Patrimoine en Franche-Comté - Usine métallurgique, puis usine de quincaillerie, actuellement usine de construction métallique Waltefaugle

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Usine métallurgique, puis usine de quincaillerie, actuellement usine de construction métallique Waltefaugle

route de Champlitte
70 - Dampierre-sur-Salon
Dossier IA70000356 réalisé en 2008

Illustrations

Historique

Un moulin et un haut fourneau sont mentionnés en 1661, mais il semble que ce site métallurgique soit plus ancien. D'après l'enquête sur la métallurgie de 1788, il aurait été fondé en 1420, mais un dénombrement de 1556 ne signale plus que "le moulin de la forge". Au milieu du 18e siècle, le haut fourneau produit 500 à 600 milliers de fonte par an, contre 900 milliers en 1788. Il est exploité de 1770 à 1789 par Claude-François Rochet, lequel fait bâtir une demeure patronale au centre du village vers 1785. L'usine métallurgique est acquise par le maître de forges Claude-Pierre Dornier en 1804. L'ordonnance royale du 11 septembre 1842 autorise le sieur Dornier à maintenir en activité son usine à fer, consistant en un haut fourneau et deux patouillets. En 1838, le haut fourneau produit 700 t de fonte en gueuses et consomme 2000 stères de bois convertis en charbon et 2000 M3 de minerai de fer. Acquis au milieu du 19e siècle par la société Dufournel et Cie, le haut fourneau est éteint en 1862, et détruit avant 1889. Antoine Waltefaugle acquiert le site en 1881 et y implante une fabrique de quincaillerie (équerres, rondelles et plaques de sûreté). L'arrêté préfectoral de réglementation hydraulique du 29 novembre 1867 est modifié par un nouvel arrêté le 25 juin 1889. Joseph Waltefaugle, fils d'Antoine, prend la direction de l'usine vers 1885 et élargit la production aux étiquettes métalliques en cuivre et zinc nickelé, plaques pour fûts, "alphabets et vignettes". Georges succède à son père Joseph en 1909. Au début de la décennie 1920, la société s'oriente vers la construction métallique (hangars métalliques pour l'agriculture et l'industrie). De nouveaux ateliers à charpente métallique sont construits dans les années 1930. En 1946, la direction est reprise par Jean Waltefaugle, fils de Georges, et son beau-frère Jean-Marie Saugier. L'usine fonctionne cette année-là avec l'énergie électrique. L'atelier de fabrication des charpentes est agrandi en 1948 et équipé d'une riveteuse hydroélectrique. L'usine est encore agrandie et modernisée par la suite : construction d'un atelier des rondelles en 1958, de bureaux en 1962, d'une passerelle et de trois halles de fabrication (11 000 m²) en 1969. La rivière du Salon est dérivée en 1965 pour permettre au site de se développer vers le sud. Outre la production de rondelles, l'entreprise réalise principalement des charpentes pour les bâtiments agricoles et industriels, les salles de sport, halles de stockage, etc. Deux nouvelles halles de fabrication sont édifiées en 1973. Vers 1985, 3000 t de matériaux sortent annuellement des ateliers pour l'exportation. Un magasin industriel voit le jour en 1991. Vers 2000, l'usine livre annuellement 700 à 800 bâtiments agricoles et industriels. Elle se développe aujourd'hui sur 450 000 m², dont 40 000 couverts. En 2007, 13 800 t d'acier sont sorties des ateliers. Un logement directorial du début du 20e siècle et un logement ouvrier ont été détruits dans les années 1990. La demeure patronale a été classée Monuments Historiques en 1993. Propriété communale appelée Espace Couyba, elle accueille aujourd'hui une école de musique. En 1889, la chute du patouillet fait mouvoir une roue à palettes, d'environ 8 m de diamètre, qui met en jeu trois tours, deux machines à percer, quatre poinçonneuses, un balancier et un mouton à estamper, un cylindre ébarbeur et une meule. En 1910, Georges Waltefaugle demande l'autorisation de substituer une turbine à sa roue hydraulique. L'usine de quincaillerie emploie 10 hommes et 3 enfants en 1893, et 18 ouvriers en 1910. L'usine de construction métallique emploie 30 personnes en 1930, 272 en 1990, contre 200 en 2008.

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principale15e siècle
  • Principale17e siècle
  • Principale4e quart 18e siècle
  • Principale2e moitié 20e siècle

Dates

  • 1948daté par source, daté par travaux historiques
  • 1958daté par source, daté par travaux historiques
  • 1962daté par source, daté par travaux historiques
  • 1969daté par source, daté par travaux historiques
  • 1973daté par source, daté par travaux historiques
  • 1991daté par source, daté par travaux historiques

Auteurs

  • PersonnalitéCharles Couyba, habitant célèbre  / attribution par travaux historiques

Description

La demeure patronale, située 31 rue Carnot, est construite en moellon de calcaire enduit et couverte d'un toit à croupes en tuile mécanique. Son élévation comprend un rez-de-chaussée surélevé, un étage carré et un étage en surcroît. Les dépendances, construites de part et d'autre sur un plan en L, comprennent un étage carré et sont couvertes de toits à croupes en tuile creuse. La propriété s'ouvre sur la rue par une grille en fer, dont les colonnes centrales sont à bossages un-sur-deux. Les bâtiments industriels (ateliers de fabrication, magasins et entrepôts) sont principalement construits avec structure, charpente et essentage métallique. Le bâtiment des bureaux possède un étage carré et est couvert d'un toit en terrasse.

Afficher les données détaillées

  • Murscalcaire / moellon / enduit / béton / parpaing de béton / essentage de tôle
  • Toitfer en couverture / tuile mécanique / tuile creuse
  • Étagesrez-de-chaussée surélevé / 1 étage carré / étage en surcroît
  • Couverturesterrasse / toit à longs pans / croupe
  • Énergiesénergie hydraulique / produite sur place / énergie électrique / achetée / énergie électrique / produite sur place

Documentation

Documents figurés

  • Plan géométrique de l'ensemble du haut fourneau de Dampierre [...]. Aquarelle, encre de chine et canson, par P. Perrot, Gy, 15 août 1837, échelle 1:500.
    Lieu de conservation : Archives départementales de la Haute-Saône, Vesoul  - Cote du document : 301 S 5
  • Dampierre sur Salon. - Roue de l'usine Waltefaugle. Carte postale, photogr. Ch. Leroux, s.d. [fin 19e ou début 20e siècle]. Dans : " 150 ans d'histoire et de passion (1856-2006) [...] ", p. 26.
  • Projet de règlement d'eau de l'usine dite le Haut-fourneau appartenant à Waltefaugle. Plan, encre, aquarelle et calque sur carton, par l'ingénieur ordinaire Rosaire, 1889, échelle 1:1250
    Lieu de conservation : Archives départementales de la Haute-Saône, Vesoul  - Cote du document : 301 S 5
  • Vue aérienne de l'usine en 2002. Photogr., s.n., 2002. Dans : " 150 ans d'histoire et de passion (1856-2006) [...] ", p. 26.
  •  

Intérêt, protection et statut

Cette demeure a été construite vers 1785 pour le maître de forges Claude-François Rochet, fermier de divers établissements métallurgiques, dont le haut fourneau de Dampierre-sur-Salon, situé route de Champlitte. Vers 1909, la maison appartient à Charles Couyba (1866-1931) , homme politique, poète et chansonnier. Elle a été appelée château Beauvalet pendant la seconde moitié du 19e siècle.

Afficher les données détaillées

  • Éléments remarquables logement patronal
  • Protection Monument historiqueclassé MH (17/12/1993)
  • Précisions sur la protection

    Demeure, y compris le puits avec son auge, la clôture de la cour sur rue avec le portail y compris les grilles, le mur de soutènement du jardin ainsi que l'accès souterrain à la cave, et les parcelles 84 et 88 (cad. AC 84, 88) : classement par arrêté du 17 décembre 1993

  • Statut de la propriétépropriété privée, propriété de la commune

Désignation

  • Dénomination(s)usine métallurgique, usine de quincaillerie, usine de construction métallique
  • Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, magasin industriel, entrepôt industriel, bureau, bureau d'études, logement patronal

Localisation

  • CommuneDampierre-sur-Salon
  • Adresse route de Champlitte
  • Milieu d'implantationen village
  • Lieu-dit Fourneau le
  • Aire d'étude et cantonHaute-Saône - Dampierre-sur-Salon
  • Hydrographiedérivation du Salon

Étude

  • Copyright© Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Favereaux Raphaël
  • Date de l'étude2008

Localisation