Patrimoine en Franche-Comté - Maison et atelier d'horlogerie Paul Wasner et ses Fils

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Maison et atelier d'horlogerie Paul Wasner et ses Fils

12 rue de Besançon
25 - Charquemont
Dossier IA25001202 réalisé en 2014

Illustrations

Historique

Installé au 9 rue de l'Eglise (dans un bâtiment dépendant autrefois de la société Emile Walcker puis passé à son beau-frère l'épicier Emile Janin), Paul Wasner est spécialisé dans la fabrication de la montre boule et de la montre huit jours. Né en 1880, il représente une illustre famille d'horlogers, descendant cependant d'un ouvrier verrier issu d'Autriche ou de Forêt Noire : il a pour frères Henri (né en 1872), fondateur de la société Wasner-Ruffier (établie au 7 Rue Neuve), Gaston (né en 1883) et Alfred (né en 1886), et pour soeurs Berthe (née en 1870), mariée à Justin Froidevaux (dont les fils fonderont la maison Froidevaux Frères, au 5 Rue Neuve) et Jeanne (née en 1876), élève de Droz à Besançon et signalée comme une régleuse émérite ("la seule à savoir « lever » une courbe « Breguet »"), mariée à Janin.

Installé à son compte en 1908, Paul fait construire vers 1935 par l'architecte Fontana, du Locle (Suisse), ce bâtiment réunissant sous un même toit son habitation et son atelier d'horloger. Il est associé à ses fils Gérard (né en 1906) et Guy (né en 1909) au sein de la société Paul Wasner et Fils, qui emploie une dizaine de personnes à la fabrication de montres à échappement à ancre sous la marque Atana. Cette Sarl (au capital de 200 000 F, porté à 3 400 000 F avant 1948), créée le 1er février 1937, passe en commandite simple le 1er juillet 1951 (capital 4 500 000 F) puis sera dissoute le 4 mai 1969. Elle forme de nombreux apprentis après la deuxième guerre mondiale. La société Unithor (Union industrielle de Transactions horlogères) est signalée dans les lieux à partir de 1953 : elle constitue à Charquemont l'une des premières tentatives de regroupement destiné à faire face aux difficultés de l'après-guerre et, réunissant divers fabricants, vise à obtenir des commandes importantes sur les marchés d'exportation (elle travaille aussi un temps pour la société Zénith, de Besançon). Société sans capital, elle centralise les achats, livre à son nom mais restitue les règlements à ses membres et répartit les frais généraux entre eux au prorata de leur importance. Autre affaire hébergée là : la société en nom collectif (au capital de 3 000 F) Montres Inova (Montres Neolux), créée le 11 mai 1959 par quatre associés, Gérard et Guy Wasner, Michel et Jacques Donzé. Son but : la vente aux particuliers de montres sur catalogue. Sans suite.

La production des montres sur le site cesse vers 1964-1965 mais dès avant, Gérard et Guy ont bifurqué vers l'électronique, la radio et la télévision (ils avaient débuté dans l'entre-deux-guerres une activité annexe de réparation de postes TSF, débouchant sur une importante clientèle locale). Ils assurent notamment le service technique de la fabrique de matériel pour horlogers Greiner Electronic (aujourd'hui Greiner Vibrograf AG à Langenthal, canton de Berne, Suisse) et entretiennent et réparent les vibrographes de diverses marques (Gibbs, Lepaute, etc.). Ces appareils permettent l'observation et le réglage de la marche des montres ("ce qui évitait des jours de lanternage et les retouches chaque matin à heure fixe, semaine et dimanche compris, par comparaison avec la grosse montre étalon installée sur l'établi de l'ouvrier préposé à ce travail, parfois fastidieux et toujours délicat").

Le bâtiment, dont l'aile ouest a été rehaussée d'un étage carré (au cours de la décennie 1990 ?), ne sert plus que d'habitation.

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principale2e quart 20e siècle

Auteurs

  • AuteurErnest Fontana, architecte  / attribution par tradition orale

Description

La maison a des murs en moellons calcaires enduits et un toit à demi-croupes couvert de tuiles mécaniques. Elle comporte deux étages carrés et un étage en surcroît, desservis par un escalier dans-oeuvre. L'aile orientale (à droite), abritant les garages, a conservé son toit terrasse en béton tandis que l'aile occidentale (à gauche) a été rehaussée d'un étage, coiffé d'un toit en appentis avec tuiles mécaniques. Le rez-de-chaussée est ouvert de fenêtres horlogères sur la façade antérieure et sur la face latérale gauche (aile ouest), protégée par un essentage de tôles. Dans le jardin, au nord-est, prend place une tonnelle en béton, dont le toit terrasse est soutenu par six colonnes.

Afficher les données détaillées

  • Typologiesbaie horlogère
  • Murscalcaire / moellon / enduit / essentage de tôle / béton / béton armé
  • Toittuile mécanique / béton en couverture
  • Étages2 étages carrés / étage en surcroît
  • Couverturestoit à longs pans / demi-croupe / terrasse / appentis
  • Escaliersescalier dans-oeuvre
  • Énergiesénergie électrique / achetée

Documentation

Documents d’archives

  • 3 P 128 Cadastre de la commune de Charquemont, 1812-1963- 3 P 128/1 : Registre des états de sections (1812)- 3 P 128/2-3 : Matrices cadastrales des propriétés bâties et non bâties [1823-1906]- 3 P 128/5 : Matrice cadastrale des propriétés bâties (1882-1910)- 3 P 128/8-9 : Matrice cadastrale des propriétés bâties (1911-1963)
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 3 P 128
  • 50 J 45 Syndicat de fabricants d'horlogerie de Besançon. Correspondance avec les fabricants, 1948-1968
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 50 J 45

Documents figurés

  • Charquemont (Doubs). Quartier de la Gare et les Cités [vus depuis l'arrière de l'usine Wasner], carte postale, s.n., [2e quart 20e siècle, avant 1946], Combier éd. à Macon. Porte la date 5 septembre 1946 (tampon) au verso (coll. Ethalon, Les Ecorces). Publiée dans : Vuillet, Bernard. Entre Doubs et Dessoubre. Tome III. Autour de Charquemont et Damprichard. - 1991, p. 145.
    Lieu de conservation : Collection particulière : Jacques Donzé, Charquemont

Bibliographie

  • Simonin, Michel. L'horlogerie au fil du temps et son évolution en Franche-Montagne, sur le plateau de Maîche. - Maîche : M. Simonin, 2007. 143 p. : ill. ; 30 cm.
  • Sornay, Lionel. Prosopographie des entreprises horlogères et de leurs financeurs sur le plateau de Maîche 1925-1973. - Besançon : Université de Franche-Comté, 2003. 56 p. : ill. ; 30 cm. Mém DEA : histoire industrielle : Besançon : 2003 ; 51.
  • Vuillet, Bernard. Entre Doubs et Dessoubre. Tome III. Autour de Charquemont et Damprichard, d'après la collection de cartes postales de Georges Caille. - Les Gras : B. Vuillet, Villers-le-Lac : G. Caille, 1991. 243 p. : cartes postales ; 31 cm.

Témoignages oraux

  • Donzé Jacques, ancien horloger, historien de Charquemont
  •  

Lien(s) web

Intérêt, protection et statut

Afficher les données détaillées

  • Statut de la propriétépropriété privée

Désignation

  • Dénomination(s)maison, atelier
  • Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, logement, garage, tonnelle, jardin

Localisation

  • CommuneCharquemont
  • Adresse 12 rue de Besançon
  • Milieu d'implantationen ville
  • Aire d'étude et cantonPays horloger (le) - Maîche

Étude

  • Copyright© Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Poupard Laurent
  • Date de l'étude2013