Patrimoine en Franche-Comté - Usine d'horlogerie (usine de boîtes de montre) Gerber Frères puis de la Soborem

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Usine d'horlogerie (usine de boîtes de montre) Gerber Frères puis de la Soborem

5 rue Victor Hugo
25 - Morteau
Dossier IA25001853 réalisé en 2018

Illustrations

Historique

Signalée à Morteau dès 1913, la société en nom collectif Gerber Frères fait construire sa fabrique de boîtes de montre vers 1925. Réputée fondée en 1864, elle est d'origine suisse, issue de la société Gerber Frères de Delémont (canton du Jura). Cette dernière a été créée par Jules, Jean-Frédéric et Albert Gerber, fils de Jean Gerber qui fut monteur de boîtes de montre à Saint-Imier (canton de Berne) puis à Delémont. En 1930, elle emploie 38 personnes à Morteau : 20 hommes et 18 femmes (une autre statistique fait état à cette date de 35 personnes, dont 9 Italiens et 2 Suisses). Devenue Manufacture de Boîtes de Montres Gerber Frères (Sarl au capital de 400 000 F), elle agrandit peut-être son usine vers 1932 (?) et exploite les marques Orex (déposée en 1926), Chromex, Platinine et G. Durandalor (déposée en 1931). Elle est acquise vers 1933-1934 par la fabrique d'horlogerie des Ets Camille Mercier (8 rue de l'Helvétie), créée en 1910 par Camille Mercier (1889-1948), tandis que la société mère (cédée vers 1935) devient Manufacture de Boîtes de Delémont. L'usine semble augmentée d'un corps à l'est vers 1945 tandis qu'un deuxième corps de bâtiment est construit au nord, ce dernier lui même agrandi vers 1948. Après le décès de Camille Mercier, sa société est reprise par ses fils : André (1916-1969), Robert (1920-1998) et Camille (né en 1930). L'ancien site Gerber accueille la Soborem (société Robert Mercier en verlan) et, en 1950, au nord-est, la demeure bâtie pour Robert. L'usine est agrandie une dernière fois au sud-ouest entre 1965 et 1969 d'un atelier accueillant une grosse presse destinée au matriçage à chaud. La société, qui compte 20 à 30 salariés, est achetée en 1969 par Stéphane Sandoz, alors à la tête de deux entreprises à Maîche : la fabrique d'ébauches de montre Technic Ebauche et l'usine de galvanoplastie Coeurdor (il est aussi actionnaire majoritaire de la société Meyer et Grandgirard, à Besançon). Le site ferme en 1972 lorsque Sandoz fusionne sous le nom de Sandoz-Frainier la Soborem (Sarl au capital de 820 000 F) avec la société Frainier (30 rue de la Chaussée), qu'il vient d'acquérir, et les transfère dans une nouvelle usine aux Fins. Le bâtiment abrite actuellement un laboratoire d'analyses médicales.

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principale1ère moitié 20e siècle
  • Principale3e quart 20e siècle

Description

L'usine a certainement des murs en moellons calcaires enduits. Elle comporte un sous-sol, un rez-de-chaussée surélevé, un étage carré et un étage en surcroît, desservis par un escalier dans-oeuvre tournant à retours en béton. Largement éclairée par de nombreuses fenêtres, elle est coiffée par un toit à longs pans, croupes, égouts retroussés et tuiles mécaniques. Elle est encadrée par deux corps d'un étage carré, sommés d'un toit terrasse en béton (remplacé par un appentis métallique à l'est). Le bâtiment dans la cour est formé de trois corps, celui au centre plus élevé (il a un étage carré), protégés chacun par un toit à longs pans, pignons couverts (croupe pour celui au sud-ouest) et tuiles mécaniques.

Afficher les données détaillées

  • Murscalcaire / moellon / enduit
  • Toittuile mécanique / métal en couverture / béton en couverture
  • Étagessous-sol / rez-de-chaussée surélevé / 1 étage carré / étage en surcroît
  • Élévationsélévation à travées
  • Couverturestoit à longs pans / croupe / noue / appentis / terrasse
  • Escaliersescalier dans-oeuvre / escalier tournant à retours avec jour / en maçonnerie
  • Énergiesénergie électrique / achetée

Documentation

Documents d’archives

  • 3 P 412 Cadastre de la commune de Morteau, 1816-1978- 3 P 412 : Atlas parcellaire (11 feuilles), dessin (plume, lavis), par les géomètres du cadastre Girardier et Mestre, 1816-1817- 3 P 412/1 : Registre des états de sections, 1818- 3 P 412/4-5 : Matrice cadastrale des propriétés bâties et non bâties, 1823-1875. Le 1er volume manque.- 3 P 412/2-3 : Matrice cadastrale des propriétés bâties et non bâties, 1876-1914- 3 P 412/6 : Matrice cadastrale des propriétés bâties, 1882-1910- 3 P 412/7-9 : Matrice cadastrale des propriétés non bâties, 1911-1965- 3 P 412/10-13 : Matrice cadastrale des propriétés bâties, 1911-1978
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 3 P 412
  • M 3044 Travail et main d'œuvre, 1926-1930
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : M 3044
  • Catalogue de la Manufacture de Boîtes de Montres Gerber Frères, s.d. [décennies 1920-1930, entre 1925 et 1934 ?]
    Lieu de conservation : Collection particulière : Henri Bonnet, Fournet-Luisans
  • Papier à en-tête de la Manufacture de Boîtes de Montres Gerber Frères, 20 janvier 1934
    Lieu de conservation : Collection particulière : Henri Bonnet, Fournet-Luisans
  • Papier à en-tête de la Manufacture de Boîtiers de Montres des Ets Camille Mercier, 10 mars 1952
    Lieu de conservation : Collection particulière : Henri Bonnet, Fournet-Luisans

Documents figurés

  • [Vue d'ensemble de la ville, depuis le nord-ouest], photographie (plaque de verre), par Manias (?), s.d. [milieu 20e siècle]. Cote(s) originale(s) et inscription(s) : 1557 Morteau.
    Lieu de conservation : Région Bourgogne-Franche-Comté, Inventaire et Patrimoine, Besançon  - Cote du document : Fonds Manias
  • Morteau (Doubs) - 144 - Vue générale, carte postale, ph. Janin, s.d. [3e quart 20e siècle], Janinn éd. à Maîche
    Lieu de conservation : Collection particulière : Henri Ethalon, Les Ecorces
  • Prises de vues aériennes de l'IGN (20e siècle). Consultables en ligne via le site du Géoportail (www.geoportail.gouv.fr)

Bibliographie

  • Briselance, Claude-Gilbert. L'horlogerie dans le val de Morteau au XIXe siècle (1789-1914). - 1993. 2 vol., XXXII-398 - III-420 f. : ill. ; 30 cm. Mém. maîtrise : histoire contemporaine : Besançon : 1993
  • Chambre française de l'Horlogerie. Annuaire 1972/1973. - Paris : CFH, 1972. III-177 p. ; 30 cm.
  • Chatelain, Emma ; Donzé, Pierre-Yves. Gerber Jules (1879-1927). In : Dictionnaire du Jura, 2006. Article consultable en ligne : https://diju.ch/f/notices/detail/4356 (consultation : 16 juillet 2018)
  • Le département du Doubs. - [S.l.] : [s.n.], 1923 : ill. N° spécial de « L'Illustration économique et financière », supplément du 4 août 1923
  • Leiser, Henri ; Jacquot, Didier. Morteau et environs d'hier à aujourd'hui. - Pontarlier : Presses du Belvédère, 2010. 188 p. : ill. ; 24 cm.
  • Pugin, Jeannine. [Généalogie de la famille Mercier]. - 31 juillet 2018

Documents multimédias

  • Schröter, Andreas. [Mikrolisk, base de données des marques déposées horlogères]. - 1er quart 21e siècle. Accessible en ligne sur le site Mikrolisk (The horological trade mark index) à l'adresse : http://www.mikrolisk.de/

Témoignages oraux

  • Bénistant René, ancien responsable financier de la société HGT Petit-Jean, aux Fins. Valence
  • Charpier Pierre, fils d'André Charpier, ancien dirigeant de la société Charpier-Rième. Morteau
  • Vuez Jean-Claude, descendant d'une famille d'horlogers, historien de la société Parrenin, Villers-le-Lac
  •  

Intérêt, protection et statut

Afficher les données détaillées

  • Statut de la propriétépropriété privée

Désignation

  • Dénomination(s)usine d'horlogerie
  • Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, bureau, magasin industriel, cour, garage

Localisation

  • CommuneMorteau
  • Adresse 5 rue Victor Hugo
  • Milieu d'implantationen ville
  • Aire d'étude et cantonPays horloger (le) - Morteau

Étude

  • Copyright© Région Bourgogne-Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Poupard Laurent
  • Date de l'étude2013