Patrimoine en Franche-Comté - 4 ponts ferroviaires et routiers (voie ferrée Andelot - La Cluse)

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

4 ponts ferroviaires et routiers (voie ferrée Andelot - La Cluse)

R.D. 470
39 - Lavans-lès-Saint-Claude
Dossier IA39001171 réalisé en 2006

Illustrations

Historique

L'entrepreneur Constantin Gaya, de Charvonnex (Haute-Savoie) , construit deux ponts à Lizon entre le 9 juin 1881, date de l'adjudication du premier lot du tronçon Saint-Claude - Dortan, et mars 1886, date à laquelle ce lot, qui va de Saint-Claude à Molinges, en est aux travaux de parachèvement. Postérieur à avril 1883, le premier pont enjambe la voie et supporte la route départementale ; le second permet le franchissement du ruisseau du Lizon. La réception du tronçon, dont le projet a été défini par les ingénieurs des Ponts et Chaussées Toussaint et Picquenot (Paul ?) , a lieu le 25 juin 1889 et son ouverture à l'exploitation le 10 juillet suivant. Un troisième pont est édifié en 1898-1899 pour le chemin de fer à voie métrique Lons-le-Saunier - Saint-Claude (dit tramway ou tacot) : il s'insère entre les deux premiers, débouchant côté vallée près de l'extrémité du pont routier. Concédée le 2 août 1895 à la Compagnie générale des Chemins de Fer vicinaux (fondée en 1888) , cette ligne longue de 70 km est l'oeuvre de l'ingénieur en chef des Ponts et Chaussées Barrand. Elle est inaugurée le 23 octobre 1898 mais le tronçon de Clairvaux-les-Lacs à Saint-Claude n'est ouvert à l'exploitation que le 15 décembre suivant. Rachetée par le Conseil général en 1946, elle est fermée en 1948 ; le pont du tacot est alors désaffecté. En 1987, le tracé de la route départementale est rectifié : le pont routier du 19e siècle est détruit et un nouveau pont construit en amont, en 1986 et 1987, à la demande de la Direction départementale de l'Equipement. Cet ouvrage est dû à l'ingénieur E.T.P. Jean-Claude Buchin, du bureau d'études bisontin Structure Acier Béton Voie, et sa réalisation a été confiée à l'entreprise Félix Baroni, de Chassal.

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principale4e quart 19e siècle
  • Principale4e quart 20e siècle

Dates

  • 1886daté par source, daté par travaux historiques, daté par tradition orale
  • 1898daté par source, daté par travaux historiques, daté par tradition orale
  • 1987daté par source, daté par travaux historiques, daté par tradition orale

Auteurs

  • Auteur Picquenot, ingénieur civil  / attribution par source, attribution par travaux historiques, attribution par tradition orale
  • AuteurConstantin Gaya, entrepreneur  / attribution par source, attribution par travaux historiques, attribution par tradition orale
  • Auteur Barrand, ingénieur civil  / attribution par source, attribution par travaux historiques, attribution par tradition orale
  • AuteurJean-Claude Buchin, ingénieur civil  / attribution par source, attribution par travaux historiques, attribution par tradition orale
  • AuteurFélix Baroni, entrepreneur  / attribution par source, attribution par travaux historiques, attribution par tradition orale
  • Auteur Toussaint  / attribution par source, attribution par travaux historiques, attribution par tradition orale

Description

Les ouvrages se succèdent sur une centaine de mètres et sont inscrits dans une courbe (d'un rayon de 300 m) de la voie à gauche. Ceux du 19e siècle sont construits en moellon et pierre de taille calcaires, celui du 20e siècle est en béton armé. Le pont routier (au PK 078.876) se composait d'une arche de 12 m, voûtée en berceau segmentaire. Il débouchait côté vallée sur une plate-forme en arc de cercle, soutenue par un mur, permettant aux véhicules de prendre le virage à angle droit que fait la route à cet emplacement. Celui du tacot (PK 078.900), à appareil à bossages rustiques, comporte deux culées biaises mais a perdu son tablier métallique. Il est raccordé à la plate-forme par une arche en plein-cintre. Relativement long (49 m), le pont sur le Lizon (PK 078.922) forme un petit tunnel, large de 5 m et haut de 6, 80 m. Courbe à gauche, il est voûté en berceau plein-cintre et se prolonge par des murs de soutènement en aile. Il est surmonté d'un fort remblai, le ruisseau se trouvant 13 m en dessous du niveau de la voie. Un aqueduc " ovoïde " de 80 cm d'ouverture (PK 078.893) assurait l'alimentation en eau d'un petit établissement hydraulique (cadastré 2006 AI 96), situé à gauche de la voie. Le pont du 20e siècle (PK 078.815), à poutres, est à culées biaises et présente une ouverture droite de 8, 06 m et une hauteur libre de 5, 30 m.

Afficher les données détaillées

  • Typologiespont à poutres
  • Murscalcaire / béton / bossage / pierre de taille / béton armé
  • Couvrementsvoûte en berceau plein-cintre

Documentation

Documents figurés

  • Environs de Saint-Claude - Vallée de la Bienne et du Lizon, 1ère moitié 20e siècle. Carte postale, s.d. [1ère moitié 20e siècle], Jules Mermet libraire à Saint-Claude éd. par Regad, A. (photographe)
    Lieu de conservation : Archives communales, Saint-Claude  - Cote du document : AVSC 75-163 / T01 - B1
  •  

Intérêt, protection et statut

Afficher les données détaillées

  • Statut de la propriétépropriété du département, propriété d'un établissement public de l'Etat

Désignation

  • Dénomination(s)pont
  • Parties constituantes non étudiéesaqueduc

Localisation

  • CommuneLavans-lès-Saint-Claude
  • Adresse R.D. 470
  • Milieu d'implantationen écart
  • Lieu-dit Lizon
  • Aire d'étude et cantonla voie ferrée Andelot - La Cluse - Saint-Claude
  • Hydrographiele lizon

Étude

  • Copyright© Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Poupard Laurent
  • Date de l'étude2004