Patrimoine en Franche-Comté - Usine d'horlogerie (usine de montres) de Camille Claude

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Usine d'horlogerie (usine de montres) de Camille Claude

12 Grande Rue
25 - Villers-le-Lac
Dossier IA25001492 réalisé en 2016

Illustrations

Historique

L'usine (avec logement) est bâtie vers 1929 pour l'horloger Camille Claude (1896-1962), cousin des fondateurs de la société Claude Frères (au 1 place Saint-Jean), sur une parcelle de terrain appartenant autrefois à son beau-père, l'horloger Charles François Tochot (1857-1910). Elle s'inscrit dans le prolongement d'une petite bâtisse (à l'emplacement du stationnement actuel) édifiée en 1876 par Léopold Girard, beau-père de Tochot (Claude avait en même temps acquis le bâtiment voisin, une maison reconstruite en 1843 par François Joseph Joriot à l'emplacement de celle représentée sur le plan cadastral napoléonien de 1817, qu'il vendra vers 1967 à la commune et qui cèdera la place entre 1969 et 1975 à un immeuble donnant rue Pasteur - au n° 5 ? - et au 10 Grande Rue). Claude fait agrandir son usine durant les années 1940 (vers 1942 et 1947 ?), vers l'ouest, puis une nouvelle extension est signalée en 1954 (?). En 1953, la société achète 2 900 ébauches françaises des Ets Virgile Cupillard et Parrenin ; en 1965, elle est classée dans la catégorie de 0 à 10 salariés. On ne sait à quel moment elle disparaît.

Le site est occupé de 1960 à 1975 environ par la société Fabior-Watch, petite entreprise horlogère de Maurice Besançon, auparavant installée à son domicile au 11 rue du Maréchal de Lattre de Tassigny. Elle occupe une douzaine de personnes sur place et presque autant à domicile, et fabrique des montres avec comme spécialités la montre de gousset et, à la fin des années 1980, la montre squelette ; elle utilise des boîtes de la Sarl des Ets Camille Berthet et Cie (puis Berthet Frères) de Charmauvillers, avec laquelle elle est liée, et des mouvements des Ets Parrenin (HP 40 notamment). Cette Sarl est ensuite transférée au rez-de-chaussée de l'immeuble du début des années 1970 (qu'elle quittera en 1991 pour l'ancienne usine Parent Frères, au 4 place Saint-Jean). Par la suite, dans les années 1980, est signalée la Sarl Carol Anguenot Horlogerie, du nom de la fille d'un de ses fondateurs, Jean Anguenot, dirigeant de la société Anguenot Frères - Herma, au 5 rue Pierre Berçot (l'autre fondateur étant Denis Carrel). Cette Sarl (puis SA au capital de 450 000 F en 1986) fait fabriquer des montres qu'elle vend sur les marchés européen (Italie) et du Sud-Est asiatique, notamment à Hong Kong (via le groupe City Chain, fondé en 1985). Au décès de Jean Anguenot, en 1988, la marque est reprise par son gendre, Pierre Berthet, à la tête de la société Berthet Frères, issue de Charmauvillers. Le bâtiment n'abrite plus d'activité productive mais des logements ; la bâtisse de 1876 a été démolie entre 1991 et 1996.

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principale2e quart 20e siècle

Description

Le bâtiment d'origine a des murs de moellons calcaires enduits (comme le corps d'entrée rue Pasteur) tandis que l'extension à l'ouest fait peut-être appel au béton. Le premier est coiffé d'un toit à longs pans, pignons couverts et tuiles mécaniques (les deux autres d'une terrasse en béton), et compte un étage de soubassement, un rez-de-chaussée surélevé, un étage carré et un étage de comble (dont sont dépourvus les deux autres), desservis par un escalier dans-oeuvre. Il présente sur sa façade sud (côté Grande Rue) une fenêtre horlogère au soubassement et des fenêtres d'atelier aux deux autres niveaux, sur sa façade nord (rue Pasteur) des fenêtres d'atelier au rez-de-chaussée. L'extension, pour sa part, a des fenêtres d'atelier à chacun des trois niveaux côté Grande Rue et au rez-de-chaussée côté rue Pasteur. Le garage fait appel au béton pour ses murs et son toit terrasse. Deux escaliers isolés rattrapent le dénivelé entre la Grande Rue et les portes du soubassement.

Afficher les données détaillées

  • Typologiesbaie horlogère / baie d'atelier
  • Murscalcaire / moellon / enduit / béton / enduit
  • Toittuile mécanique / béton en couverture
  • Étagesétage de soubassement / rez-de-chaussée surélevé / 1 étage carré / étage de comble
  • Élévationsélévation à travées
  • Couverturestoit à longs pans / pignon couvert / terrasse
  • Escaliersescalier dans-oeuvre / escalier isolé / escalier droit / en maçonnerie
  • État de conservationétablissement industriel désaffecté

Documentation

Documents d’archives

  • 3 P 628 Cadastre de la commune de Villers-le-Lac, 1817-1973- 3 P 628 : Atlas parcellaire (18 feuilles), dessin (plume, lavis), par les géomètres du cadastre Vial et Girardier, 1817- 3 P 628/1-2 : Registre des états de sections (1817 ?) - 3 P 628/3-4 : Matrices cadastrales des propriétés bâties et non bâties, 1822-1910- 3 P 628/5 : Matrice cadastrale des propriétés bâties, 1882-1910- 3 P 628/10-12 : Matrice cadastrale des propriétés bâties, 1911-1973
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 3 P 628
  • 50 J 23 Syndicat de fabricants d'horlogerie de Besançon. Correspondance avec les fabricants, 1948-1962
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 50 J 23
  • "La squelette Fabior-Watch" - sur base calibre H.P.X. 40 [publicité], s.d. [entre 1960 et 1975]

Documents figurés

  • Villers-le-Lac (Doubs). 22173 - Vue panoramique aérienne [depuis le sud], carte postale (carte photo), par Rancurel, s.d. [1952], Combier (CIM) éd. et impr. à Macon
    Lieu de conservation : Collection particulière : Jean-Claude Vuez, Villers-le-Lac
  • Prises de vues aériennes de l'IGN (20e siècle). Consultables en ligne via le site du Géoportail (www.geoportail.gouv.fr)

Bibliographie

  • Chambre française de l'Horlogerie. Annuaire 1986/87. - Paris : CFH, 1986. 98 p. ; 30 cm.
  • Les établissements horlogers en France. - S.l. : s.n., mars 1965. 17 p. ronéotypées ; 20 cm.
    Lieu de conservation : Collection particulière : Michel Simonin, Maîche
  • Une montre squelette française. Cetehor informations, 1988 : ill.

Documents multimédias

  • Guichard, Jean-Marie. Recherches généalogiques. Accessibles en ligne sur le site de Geneanet : http://gw.geneanet.org/

Témoignages oraux

  • Berthet Pierre, gérant de la Sarl Berthet, à Villers-le-Lac et Charmauvillers
  • Droz Yves, collectionneur de pièces horlogères et fondateur du Musée de la Montre, Villers-le-Lac
  • Renaud-Bezot Jacques, ancien dirigeant de la société horlogère du même nom. Villers-le-Lac
  •  

Intérêt, protection et statut

Afficher les données détaillées

  • Statut de la propriétépropriété privée

Désignation

  • Dénomination(s)usine d'horlogerie
  • Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, logement, stationnement, garage

Localisation

  • CommuneVillers-le-Lac
  • Adresse 12 Grande Rue
  • Milieu d'implantationen ville
  • Aire d'étude et cantonPays horloger (le) - Morteau

Étude

  • Copyright© Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Poupard Laurent
  • Date de l'étude2015