Patrimoine en Franche-Comté - Maison et atelier d'horlogerie Mauvais-Bécoulet

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Maison et atelier d'horlogerie Mauvais-Bécoulet

27 rue de la Chaussée
25 - Morteau
Dossier IA25001767 réalisé en 2018

Illustrations

Historique

Succédant à un premier bâtiment dessiné sur le plan cadastral de 1816 (E 166), vraisemblablement détruit lors de l'incendie du 4 novembre 1871, la maison est bâtie en 1881-1882 pour Louis Jouffroy (1816-1889), lieutenant de douanes en retraite. Elle est acquise vers 1891 par le fabricant d'horlogerie Marius Mauvais (1853-1927), vice-président de la Chambre syndicale d'Horlogerie du Vallon de Morteau créée cette année-là. Marius, dont l'affaire a été fondée en 1880 et qui emploie deux ouvriers, se dit spécialisé dans les petites montres extra-plates et les montres de dame (avec des ébauches Crettiez de 11 lignes, soit 24,8 mm). A son décès en 1927, ses biens passent à ses fils : Camille, Louis, Albert et Paul, les trois premiers horlogers et le dernier professeur au séminaire de Consolation. Louis (1890-1968) demeure dans le bâtiment tandis que Camille (1883-?) s'établit à proximité, au 3 rue de la Glapiney, dans une maison acquise vers 1902 par leur père. Marié avec Louise Bécoulet, Louis a fondé les Ets Mauvais-Bécoulet, classés en 1965 dans la catégorie de 0 à 10 salariés (parfois aidé par une personne extérieure, il travaille en famille, avec notamment ses fils Claude et Jean). En 1950, il transporte son atelier du rez-de-chaussée à l'étage en surcroît, où il ouvre deux très larges lucarnes. Cet atelier ferme vers 1957 et la maison n'abrite ensuite plus d'activité productive.

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principale4e quart 19e siècle

Dates

  • 1881daté par source

Description

La maison a des murs en moellons calcaires enduits et un toit à longs pans, pignons couverts et tuiles mécaniques. Elle comporte un étage de soubassement, un rez-de-chaussée surélevé, un étage carré et un étage en surcroît, desservis par un escalier dans-oeuvre. La corniche et les encadrements de baies sont en pierre jaune de Montlebon. L'emplacement de l'atelier est visible par ses fenêtres multiples (cinq baies) dans le mur pignon occidental tandis que trois petites fenêtres en plein cintre ouvrent le pignon oriental.

Afficher les données détaillées

  • Typologiesbaie multiple
  • Toittuile mécanique
  • Étagesétage de soubassement / rez-de-chaussée surélevé / 1 étage carré / étage en surcroît
  • Élévationsélévation à travées
  • Couverturestoit à longs pans / pignon couvert
  • Escaliersescalier dans-oeuvre
  • Techniques de décorsculpture
  • Représentationsancre
  • Précisions sur la représentation

    Le linteau de l'entrée est décoré d'une ancre sculptée.

Documentation

Documents d’archives

  • 3 P 412 Cadastre de la commune de Morteau, 1816-1978- 3 P 412 : Atlas parcellaire (11 feuilles), dessin (plume, lavis), par les géomètres du cadastre Girardier et Mestre, 1816-1817- 3 P 412/1 : Registre des états de sections, 1818- 3 P 412/4-5 : Matrice cadastrale des propriétés bâties et non bâties, 1823-1875. Le 1er volume manque.- 3 P 412/2-3 : Matrice cadastrale des propriétés bâties et non bâties, 1876-1914- 3 P 412/6 : Matrice cadastrale des propriétés bâties, 1882-1910- 3 P 412/7-9 : Matrice cadastrale des propriétés non bâties, 1911-1965- 3 P 412/10-13 : Matrice cadastrale des propriétés bâties, 1911-1978
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 3 P 412
  • 50 J 33 Syndicat de fabricants d'horlogerie de Besançon. Correspondance avec les fabricants, 1947-1979
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 50 J 33

Bibliographie

  • Briselance, Claude-Gilbert. L'horlogerie dans le val de Morteau au XIXe siècle (1789-1914). - 1993. 2 vol., XXXII-398 - III-420 f. : ill. ; 30 cm. Mém. maîtrise : histoire contemporaine : Besançon : 1993
  • Les établissements horlogers en France. - S.l. : s.n., mars 1965. 17 p. ronéotypées ; 20 cm.
    Lieu de conservation : Collection particulière : Michel Simonin, Maîche
  • Leiser, Henri ; Jacquot, Didier. Morteau et environs d'hier à aujourd'hui. - Pontarlier : Presses du Belvédère, 2010. 188 p. : ill. ; 24 cm.

Documents multimédias

  • Guichard, Jean-Marie. Recherches généalogiques. Accessibles en ligne sur le site de Geneanet : http://gw.geneanet.org/

Témoignages oraux

  • Bonnet Henri, ancien dirigeant de la fabrique d'horlogerie Bonnet, à Morteau. Fournet-Luisans
  • Droz Yves, collectionneur de pièces horlogères et fondateur du Musée de la Montre, Villers-le-Lac
  • Leiser Henri, fils d'André Leiser et historien du val de Morteau. Morteau
  • Mauvais Claude, fils de l'horloger mortuacien Louis Mauvais. Gilley
  •  

Intérêt, protection et statut

Afficher les données détaillées

  • Statut de la propriétépropriété privée

Désignation

  • Dénomination(s)maison, atelier
  • Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, logement, garage, jardin

Localisation

  • CommuneMorteau
  • Adresse 27 rue de la Chaussée
  • Milieu d'implantationen ville
  • Aire d'étude et cantonPays horloger (le) - Morteau

Étude

  • Copyright© Région Bourgogne-Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Poupard Laurent
  • Date de l'étude2013