Patrimoine en Franche-Comté - Ferme, puis magasin de commerce et atelier d'horlogerie de Bernard Mougin

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Ferme, puis magasin de commerce et atelier d'horlogerie de Bernard Mougin

17 et 19 rue Montalembert
25 - Maîche
Dossier IA25001403 réalisé en 2015

Illustrations

Historique

La ferme est bâtie après la confection du cadastre napoléonien en 1811, vraisemblablement en 1858 (millésime porté, avec les initiales T et V, sur le linteau de l'entrée de sa façade orientale). Elle est agrandie à plusieurs reprises, essentiellement au 20e siècle : corps de bâtiment au nord prolongé par l'atelier du 3 rue du Belvédère (avant 1937 ?), boutiques en façade, extension occidentale. Divisée entre divers particuliers, elle accueille au milieu de ce siècle l'atelier d'horlogerie de Bernard Mougin père (1905-1962). Ce dernier avait au 23 rue Montalembert (2015 AB 145) son magasin d'horlogerie, bijouterie et orfèvrerie, dans lequel il réparait des montres. Il le transfère en 1942 dans la partie orientale (au n° 19, à droite) : la boutique donne sur la rue Montalembert et se poursuit par l'appartement, prolongé au nord par le corps du 3 rue du Belvédère dans lequel Mougin ouvre en 1943-1944 un atelier de fabrication de montres. L'établissement se développe (il emploiera de 7 à 10 personnes) et exporte du 1er juillet 1949 au 30 juin 1950 6 543 montres (des calibres 5 1/4 à 10 1/2 lignes), sous les marques Amélior, Tavie et Vici. Bernard Mougin fils (1931-1994), qui succède à son père dans les années 1950, transfère l'atelier en 1955 ou 1956 dans l'autre partie de la ferme (au n° 17) puis au 5 rue du Général de Gaulle (2015 AK 210) vers 1961 : associé avec son beau-frère André Gache (qui reprend la librairie existante au rez-de-chaussée de cet immeuble), il y ouvre une boutique d'horlogerie bijouterie et dispose à l'étage d'un atelier de rhabillage, où il travaille seul. A partir de 1962-1963, l'atelier de la rue du Belvédère est brièvement loué par la fabrique de montres Relliac, qui y emploie une dizaine de personnes en sus de celles travaillant dans son établissement du 12 rue Sainte-Anne, avant de regrouper en 1965-1966 ses activités dans l'ancienne usine Rotschi, rue du Mont. Le bâtiment abrite actuellement des logements et des boutiques (une laverie automatique, un service d'aide à la personne et un cabinet d'assurances).

Afficher les données détaillées

Dates

  • 1858porte la date

Description

Les corps de bâtiments ont des murs en moellons calcaires enduits, à l'exception de la boutique du n° 19 et de l'extension récente qui sont en parpaings de béton enduits, et de la boutique du n° 17 (véranda en pan de métal). Ils sont coiffés de toits à longs pans et demi-croupes (pignon couvert pour le corps intermédiaire au nord), à couverture de tuile mécanique (l'extension récente est en appentis avec toiture en acier, la boutique du n° 19 a une terrasse en béton). L'ancienne ferme comporte sous-sol, étage carré, étage en surcroît et étage de comble ; l'atelier a un étage de soubassement et un rez-de-chaussée surélevé. Les dessertes sont assurées par des escaliers dans-oeuvre ; l'étage carré du corps intermédiaire et celui de la ferme sont directement accessibles depuis l'extérieur, le premier par un escalier droit en béton, le second par une rampe d'accès (levée de grange). La façade orientale est percée de fenêtres horlogères, au rez-de-chaussée et à l'étage, tandis que l'atelier est éclairé par des fenêtres d'atelier.

Afficher les données détaillées

  • Typologiesbaie d'atelier / baie horlogère
  • Murscalcaire / moellon / enduit
  • Toittuile mécanique / béton en couverture / acier en couverture
  • Étagessous-sol / 1 étage carré / étage en surcroît / étage de comble
  • Élévationsélévation à travées
  • Couverturestoit à longs pans / demi-croupe / pignon couvert / noue / appentis / terrasse
  • Escaliersescalier dans-oeuvre / escalier de distribution extérieur / escalier droit / en maçonnerie / cage ouverte
  • Autres organes de circulationsrampe d'accès

Documentation

Documents d’archives

  • 50 J 35 Syndicat de fabricants d'horlogerie de Besançon. Correspondance avec les fabricants, 1948-1963
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 50 J 35

Bibliographie

  • Simonin, Michel. L'horlogerie au fil du temps et son évolution en Franche-Montagne, sur le plateau de Maîche. - Maîche : M. Simonin, 2007. 143 p. : ill. ; 30 cm.
  • Vuillet, Bernard. Entre Doubs et Dessoubre. Tome II. Autour de Maîche et Belleherbe, d'après la collection de cartes postales de Georges Caille. - Les Gras : B. Vuillet, Villers-le-Lac : G. Caille, 1990. 231 p. : cartes postales ; 31 cm.

Témoignages oraux

  • Simonin Michel, ancien horloger, auteur de livres sur Maîche et l'horlogerie du Haut-Doubs. Maîche
  •  

Intérêt, protection et statut

Afficher les données détaillées

  • Statut de la propriétépropriété privée

Désignation

  • CommuneMaîche
  • Milieu d'implantationen ville
  • Adresse 17 et 19 rue Montalembert
  • Dénomination(s)ferme, magasin de commerce, atelier
  • Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, logement, boutique, garage, rampe d'accès, jardin
  • Fonction(s) successive(s) ou actuelle(s) maison

Localisation

  • Aire d'étude et cantonPays horloger (le) - Maîche

Étude

  • Copyright© Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Poupard Laurent
  • Date de l'étude2013

Localisation