Patrimoine en Franche-Comté - Maison et atelier d'horlogerie, puis usine d'horlogerie (usine de montres) Herbelin

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Maison et atelier d'horlogerie, puis usine d'horlogerie (usine de montres) Herbelin

9 rue de la 1ère Armée
25 - Charquemont
Dossier IA25001186 réalisé en 2012

Illustrations

Historique

L'usine d'horlogerie est née d'un atelier artisanal créé par Michel Herbelin (7 décembre 1921-20 décembre 2012). Après avoir travaillé un ou deux ans dans l'usine Brulard (au 26 Grande Rue), ce dernier s'établit à son compte en 1946-1947 comme fabricant de montres (marque Impec) dans son appartement surmontant la boulangerie, au 9 place de l'Hôtel de Ville. Il s'associe ensuite avec Léon Chatelain, qui dispose d'un atelier d'horlogerie dans sa maison au 1 rue de la Gare, maison accueillant aussi l'atelier de Louis Henri (ou Henry) et le café tenu par la mère de Michel, Rose Herbelin. Cette association, au sein de la Sarl des Ets Chatelain-Herbelin (au capital de 400 000 F), étant dissoute en 1950, il s'installe dans le bâtiment de la société Frésard Frères et Bessot (auparavant Aster Frésard), au 6 rue des Lilas. Son papier à en-tête précise alors qu'il est aussi "régleur de précision, membre de la Société chronométrique de France".

En 1956-1957, Michel Herbelin construit lui-même sa maison (au 13 rue des Villas), avec atelier de fabrication, bureau et garage au rez-de-chaussée, logements aux étages. Par la suite, le garage est transformé pour accueillir la comptabilité et un nouveau est construit. Le 19 septembre 1969 est créée la SA Michel Herbelin (au capital de 100 000 F) qui, avec l'arrivée de Jean-Claude aux côté de son père en 1972, développe l'aspect marketing et prend pied sur les marchés japonais, belges, allemands, américains et britanniques (via Jack Heuer), en Amérique du Sud et en Suède également (via Tommy Nilson). L'entreprise fait un temps partie, avec les maisons Georges Monnin et Cie (Charquemont), Marguet (Villers-le-Lac) et Parent (Villers-le-Lac), de la société France Montres Export constituée au milieu des années 1960 (avec l'aide de la Société de Développement de l'Horlogerie) pour fabriquer des mouvements en commun ; cette entreprise en a mécanisé la production : ainsi, 12 personnes peuvent réaliser 500 mouvements automatiques par jour là où, dans la fabrication traditionnelle, il en aurait fallu 20. En 1978, France Montres produit d'ailleurs (à Villers-le-Lac, Sancey-le-Grand et Charmauvillers), avec 95 personnes, plus de 600 000 mouvements dont une partie alimente Herbelin : utilisant également des mouvements de la région de Neuchâtel, ce dernier a alors une production de 1 000 montres par jour, dont 8 % de montres à quartz. Au cours des années 1980, Jean-Claude succède à son père et s'adjoint les compétences de son frère Pierre-Michel pour la partie technique. Cette décennie voit la sortie de la gamme Newport, production phare d'une société qui emploie en 1981 une centaine de personnes, fabrique 250 000 montres (dont 75 % sont vendues à l'exportation) et totalise plus de 600 modèles.

L'expansion de la société l'a conduit à bâtir une usine sur deux niveaux, au 9 rue de la 1ère Armée. Cette usine, opérationnelle le 1er août 1976, est considérablement agrandie en 1990 par l'architecte Joël Laffly (né le 6 décembre 1949), dont le cabinet Laffly Architecture Design est établi au 24 rue Bersot, à Besançon. La société achète en outre une habitation située derrière l'usine (cadastrée AB 171) qu'elle remplace par des garages, l'entrepôt d'un plombier (AB 458) et diverses parcelles de terrain à proximité afin d'aménager un parking.

En 2011, la SAS Michel Herbelin est présente dans 50 pays avec un catalogue de plus de 500 modèles, dont le tout dernier est la Newport Yacht Club. En 2012, elle compte 80 personnes : 70 à Charquemont, 4 dans les grands magasins parisiens et 6 agents commerciaux. Elle produit environ 100 000 montres par an : elle conçoit les modèles et en élabore les spécifications techniques, fait fabriquer les composants par des sous-traitants puis se charge de l'assemblage, des contrôles et réglages, et de la commercialisation.

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principale3e quart 20e siècle
  • Principale4e quart 20e siècle

Dates

  • 1956daté par tradition orale
  • 1976daté par tradition orale

Auteurs

  • AuteurJoël Laffly, architecte  / attribution par tradition orale
  • AuteurMichel Herbelin, auteur commanditaire  / attribution par tradition orale

Description

L'usine est bâtie en parpaings de béton enduits (corps originel) et en béton armé (extension). Le corps de bâtiment oriental a un étage carré et un étage de comble. Il est coiffé d'un toit à longs pans couvert de tuiles mécaniques, de même que le corps central situé dans son prolongement (en rez-de-chaussé surélevé et à étage carré). Les deux autres, à étage carré, sont protégés par une terrasse en béton, munie d'un lanterneau pour celui au nord, partiellement végétalisée pour celui à l'ouest. Le garage et le stockage au nord, en parpaings de béton enduits, sont en rez-de-chaussée et ont un toit terrasse. La maison associe elle-aussi béton et enduit, toit à longs pans et tuiles mécaniques. Elle compte un sous-sol, un étage carré et un étage en surcroît. Elle est prolongée au sud par l'atelier d'origine (transformé en piscine couverte) et un nord par le garage ; tous deux ont un toit en appentis, avec shingle pour le premier, tuiles mécaniques pour le second.

Afficher les données détaillées

  • Mursbéton / parpaing de béton / enduit / béton / béton armé / enduit
  • Toittuile mécanique / béton en couverture / matériau synthétique en couverture
  • Étages1 étage carré / étage de comble
  • Couvrements
  • Élévationsélévation à travées
  • Couverturestoit à longs pans / pignon couvert / lanterneau / terrasse / appentis
  • Escaliersescalier dans-oeuvre / escalier tournant à retours avec jour / en maçonnerie / escalier dans-oeuvre / escalier droit / en maçonnerie
  • Énergiesénergie électrique / achetée

Documentation

Documents d’archives

  • 3 P 128 Cadastre de la commune de Charquemont, 1812-1963- 3 P 128/1 : Registre des états de sections (1812)- 3 P 128/2-3 : Matrices cadastrales des propriétés bâties et non bâties [1823-1906]- 3 P 128/5 : Matrice cadastrale des propriétés bâties (1882-1910)- 3 P 128/8-9 : Matrice cadastrale des propriétés bâties (1911-1963)
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 3 P 128
  • 50 J 29 Syndicat de fabricants d'horlogerie de Besançon. Correspondance avec les fabricants, 1947-1971
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 50 J 29

Documents multimédias

  • Annuaire des Entreprises de France, le fichier national des chambres de commerce et d'industrie

Bibliographie

  • Bonjean, Sam. L'horloger Michel Herbelin s'est éteint à l'âge de 92 ans. In L'Est républicain. Edition du Doubs, samedi 22 décembre 2012 : ill.
  • Caboco, Laëtitia. Recensement du patrimoine horloger du Pays horloger, 2009-2010.
    Lieu de conservation : Pays horloger, Le Bélieu
  • Industrie horlogère : le cas Herbelin. Réalités franc-comtoises, 24e année, n° 235, mai 1981, p. 181-185 : ill.
  • Michel Herbelin 1976. Un programme ambitieux. La France horlogère, n° 366, avril 1976, p. 172-175 : ill.
  • Mitanchez, Pierre. Michel Herbelin a inauguré son usine modèle de Charquemont. La France horlogère, n° 389, mai 1978, p. 182-184 : ill.
  • Mitanchez, Pierre. L'inauguration à Charquemont de l'usine modèle de Michel Herbelin (suite). La France horlogère, n° 390, juin 1978, p. 135-1374 : ill.
  • Simonin, Michel. L'horlogerie au fil du temps et son évolution en Franche-Montagne, sur le plateau de Maîche. - Maîche : M. Simonin, 2007. 143 p. : ill. ; 30 cm.
  • Sornay, Lionel. Prosopographie des entreprises horlogères et de leurs financeurs sur le plateau de Maîche 1925-1973. - Besançon : Université de Franche-Comté, 2003. 56 p. : ill. ; 30 cm. Mém DEA : histoire industrielle : Besançon : 2003 ; 51.
  • Viennet, Jean-Pierre. Le pays des horlogers : trois siècles d'histoire franco-suisse. - Villers-le-Lac : Musée de la Montre, 2015. 271 p. : ill. ; 28 cm.

Témoignages oraux

  • Donzé Jacques, ancien horloger, historien de Charquemont
  • Frésard Jean-Louis, fondateur de la société éponyme. Charquemont
  • Herbelin, Pierre-Michel. Président du conseil d'administration de la SA Montres Michel Herbelin, à Charquemont
  •  

Désignation

  • Dénomination(s)maison, atelier, usine d'horlogerie
  • Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, atelier de conditionnement, bureau, bureau d'études, chaufferie, entrepôt industriel, logement, magasin industriel, stationnement, garage, transformateur, jardin, atelier de réparation

Localisation

  • CommuneCharquemont
  • Adresse 9 rue de la 1ère Armée
  • Milieu d'implantationen ville
  • Aire d'étude et cantonPays horloger (le) - Maîche

Étude

  • Copyright© Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Poupard Laurent
  • Date de l'étude2012