Patrimoine en Franche-Comté - Présentation de l'étude du patrimoine industriel du Pays horloger

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Présentation de l'étude du patrimoine industriel du Pays horloger

25 -
Dossier IA25001310 réalisé en 2014

Fondé en 1995 à partir d'un sentiment identitaire fort cristallisé autour de l'horlogerie, le Pays horloger a vu son périmètre validé en 2001 : quatre cantons du Haut-Doubs (Maîche, Morteau, Le Russey et Saint-Hippolyte) plus deux communes de celui de Pont-de-Roide, soit 78 communes pour 760 km2 et 40 500 habitants environ. Du point de vue administratif, la structure est gérée par un Syndicat mixte, entité juridique réunissant aujourd'hui cinq communautés de communes : celle du Val de Morteau (créée en novembre 2000 et succédant à un district fondé en 1973), du Pays de Maîche (janvier 2010, issue d'une communauté créée le 1er janvier 2000), du Plateau du Russey (décembre 2001), de Saint-Hippolyte (janvier 2002) et Entre Dessoubre et Barbèche (décembre 2002).

Le Pays horloger sert de support à un projet qui en dépasse les limites : la création d'un parc naturel régional transfrontalier. Cette entité reposera en fait sur la coopération de deux PNR adossés : un parc suisse (le PNR du Doubs, créé en 2013 et regroupant 16 communes) et un parc français (en cours de définition, notamment quant à son étendue : 95 communes dans son extension maximale en 2014). Pour ce dernier, après une étude d'opportunité menée par la Région Franche-Comté en 2007-2009, l'heure est à l'élaboration de la charte (2014-2016) qui devrait être soumise à approbation en 2017 (enquête publique et délibérations des communes) et aboutir au dépôt de candidature en 2018.

C'est dans ce contexte que la Région, saisie d'une demande du Syndicat mixte, signe avec lui le 4 novembre 2013 une convention de coopération pour la réalisation d'une étude d'inventaire sur son territoire.

Suivant les termes de cette convention, l'étude « a vocation à mettre en exergue le patrimoine horloger dans le cadre de la préfiguration du Parc naturel régional. Le périmètre d'étude français compte 91 communes pour 50 000 habitants environ, rassemblant les cantons d'un territoire historiquement " berceau de l'horlogerie " […] Par souci de cohérence et de logique en rapport avec les autres couvertures réalisées sur le patrimoine industriel, le chercheur examinera la totalité du patrimoine industriel en prenant en compte les cantons dans leur ensemble et les activités autres qu'horlogères. L'inventaire ainsi réalisé servira de base et de levier au programme de valorisation porté par le Pays horloger et la Mission de préfiguration d'un Parc naturel régional. »

Favorisant le déroulement de l'étude par l'émission d'annonces dans son réseau et la mise à disposition de contacts et documentation, le Pays horloger se charge également de la diffusion des résultats de l'opération, de sa valorisation auprès du public (animations, etc.), de l'organisation des restitutions (aux élus et aux habitants), de faire le lien avec la mission de préfiguration du parc naturel régional.

La convention de 2013 prévoit que l'opération se déroulera sur trois ans (publication comprise), soit jusqu'en 2015. Toutefois, les deux premières années ont été consacrées à l'étude des centrales hydroélectriques du Groupement d'Usines Doubs (EDF) et à l'inventaire du canton de Maîche, achevé à la mi 2015 seulement du fait de l'importance horlogère de la ville de Charquemont (faisant l'objet à elle seule de plus de 130 dossiers). Le planning initial doit donc être revu et l'achèvement de l'étude différé d'un an au moins, sans parler de valorisation. C'est là l'objet de l'avenant à la convention signé le 20 octobre 2015.

L'inventaire est mené par un chercheur à temps plein, avec le soutien d'un photographe et d'un dessinateur à mi-temps. Il est facilité par la présence de personnes ressources, connaissant bien le tissu industriel de leur ville ou de leur village, qui permettent une localisation plus rapide des entreprises et une première validation des données rédigées. Ainsi, le travail sur Charquemont n'a atteint son degré de finesse et de précision que grâce à l'aide d'un ancien horloger Jacques Donzé. De même à Maîche avec Michel Simonin et à Villers-le-Lac avec Yves Droz (à l'origine du musée de la Montre), Jacques Renaud-Bezot (ancien patron horloger), Jean-Pierre Viennet (auteur du livre Le pays des horloger sorti en 2015) et Jean-Claude Vuez (descendant d'une famille d'horlogers), etc.

Date de mise en ligne des dossiers des principales communes horlogères : Charquemont à la mi 2015, Maîche à la fin 2015, Villers-le-Lac en janvier 2017, Les Gras en janvier 2018. La mise en ligne de Morteau est prévue début 2019.

(Rédaction : novembre 2018)

Illustrations

Désignation

Étude

  • Copyright© Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Poupard Laurent
  • Date de l'étude