conservation : Collection particulière : Henri Ethalon, Les Ecorces
  • Frontière franco-suisse - Bassins et Saut du Doubs. 25 - Entrée des bassins. Rocher de la Casquette et Rocher de l'Hercule, carte postale coloriée, s.n., s.d. [2e quart 20e siècle], Combier impr. à Macon
    Lieu de conservation : Collection particulière : Henri Ethalon, Les Ecorces
  • Bassins et Saut du Doubs. 12 - Frontière franco-suisse - Chaillexon (Doubs) - Entrée des bassins, carte postale, par Combier (?), s.d. [2e quart 20e siècle]. Cliché réutilisé pour un autre tirage intitulé : Frontière franco-suisse - Chaillexon. Entrée des bassins
    Lieu de conservation : Collection particulière : Henri Ethalon, Les Ecorces
  • Frontière franco-suisse - Chaillexon. Entrée des bassins, carte postale, par Combier (?), s.d. [2e quart 20e siècle]. Cliché réutilisé pour un autre tirage intitulé : Bassins et Saut du Doubs. 12 - Frontière franco-suisse - Chaillexon (Doubs) - Entrée des bassins
    Lieu de conservation : Collection particulière : Jean-Claude Vuez, Villers-le-Lac

Documents multimédias

  • Borel, Pierre-Arnold. Branche de Pierre-Louis Guinand 1748-1824. Le célèbre opticien, communier des Brenets et de Ponts-de-Martel, Bourgeois de Valangin. Société Neuchâteloise de Généalogie, 2015. Document accessible en ligne sur le site de la Société neuchâteloise de Généalogie : http://sngenealogie.ch/branche-de-pierre-louis-guinand-1748-1824.html (consultation : 13 juillet 2016)
  • Borel, Pierre-Arnold. La famille Guinand, des Brenets, bourgeoise de Valangin. Société Neuchâteloise de Généalogie, 2015. Document accessible en ligne sur le site de la Société neuchâteloise de Généalogie : http://sngenealogie.ch/la-famille-guinand-des-brenets-bourgeoise-de-valangin.html (consultation : 13 juillet 2016)
  • Charrière, Michel. Daguet, Théodore. In : Dictionnaire historique de la Suisse. - Fondation DHS, 19 mars 2004. Article accessible en ligne à l'adresse : http://www.hls-dhs-dss.ch/textes/f/F29952.php (consultation : 13 juillet 2016)
  • Marti-Weissenbach, Karin. Guinand, Pierre Louis. In : Dictionnaire historique de la Suisse. - Fondation DHS, 19 septembre 2005. Article accessible en ligne à l'adresse : http://www.hls-dhs-dss.ch/textes/f/F25963.php (consultation : 13 juillet 2016)
  • Monneret, Christian. Recherches généalogiques. Accessibles en ligne sur le site de Geneanet : http://gw.geneanet.org/

Bibliographie

  • Courtieu, Jean (dir.). Dictionnaire des communes du département du Doubs. - Besançon : Cêtre, 1982-1987. 6 t., 3566 p. : ill. ; 24 cm.
  • Ditisheim, Paul. Le centenaire de Pierre-Louis Guinand. L'Astronomie, 1925, vol. 39, p.177-197 : ill.
  • Seurre, André. La verrerie en Franche-Comté.- Besançon : Jacques du Demontrond, 1972. 139 p. : ill. ; 24 cm.
    Lieu de conservation : Région Franche-Comté, Inventaire du Patrimoine, Besançon  - Cote du document : R.HA.3
  • Vuez, Jean-Claude. "L'estrapade", deux siècles d'histoire. - S.d. [décennie 2000]. [14] p. : ill. ; 30 cm.
  • Vuillet, Bernard. Le val de Morteau et les Brenets en 1900, d'après la collection de cartes postales de Georges Caille. - Les Gras : B. Vuillet, Villers-le-Lac : G. Caille, 1978. 294 p. : cartes postales ; 31 cm.

Témoignages oraux

  • Vuez Jean-Claude, descendant d'une famille d'horlogers, historien de la société Parrenin, Villers-le-Lac
  •  

Intérêt, protection et statut

Afficher les données détaillées

  • Statut de la propriétépropriété privée

Désignation

  • Dénomination(s)maison, atelier
  • Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, logement, latrine, puits, pergola, escalier indépendant, mur de soutènement

Localisation

  • CommuneVillers-le-Lac
  • Adresse 36 route des Combes
  • Milieu d'implantationen écart
  • Lieu-dit Combes les
  • Aire d'étude et cantonPays horloger (le) - Morteau

Étude

  • Copyright© Région Bourgogne-Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Poupard Laurent
  • Date de l'étude2015