Patrimoine en Franche-Comté - Usine de quincaillerie Laurent dite usine du Pont du Var

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Usine de quincaillerie Laurent dite usine du Pont du Var

rue du Pont du Var
70 - Plancher-les-Mines
Dossier IA70000172 réalisé en 2005

Illustrations

Historique

L'usine de quincaillerie du Pont du Var, tournée vers la production de vis à bois, aurait été établie en 1815 par Jean-Augustin Laurent et le négociant belfortain Lacompart. Néanmoins, deux usines figurent sur un plan de 1824 : la fabrique de quincaillerie de Ferdinand Priqueler, réglementée par ordonnance royale le 21 décembre 1825, et celle de Pierre François Lacompard, produisant "des carrés de clefs de montres et des vis à bois", située légèrement en amont. Cet établissement n'apparaît plus sur le plan cadastral de 1834. La société en commandite Laurent Frères et Beau-Frère, constituée en 1839 et présente depuis le début dans le capital de la fabrique, acquiert peu après l'usine du Pont du Var. La société achète par ailleurs deux autres usines (aujourd'hui disparues) dans la commune : l'usine des Martenots, appartenant à Auguste Spindler et Cie, où seront produits les articles de quincaillerie et de serrurerie, et une ancienne papeterie, convertie en tréfilerie. L'usine est agrandie dans le troisième quart du 19e siècle : fonderie de cuivre (vers 1860) , atelier de tréfilage et de visserie, conciergerie, magasin de fil de fer et de charbon. En 1875, la société possède également des unités de fabrication à Champagney, Miellin (70) et Auxelles-Haut (90). En 1887, les frères Laurent demandent la réglementation de leur établissement, comprenant "tréfileries, fonderies et ateliers pour l'emboutissage des métaux par procédés mécaniques". Un magasin coopératif des Usines Laurent Frères et Beau-Frère est édifié rue Neuve au début du 20e siècle. De nouveaux ateliers de fabrication en rez-de-chaussée sont construits en 1909 et 1911, ainsi que l'attestent deux plaques émaillées fixées sur le pignon des sheds. Vers 1923 est édifié un magasin général à l'entrée du site, ainsi qu'un bâtiment abritant les bureaux, vraisemblablement en 1927. Une cité ouvrière, comprenant six logements collectifs et dénommée cité Jeanne d'Arc, est construite vers 1925. En 1929, la production atteint 3500 t de visserie, boulonnerie, quincaillerie, ferronnerie et serrurerie (poignées et boutons de portes, targettes, crémones, pitons, poignées de meubles, serrures, cadenas, poulies, crochets, goupilles, etc.). Les Ets Laurent ont aussi exploité une fonderie (anciennement Moniotte) entre 1930 et 1970 à Ronchamp. En 1964, la production atteint 4000 t de pièces (vis à bois et articles de serrurerie). La société absorbe l'entreprise de serrurerie Priqueler, établie dans la commune, et ferme l'établissement (aujourd'hui détruit). En 1974, la société prend pour nom Laurent Industrie. Après un dépôt de bilan en 1984, elle est reprise par la SARL Laurent Industrie, elle-même reprise en 1989 par la société italienne Friul-Sider, qui ferme définitivement l'usine en 1993. La cheminée de briques a été abattue en 1997, et le magasin général vers 2000. Une chaudière Mathebs (Thann, 68) et une machine à vapeur Veuve André (Vieux-Thann, 68) de 30 ch sont autorisées en 1864. Une usine à gaz pour l'éclairage est autorisée en 1876. L'usine emploie 500 personnes en 1841, 1000 en 1865, 346 hommes, 225 femmes et 129 enfants en 1893, 800 ouvriers en 1913, 656 personnes en 1931, 520 ouvriers en 1961, 430 en 1964, 350 en 1981, 140 en 1986, 80 en 1990 et 50 en 1993.

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principale19e siècle
  • Principale1ère moitié 20e siècle

Dates

  • 1909daté par source, daté par tradition orale, porte la date
  • 1911daté par source, daté par tradition orale, porte la date
  • 1927daté par source, daté par tradition orale, porte la date

Description

Les ateliers de fabrication, en rez-de-chaussée, sont construits en pierre et enduit, couverts de sheds et de tuile mécanique. L'atelier de boulonnerie situé le long du canal, vraisemblablement construit au début du 19e siècle, possède un étage de soubassement et un toit à longs pans. Le transformateur est bâti en moellon de mâchefer. Le bâtiment des bureaux, construit en moellon de calcaire enduit, est couvert de toits à longs pans, croupes et tuile mécanique plombifère. La cité ouvrière, située n°8 à 16 rue du Mont Ménard, comprend six maisons de quatre logements chacune, à un étage carré, toit à longs pans et tuile mécanique. Le logement patronal est situé au n°34 Rue Neuve ; il est construit en moellon et pierre de taille en grès et s'élève sur un étage carré et un étage de comble, couvert d'un toit à demi-croupes. Le magasin coopératif, édifié à l'angle de la rue Neuve et de la rue du Pont du Var, possède un étage carré.

Afficher les données détaillées

  • Mursgrès / pierre de taille / calcaire / moellon / enduit / résidu industriel en gros oeuvre
  • Toittuile mécanique / tuile mécanique plombifère / verre en couverture
  • Étages1 étage carré / étage de comble
  • Couverturestoit à longs pans / shed / appentis / croupe / demi-croupe
  • Énergiesénergie hydraulique / produite sur place / énergie thermique / produite sur place / énergie électrique / achetée
  • État de conservationétablissement industriel désaffecté

Documentation

Documents figurés

  • Vue générale des usines. Photographie, s.d. [1949], par Drouin (photographe). Dans : " L'Opinion économique et financière : Franche-Comté ", Paris : s.n., 1949, p. 85.
  • Visserie - Boulonnerie - Serrurerie. L'atelier de visserie. Photographie, s.d. [1949], Drouin (photographe). Dans : " L'Opinion économique et financière : Franche-Comté ", Paris : s.n., 1949, p. 85.
  • Plancher-les-Mines (Hte-Saône)- L'entrée du Village et les usines Laurent, du Pont du Var. Carte postale, éd. F. Xavier Gillet, Belfort, s.d. [fin 19e ou début 20e siècle], par Gillet, F. Xavier (photographe)
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 6 Fi 70414 28
  • Plancher-les-Mines (Hte-Saône)- Vue générale. Carte postale, impr. Ad. Weick, Saint-Dié, s.d. [fin 19e ou début 20e siècle].
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 6 Fi 70414 4
  • Plancher-les-Mines - Usines de Pont du Var. Carte postale, Félicien Bailot éd., Belfort, s.d. [fin 19e ou début 20e siècle].
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 6 Fi 70414 20
  • Vue d'ensemble depuis le nord-ouest. Photogr., coul., s.d. [vers 1980]. Dans : [Catalogue Laurent Industrie SA], page de couverture.
  • Plancher-les-Mines (Haute-Saône) - Vue générale. Carte postale, Remiremont, s.d. [fin 19e ou début 20e siècle], par Matthey (photographe)
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 6 Fi 70414 3
  • Plancher-les-Mines (Haute-Saône). Vue générale. Carte postale, coul., éd. La Cigogne, Strasbourg, s.d. [milieu 20e siècle].
    Lieu de conservation : Archives départementales de la Haute-Saône, Vesoul  - Cote du document : 11 Fi 414/21

Témoignages oraux

  • Plancher-les-Mines (Haute-Saône)- Les Usines, quartier du Bas. Carte postale, s.d. [fin 19e ou début 20e siècle].
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 6 Fi 70414 30
  •  

Intérêt, protection et statut

Afficher les données détaillées

  • Statut de la propriétépropriété privée

Désignation

  • Dénomination(s)usine de quincaillerie
  • Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, atelier de réparation, logement patronal, bureau, garage, transformateur, cité ouvrière, magasin coopératif, bief de dérivation

Localisation

  • CommunePlancher-les-Mines
  • Adresse rue du Pont du Var
  • Milieu d'implantationen village
  • Aire d'étude et cantonHaute-Saône - Champagney
  • Hydrographiedérivation du Rahin

Étude

  • Copyright© Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Favereaux Raphaël
  • Date de l'étude2005

Localisation