Patrimoine en Franche-Comté - Usine métallurgique, puis usine de petite métallurgie dite forge de Pont-du-Bois, actuellement centrale hydroélectrique

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Usine métallurgique, puis usine de petite métallurgie dite forge de Pont-du-Bois, actuellement centrale hydroélectrique

Illustrations

Historique

La forge de Pont-du-Bois est mentionnée en 1562. Les fers qui y sont produits sont autorisés à transiter à Gray à la fin du 16e siècle. En 1747, la production annuelle atteint 400 milliers de fer. En 1749, le propriétaire, le maréchal de Clermont-Tonnerre, demande et obtient l'autorisation de rétablir un fourneau préexistant, alimenté par le minerai en provenance de Jussey (70). L'établissement métallurgique est exploité en 1768 par Georges Lambert, puis en 1772 par Claude-Thomas Falatieu, futur propriétaire de la ferblanterie de Bains-les-Bains (88). En 1788, l'usine comprend un haut fourneau, trois feux de forge et un martinet, qui produisent respectivement 1200 milliers de fonte et 800 milliers de fer, pour une consommation de 4000 cordes de bois. Elle est vendue en 1806 à Joseph Falatieu, propriétaire de la ferblanterie de Bains-les-Bains (88). Le haut fourneau est démantelé à cette période. En 1811, 2500 tonnes de fer sont produites. La fabrication d'acier est attestée en 1825, et une tôlerie (laminoir ?) mentionnée en 1840. Un logement ouvrier collectif, construit sur la rive droite du Coney, porte la date 1832 et les initiales AN, ainsi qu'un linteau de remploi, peut-être issu du site, daté 1835. Le logement patronal, vraisemblablement édifié dans la seconde moitié du 19e siècle, a été fortement modifié suite à un incendie, mais conserve sur un cartouche de la façade antérieure la devise latine "Fabricando fabri fimus" (la pratique fait l'ouvrier). En 1865, l'établissement se compose de quatre feux d'affinerie (dont un pour l'acier) , deux martinets, un train de laminoir, cinq fours à réchauffer (dont deux pour l'acier) , un foyer d'affinerie et trois fours de cémentation. L'usine comprend en 1875 une forge, une clouterie et une taillanderie, et est dirigée jusqu'à sa fermeture vers 1900 par Paul Chavanne, propriétaire avec son frère Edmond de la manufacture de Bains-les-Bains. En 1907 est créée la société anonyme d'Eclairage Electrique du Pont-du-Bois, qui prend possession du site et exploite les turbines hydrauliques pour fournir l'éclairage électrique aux communes environnantes (Vauvillers, Passavant, Selles). En 1927, la Société d'Eclairage Electrique de Pont-du-Bois, dirigée par Louis Tinchand, exploite également les centrales du Gros Moulin (Montmotier, 88) et de Freland (Mailleroncourt-Saint-Pancras, 70) ( étudiée IA70000179) , mais conserve son siège social à Pont-du-Bois. En 1931, Louis Tinchand modernise la centrale et y installe trois turbines de marque Goulut-Borne (Luxeuil, 70). A cette date, la société exploite aussi les usines hydroélectriques de La Pipée (Fontenoy-le-Château, 88) et de la Hutte (Claudon, 88). La centrale de Pont-du-Bois a été exploitée par EDF de 1946 jusqu'au milieu des années 1950, puis abandonnée jusqu'en 1973. Acquise à cette date par un particulier, elle a été remise en service et les bâtiments ont été réhabilités. Une nouvelle salle des machines a été édifiée en 1980 pour accueillir une turbine Dumont. Les logements ouvriers, le logement patronal et le bureau de la société électrique ont été vendus à des particuliers. Installation en 1833 d'un four à réverbère chauffé par la chaleur perdue des feux d'affinerie. En 1907, les forges totalisent "cinq turbines et trois roues pouvant fournir 100 chevaux". En 2006, l'usine hydroélectrique exploite deux turbines de type Kaplan, de marque Thee (Toul, 54) et Dumont (Pont-de-Saint-Uze, 26) qui produisent une moyenne annuelle de 500 000 kWh. Outre la turbine Dumont, achetée d'occasion, datant de 1945 et équipée d'un régulateur Dumont et d'un multiplicateur Comélor (Fougerolles, 70) , il subsiste une turbine Goulut-Borne déposée à l'extérieur. L'usine emploie 36 ouvriers en 1788, et 20 ouvriers en interne et 60 en externe en 1816. En 1875, 36 hommes et deux enfants travaillent à la forge, et 15 hommes et un enfant à la taillanderie. L'effectif global est de 34 hommes et 7 enfants en 1893.

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principale2e quart 19e siècle
  • Principale2e moitié 19e siècle
  • Principale1er quart 20e siècle
  • Principale2e quart 20e siècle
  • Principale4e quart 20e siècle

Dates

  • 1832porte la date, daté par source, daté par travaux historiques, daté par tradition orale
  • 1835porte la date, daté par source, daté par travaux historiques, daté par tradition orale
  • 1980porte la date, daté par source, daté par travaux historiques, daté par tradition orale

Description

Les ateliers de fabrication sont construits en rez-de-chaussée, moellon de grès enduit, charpente en bois et couverts de toits à longs pans, à demi-croupes, en tuile plate et tuile mécanique. Le logement patronal et le logement ouvrier de 1832 sont construits en moellon de grès enduit et comprennent un étage carré.

Afficher les données détaillées

  • Mursgrès / moellon / enduit
  • Toittuile mécanique / tuile plate
  • Étages1 étage carré
  • Couvrementscharpente en bois apparente
  • Couverturestoit à longs pans / croupe / demi-croupe
  • Énergiesénergie hydraulique / produite sur place / turbine hydraulique

Intérêt, protection et statut

Afficher les données détaillées

  • Statut de la propriétépropriété privée

Désignation

  • Dénomination(s)usine métallurgique, usine de petite métallurgie
  • Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, bâtiment d'eau, entrepôt industriel, logement patronal, logement d'ouvriers, bureau, bief de dérivation
  • Fonction(s) successive(s) ou actuelle(s) centrale hydroélectrique

Localisation

  • CommunePont-du-Bois
  • Milieu d'implantationisolé
  • Lieu-dit Forge la
  • Aire d'étude et cantonHaute-Saône - Vauvillers
  • Hydrographiedérivation du Coney

Étude

  • Copyright© Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Favereaux Raphaël
  • Date de l'étude2006

Localisation