Patrimoine en Franche-Comté - Usine d'horlogerie (usine de boîtes et bracelets de montre) Sandoz-Frainier, HGT Petit-Jean puis TWC Clyda

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Usine d'horlogerie (usine de boîtes et bracelets de montre) Sandoz-Frainier, HGT Petit-Jean puis TWC Clyda

2 route de Villers-le-Lac
25 - Les Fins
Dossier IA25001832 réalisé en 2018

Illustrations

Historique

En 1972, Stéphane Sandoz achète les Ets Frainier, fabrique de boîtes de montres créée en 1864 par Pierre Frainier à Porrentruy (canton du Jura, Suisse), transférée à Morteau en 1884, installée vers 1893 dans son usine du 30 rue de la Chaussée et développée par le fils de Pierre, Alfred Frainier. Sandoz est alors à la tête de deux entreprises à Maîche : la fabrique d'ébauches de montre Technic Ebauche et l'usine de galvanoplastie Coeurdor ; il est aussi actionnaire majoritaire de la société Meyer et Grandgirard, à Besançon, et a acquis en 1969 à Morteau une fabrique de boîtes de montre la Soborem. Il fusionne cette dernière avec Frainier (SA au capital de 957 180 F) sous le nom de Sandoz-Frainier et transfère en août 1972 la nouvelle entreprise dans l'usine de 3 000 m2 qu'il vient de faire construire, en 1971-1972, sur la commune des Fins, suivant les plans de l'architecte Walo Wurmet, du Locle (canton de Neuchâtel, Suisse). A cette époque, Wurmet est aussi l'auteur d'une extension à l'usine Bulova de Villers-le-Lac (future usine d'ébauches de montre Isa France) et de l'usine de la société Aciéra SA, au Crêt-du-Locle (Le Locle). En 1972, la société Sandoz-Frainier compte 230 à 240 personnes à la fabrication de boîtes de montre par "estampage, tournage, diamantage et polissage". Son parc machine est composé dans l'atelier des presses de 5 presses à balancier à friction de 100 t et 2 de 80 t, et de 5 presses à clavettes de 60 t, 3 de 30 t et 2 de 10 t, dans l'atelier de tournage de 2 tours Manurhin, 12 SMID, 15 CIH, 5 fileteuses Cridan et 4 tours de reprise, dans celui de diamantage de 8 tours, 8 fraiseuses F1, 2 copieuses et 2 machines de reprise, dans celui de perçage de 20 unités de perçage et 3 perceuses, dans celui de polissage de 20 tourets à polir, 10 lapidaires et 3 tourets à bande, dans celui des retouches de 4 machines spéciales et 3 de reprise, et dans l'atelier de mécanique de 12 tours, 12 fraiseuses, 2 perceuses, 2 machines de reprise et 1 rectifieuse. L'affaire se développe mais elle ne peut pas faire face à la concurrence asiatique et dépose son bilan le 30 mars 1978.

L'entreprise redémarre le 2 novembre 1978 sous la raison sociale Frainier SA (au capital de 3 millions F). Elle réunit Humbert Bourquard (qui la préside) et la Générale SA de Delémont (canton du Jura, Suisse) à hauteur de 36 % du capital, la Société de Développement de l'Horlogerie (SDH) représentée par Guy Cheval (35 %) et les entreprises Framelec (10 %) à Morteau, Maty (8 %) et Yema (8 %) à Besançon, Camille Bouhelier à Villers-le-Lac), France Montres Export (association des Ets Herbelin et Georges Monnin et Cie à Charquemont, Parent et Marguet à Villers-le-Lac) et Thalès à Morteau. Elle a vocation à fabriquer des boîtes dans deux secteurs pour lesquels la France est importatrice (métal injecté et acier) et à produire à la demande des modèles de haut de gamme exclusifs. En 1979, elle fabrique 120 000 à 150 000 boîtes par mois (boîtes étanches, de forme, pour montres pendentifs et pour montres de gousset), injectées (en zamak) ou usinées. Nouveau dépôt de bilan en mai 1983, alors qu'elle compte entre 120 et 150 salariés.

L'affaire est alors acquise par Gilbert Petit-Jean (né en 1935 à Villers-le-Lac), assisté de cadres de l'entreprise. Ce dernier a commencé en 1949, à 13 ans et demi, son apprentissage d'horloger près son grand-père Georges Vuillemin, à la tête de l'atelier Vuillemin Frères (12 rue du Quartier neuf à Villers). Il a travaillé en 1959 pour la société Hubert Lambert et Fils - Montres Lov (dans l'atelier du 6 rue du Maréchal Foch) puis à domicile pour les Ets Paul Maillardet, de Morteau, jusqu'à son départ en mai 1960 pour la Suisse (où il a fondé en 1975 la SA Gilbert Petit-Jean, qui fabrique des montres de haut de gamme et assemble des mouvements mécaniques pour diverses sociétés horlogères). Petit-Jean crée aux Fins la société Habillages de Garde-Temps Petit-Jean (ou HGT Petit-Jean), qui reprend 70 salariés et redémarre le 2 novembre 1983. Il loue un temps une partie de ses locaux à une autre société : la SFOM (Société pour faciliter l'Outillage mécanique), de Daniel Goy, fabrique de machines spéciales travaillant pour l'exportation. Il développe l'affaire et ajoute en 1988 à la fabrication des boîtes celles de bracelets métalliques (fabriquant ses propres machines). En 1989, alors que l'usine est agrandie une première fois (par le même Wurmet), HGT Petit-Jean (SA au capital de 1,3 millions F) compte 140 personnes (intéressées aux bénéfices) et réalise à l'exportation 94 % de son chiffre d'affaires (76 millions F). Elle en emploie près de 300 dans les années 1990, d'où une nouvelle extension en 1995-1996. Toutefois, la réforme des 35 heures votée en 2000 et des heurts avec le monde syndical conduisent en 2001 Gilbert Petit-Jean à céder son affaire (il en redémarre une aux Brenets, en Suisse, où il avait créé en 1988 une filiale chargée du montage des boîtes de Frainier). Acquis par le groupe Richemont, le site est fermé en 2005, alors que 128 personnes y sont employées, du fait des crises horlogères de 2001 et 2003, d'une concurrence chinoise accrue et de celle du bracelet cuir.

Le site est repris en 2006 par le groupe TWC Clyda, qui s'y installe en avril 2007 (70 personnes).

Ce dernier a absorbé la société Clyda fondée par trois des enfants de l'horloger Roger Monnin, de Charquemont (15 rue des Lilas) : Marie-Thérèse, Bernard et Roger. Spécialisée dans la montre de mode, distribuée par le réseau des horlogers bijoutiers joailliers, Clyda a assez vite grossi et a fait construire en 1975 une usine rue des Armaillis à Charquemont. Après avoir fusionné en 1997 avec la SA Léon-Georges Petit, issue d'une affaire installée rue Victor Hugo au début des années 1950, elle a donc été intégrée au groupe TWC (The Watches Connection), qui devient alors TWC Clyda (SA dont le siège social est au 16 passage de la Bonne Graine, à Paris). Le groupe est spécialisé dans la distribution d'accessoires de mode griffés dans les domaines de la montre (avec ses propres marques - Clyda et Scooter - et des marques sous licence), des bijoux, de la maroquinerie auquel s'ajoutera la lunette avec le rachat en juillet 2010 du lunetier L'Amy (250 personnes), de Morez (Jura).

Totalisant 135 personnes en 2008 (dont les 55 salariés transférés l'année précédente de Charquemont), TWC Clyda en compte en 2011 une centaine dans l'usine des Fins. Promue son centre logistique, cette dernière gère stocks, commandes et service après-vente (une trentaine d'horlogers y réceptionne chaque jour 400 à 450 montres). Le groupe est alors « le premier distributeur horloger indépendant français » (avec 47 % de son CA généré par l'horlogerie). En 2011, TWC intègre le groupe ILG (International Luxury Group), en partie détenu par LVMH. Le site des Fins ne compte plus que 75 salariés (et une vingtaine d'intérimaires) en 2014 lorsqu'il est menacé de fermeture au profit de Morez. L'activité s'y maintient cependant mais TWC est racheté en 2016 par le groupe américain Movado (qui crée cette année-là une nouvelle structure, Movado France, dans l'ancienne usine Herma de Villers-le-Lac). 43 salariés y travaillent encore en mars 2018 mais la société transfère à l'automne son activité à Etalans, sur l'ancien site de l'entreprise Vieille Matériaux (1 rue du tertre), et l'usine des Fins est désaffectée.

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principale3e quart 20e siècle

Dates

  • 1972daté par travaux historiques

Auteurs

  • AuteurWalo Wurmet, architecte  / attribution par tradition orale

Description

L'usine comporte trois corps de bâtiments principaux accolés, aux murs en béton armé essenté de tôle, coiffés par un toit terrasse en béton revêtu de bitume. Desservie en façade par un escalier extérieur droit monumental en béton, elle est en rez-de-chaussée surélevé sur un étage de soubassement partiel. Des escaliers extérieurs droits métalliques sont visibles sur les façades postérieure et latérale gauche.

Afficher les données détaillées

  • Mursbéton / béton armé / essentage de tôle
  • Toitbitume / béton en couverture
  • Étagesétage de soubassement / en rez-de-chaussée surélevé
  • Couverturesterrasse
  • Escaliersescalier de distribution extérieur / escalier droit / cage ouverte / en maçonnerie / en charpente métallique
  • Énergiesénergie électrique / achetée
  • État de conservationétablissement industriel désaffecté

Documentation

Documents d’archives

  • 3 P 242 Cadastre de la commune des Fins, 1817-1977- 3 P 242 : Atlas parcellaire (14 feuilles), dessin (plume, lavis), par les géomètres du cadastre Mestre et Doillon, 1817- 3 P 242/1 : Registre des états de sections, s.d. [1817 ?]- 3 P 242/2-3 : Matrice cadastrale des propriétés bâties et non bâties, 1823-1875- 3 P 242/4 : Matrice cadastrale des propriétés bâties et non bâties, 1876-1914- 3 P 242/5 : Matrice cadastrale des propriétés bâties, 1882-1910- 3 P 242/6-8 : Matrice cadastrale des propriétés non bâties, 1914-1977- 3 P 242/9-10 : Matrice cadastrale des propriétés bâties, 1911-1974
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 3 P 242
  • 336 W 23 Établissements classés (années 1970)
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 336 W 23

Documents figurés

  • 48. Frainier SA. Les Fins (Morteau), dessin (tirage, crayon de couleur), par Walo Wurmet (arch. SIA diplômé EPFZ Le Locle), 1971-1972, 1/200- Aménagements extérieurs, MA. dessinateur, 14 février 1972, 83 x 110,5 cm- Coupe, Maire dessinateur, 1er juin 1971, 29,5 x 106,5 cm- Façades, J.D.A. dessinateur, 30 août 1971, 53,5 x 73 cm
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 336 W 23

Documents multimédias

  • Capitaine56. Stroun Frères et Compagnie. - 29 mai 2017.Document accessible en ligne sur le forum de discussion Chronomania : http://forum.chronomania.net/mix_entry.php?id=252710#.WvwWlH9pyUk (consultation : 16 mai 2018)
  • Doubs : le fabricant de bracelets-montres HGT-Petitjean va fermer. Les Echos, 24 février 2006Article consultable en ligne sur le site des Echos : https://www.lesechos.fr/24/02/2006/LesEchos/19613-080-ECH_doubs---le-fabricant-de-bracelets-montres-hgt-petitjean-va-fermer.htm (consultation : 16 mai 2018)
  • Richemont reprend HGT Petitjean. - 11 octobre 2001. Article consultable en ligne sur le site de la fédération de l'Industrie horlogère suisse : http://www.fhs.swiss/fre/2001-10-11_124.html (consultation : 16 mai 2018)
  • Social / TWC : des emplois menacés aux Fins ? - Vendredi 23 mars 2018. Ill.Article consultable en ligne sur le site pleinair.net ("Premier site d'actualités franc-comtois") : http://pleinair.net/actualites/item/72761-social-twc-des-emplois-menaces-aux-fins (consultation : 16 mai 2018)

Bibliographie

  • C. T. Val de Morteau. Les locaux de Petitjean trouvent preneur. C'est-à-dire, n° 114, 25 septembre 2006, p. 5 : ill. Document accessible sur internet : http://www.c-a-d.fr/flip/CAD114/files/assets/downloads/CAD114.pdf (consultation : 22 mai 2014)
  • C. T. Les Fins. T.W.C., une référence dans la distribution d'accessoires de mode griffés. C'est-à-dire, n° 165, 25 avril 2011, p. 20 : ill. Document accessible sur internet : http://www.c-a-d.fr/flip/CAD165/files/assets/downloads/page0020.pdf (consultation : 22 mai 2014)
  • Chambre de Commerce et d'Industrie du Doubs. Horlogerie [dossier documentaire]. - Besançon : CCI du Doubs, juin 1988. 43 p. ; 30 cm.
    Lieu de conservation : Musée du Temps, Besançon  - Cote du document : 28700 CCI 1988
  • Chambre française de l'Horlogerie. Annuaire 1986/87. - Paris : CFH, 1986. 98 p. ; 30 cm.
  • Courtieu, Jean (dir.). Dictionnaire des communes du département du Doubs. - Besançon : Cêtre, 1982-1987. 6 t., 3566 p. : ill. ; 24 cm.
  • Le groupe TWC Clyda a pris possession des anciens locaux Petitjean. C'est-à-dire, n° 121, 30 avril 2007, p. 4.
  • Lagrange, Lisa. Les 75 salariés de TWC ont reçu leur courrier. L'Est républicain, édition du Doubs, 17 octobre 2014, ill.
  • Lagrange, Lisa. Coup de théâtre chez TWC. L'Est républicain, édition du Doubs, mercredi 17 décembre 2014, ill.
  • La manufacture de boîtes Frainier S.A. s'est adaptée aux conditions nouvelles du marché. La France horlogère, n° 403, septembre 1979, p. 461-462 : ill.
  • De nouveaux dirigeants à Frainier S.A. La France horlogère, n° 396, janvier 1979, p. 278.
  • Vieille, Jean-Claude. Nouvelle prise pour Etalans, l'entreprise TWC. L'Est républicain, édition du Doubs, lundi 10 décembre 2018, ill.
  • Viennet, Jean-Pierre. Le pays des horlogers : trois siècles d'histoire franco-suisse. - Villers-le-Lac : Musée de la Montre, 2015. 271 p. : ill. ; 28 cm.

Témoignages oraux

  • Bénistant René, ancien responsable financier de la société HGT Petit-Jean, aux Fins. Valence
  • Droz Yves, collectionneur de pièces horlogères et fondateur du Musée de la Montre, Villers-le-Lac
  • Petit-Jean Gilbert, fondateur de la société HGT Petit-Jean. Les Brenets (Suisse)
  • Viennet Jean-Pierre, ancien horloger, fondateur de l'association HorloPassion
  •  

Annexe(s)

  • Le parcours professionnel de Gilbert Petit-Jean [+]

Intérêt, protection et statut

Afficher les données détaillées

  • Statut de la propriétépropriété privée

Désignation

  • Dénomination(s)usine d'horlogerie
  • Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, atelier de réparation, atelier de conditionnement, bureau, bureau d'études, cantine, chaufferie, entrepôt industriel, magasin industriel, vestiaire d'usine, garage, quai, stationnement

Localisation

  • CommuneLes Fins
  • Adresse 2 route de Villers-le-Lac
  • Milieu d'implantationen ville
  • Aire d'étude et cantonPays horloger (le) - Morteau

Étude

  • Copyright© Région Bourgogne-Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Poupard Laurent
  • Date de l'étude2013