Patrimoine en Franche-Comté - Maison et atelier de traitement thermique des métaux, de polissage et de galvanoplastie Perrot-Audet puis Magister

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Maison et atelier de traitement thermique des métaux, de polissage et de galvanoplastie Perrot-Audet puis Magister

18 Rue Neuve
25 - Charquemont
Dossier IA25001237 réalisé en 2014

Illustrations

Historique

Léon Perrot-Audet fait construire cette maison vers 1915, au moment où se constitue le quartier de la gare. Il y établit son atelier de traitement thermique des métaux et de polissage des pièces d'horlogerie (vis, rochets, cliquets, raquettes, etc.). Le bâtiment passe en 1919 à son fils Gustave, gendre de Léon Triponney dont il reprend l'affaire de sertissage de rubis du 3 rue Pasteur (il fabrique aussi des montres sous la marque Auper puis se convertira à la galvanoplastie à partir de 1949-1950). Nouveau propriétaire signalé par le cadastre en 1936 : Charles, le jeune frère de Gustave, qui poursuit l'activité de son père avec son atelier à l'étage de soubassement et au rez-de-chaussée, le bureau à l'étage. Il s'associe avec Camille Joriot, qui a créé en 1919 à Villers-le-Lac une fabrique de vis d'horlogerie et qui, le succès aidant, ne peut plus assurer la finition de sa production. L'entreprise de Joriot, société en nom personnel, devient en 1945 la Sarl Magister. Disposant d'un capital de 4 millions de francs en 1958, elle emploie plus d'une centaine de personnes entre ses sites de Villers-le-Lac (fabrication), Charquemont (polissage et galvanoplastie) et Maîche (où elle a ouvert vers 1956 un atelier d'estampage et matriçage, au 9 rue du Mont, dans l'ancienne usine d'horlogerie Rotschi). Elle produit alors des pièces pour l'horlogerie (raquettes, coquerets et pitons mobiles par exemple) et, surtout, des vis destinées à l'horlogerie mais aussi aux instruments et à l'appareillage de précision et, de plus en plus, à la lunetterie. Elle se replie définitivement sur son site d'origine vers 1977 mais à Charquemont, l'activité est un temps maintenue par la Sarl des Etablissements Perrot-Audet (au capital de 24 000 F), créée le 2 janvier 1971 : 17 personnes travaillent dans l'atelier à la fin de cette année. Aujourd'hui, le bâtiment est redevenu une simple maison, complétée en 1999 ou 2000 par un garage à l'ouest.

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principale1er quart 20e siècle

Description

La maison a des murs en moellons calcaires enduits, masqués par un essentage de planches à l'étage en surcroît. Elle est coiffée d'un toit à longs pans, pignons couverts et couverture de tuiles mécaniques. Elle comporte étage de soubassement (se prolongeant au sud et à l'est sous la terrasse), rez-de-chaussée surélevé, étage carré et étage en surcroît, desservis par un escalier dans-oeuvre. La façade postérieure présente une fenêtre horlogère au rez-de-chaussée. Des garages protégés par des toits en béton (terrasse à l'est, appentis recouvert de toile bitumineuse à l'ouest) sont adossés contre ses murs pignons.

Afficher les données détaillées

  • Typologiesbaie horlogère
  • Murscalcaire / moellon / enduit / béton / enduit
  • Toittuile mécanique / béton en couverture / bitume
  • Étagesétage de soubassement / rez-de-chaussée surélevé / 1 étage carré / étage en surcroît
  • Élévationsélévation à travées
  • Couverturestoit à longs pans / pignon couvert / terrasse / appentis
  • Escaliersescalier dans-oeuvre
  • Énergiesénergie électrique / achetée

Documentation

Documents d’archives

  • 3 P 128 Cadastre de la commune de Charquemont, 1812-1963- 3 P 128/1 : Registre des états de sections (1812)- 3 P 128/2-3 : Matrices cadastrales des propriétés bâties et non bâties [1823-1906]- 3 P 128/5 : Matrice cadastrale des propriétés bâties (1882-1910)- 3 P 128/8-9 : Matrice cadastrale des propriétés bâties (1911-1963)
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 3 P 128
  • 1132 W 389 Établissements classés (20e siècle)
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 1132 W 389

Documents figurés

  • 14. Charquemont. - Rue Neuve [vers la scierie], carte postale, s.n., s.d. [2e quart 20e siècle], éd. Hôtel du Lion d'Or à Charquemont
    Lieu de conservation : Collection particulière : Jacques Donzé, Charquemont
  • Charquemont (Doubs). 11058 - Vue générale aérienne, carte postale, s.n., s.d. [entre 1951 et 1958], Editions aériennes Cim Combier Imp. Macon
    Lieu de conservation : Collection particulière : Jacques Donzé, Charquemont

Bibliographie

  • Benoît, Maurice ; Gauthier, Jean [et al.]. La vie économique de Franche-Comté et du Territoire de Belfort. - Besançon : Impr. de l'Est, 1958.
  • Simonin, Michel. L'horlogerie au fil du temps et son évolution en Franche-Montagne, sur le plateau de Maîche. - Maîche : M. Simonin, 2007. 143 p. : ill. ; 30 cm.
  • Sornay, Lionel. Prosopographie des entreprises horlogères et de leurs financeurs sur le plateau de Maîche 1925-1973. - Besançon : Université de Franche-Comté, 2003. 56 p. : ill. ; 30 cm. Mém DEA : histoire industrielle : Besançon : 2003 ; 51.

Témoignages oraux

  • Donzé Jacques, ancien horloger, historien de Charquemont
  • Joriot Jean-Jacques, petit-fils de Camille Léon Joriot et fils de Camille Etienne Joriot
  •  

Intérêt, protection et statut

Afficher les données détaillées

  • Statut de la propriétépropriété privée

Désignation

  • Dénomination(s)maison, atelier
  • Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, logement, garage

Localisation

  • CommuneCharquemont
  • Adresse 18 Rue Neuve
  • Milieu d'implantationen ville
  • Aire d'étude et cantonPays horloger (le) - Maîche

Étude

  • Copyright© Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Poupard Laurent
  • Date de l'étude2013