Patrimoine en Franche-Comté - Ferme et atelier d'horlogerie de Numa Jacquot

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Ferme et atelier d'horlogerie de Numa Jacquot

41 Grande Rue
25 - Les Écorces
Dossier IA25001260 réalisé en 2014

Illustrations

Historique

Au milieu des années 1870, Numa Jacquot (1846-1917) acquiert de Charles Joseph Gaume un jardin (D 32) et une ferme (D 33), attestée sur le plan cadastral napoléonien de 1812 et qu'il agrandit (de l'atelier de fabrication ?) vers 1906. Marié en 1885 avec Anna Vieillard, des Fontenelles, il pratique l'ébauchage de la roue de cylindre, du découpage de la rondelle (ou virole) au "taillage" (fraisage des U, c'est-à-dire du vide séparant deux dents consécutives). Son atelier accueille une dizaine de personnes : Numa, sa femme, leurs quatre filles (Bertha, Léa, Andréa et Rosa) et deux ou trois apprentis, sans oublier Charles Mougin (futur époux d'Andréa) qui y travaille pour son compte personnel. L'atelier ferme à la mort de Numa. La propriété passe en 1922 à Amédée Jacquot (1868-1941), sans lien de parenté avec Numa, qui exploite la ferme mais aussi le café-restaurant situé en face, au 32 Grande Rue (cadastré 2014 AC 45). Elle est partagée entre sa veuve née Aline Mougin et ses enfants Léon, Henriette et Olympe. Le premier, comme son père, tient la ferme et le café. Henriette est mariée à René Regnier, paysan puis ouvrier chez Perrot-Audet à Charquemont, Olympe à Victor Bernard (leur fils Gilbert exploitera, peu d'années durant, un atelier d'horlogerie au 21 Grande Rue, à l'étage du bâtiment de la poste). L'ancien atelier de Numa, dans l'angle nord-est, accueille quelques années Denis Mougin (époux de Rosa Regnier). Ayant appris l'horlogerie chez André Frésard à Charquemont (rue du Château), ce dernier travaille à domicile ("sur la fenêtre") à partir de 1947 pour divers employeurs puis fabrique des montres entières pour la société Roch, de Maîche, avant de gagner en 1965 son usine du 14 rue de Goule. Le bâtiment n'abrite plus dès lors d'activité horlogère. Il est devenu une simple habitation depuis que Pierre Jacquot (fils de Léon), facteur, a arrêté la ferme en 1976 (tout en conservant le café-restaurant). Un garage lui a été ajouté en 2013.

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principalelimite 18e siècle 19e siècle
  • Principale1er quart 20e siècle

Description

La ferme et l'atelier ont des murs en moellons calcaires enduits (avec un essentage de planches protégeant le pignon) et sont coiffés d'un toit à longs pans et pignons couverts, à couverture de tuiles mécaniques. Ils ont un étage carré et un étage de comble (plus un sous-sol sous la ferme), desservis par un escalier dans-oeuvre. L'atelier est éclairé en façade par une fenêtre multiple (à trois baies accolées), la ferme présente une fenêtre plus large au centre de la façade antérieure, au rez-de-chaussée. La jonction de leurs toits est marquée par un tué, grande cheminée pyramidale en bois. Au nord, l'entrée du fenil est protégée par un corps en appentis, en pan de bois essenté de planches, couvert d'un toit en appentis en tôle nervurée. Au nord toujours, deux garages avec parpaings de béton et tuiles mécaniques : le plus ancien présentant un essentage de planches et un toit à longs pans, le plus récent (touchant la ferme) associant enduit et toit en appentis.

Afficher les données détaillées

  • Typologiesbaie multiple / ferme à tué
  • Murscalcaire / moellon / enduit / béton / parpaing de béton / enduit / bois / pan de bois / essentage de planches
  • Toittuile mécanique / tôle nervurée
  • Étagessous-sol / 1 étage carré / étage de comble
  • Élévationsélévation à travées
  • Couverturestoit à longs pans / pignon couvert / appentis / noue
  • Escaliersescalier dans-oeuvre
  • Énergiesénergie électrique / achetée

Documentation

Documents d’archives

  • 3 P 215 Cadastre de la commune des Écorces (1812-1962)- 3 P 215/1 : Registre des états de sections (1812)- 3 P 215/2-3 : Matrices cadastrales des propriétés bâties et non bâties (1823-1914)- 3 P 215/4 : Matrices cadastrales des propriétés bâties (1882-1910)- 3 P 215/6 : Matrices cadastrales des propriétés bâties (1911-1962)
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 3 P 215

Documents figurés

  • 3 P 703 Plan cadastral parcellaire de la commune des Écorces [...] terminé sur le terrain le 8 mai 1812 [...] par M Philibert géomètre du cadastre
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 3 P 703

Bibliographie

  • Belmont, Henry-Louis. L'échappement à cylindre (1720-1950) : le Haut-Doubs, centre mondial au XIXe siècle. - Besançon : Technicmédia, 1984. 328 p. : ill. ; 28 cm.
  • Simonin, Michel. L'horlogerie au fil du temps et son évolution en Franche-Montagne, sur le plateau de Maîche. - Maîche : M. Simonin, 2007. 143 p. : ill. ; 30 cm.

Témoignages oraux

  • Cuenot Albert et sa femme (née Morel), anciens horlogers, société Léon Cuenot et ses Fils. Les Ecorces
  • Jacquot Pierre, restaurateur, co-propriétaire du bâtiment. Les Ecorces
  • Mougin Rosa, née Regnier, épouse de l'horloger Denis Mougin. Les Ecorces
  •  

Intérêt, protection et statut

Afficher les données détaillées

  • Statut de la propriétépropriété privée

Désignation

  • Dénomination(s)ferme, atelier
  • Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, logement, fenil, étable à vaches, remise, garage, jardin

Localisation

  • CommuneLes Écorces
  • Adresse 41 Grande Rue
  • Milieu d'implantationen village
  • Aire d'étude et cantonPays horloger (le) - Maîche

Étude

  • Copyright© Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Poupard Laurent
  • Date de l'étude2014