Patrimoine en Franche-Comté - Usine d'horlogerie (usine de montres) Maret, puis Anguenot Frères puis Zenith Time France

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Usine d'horlogerie (usine de montres) Maret, puis Anguenot Frères puis Zenith Time France

1 rue du Stade
25 - Villers-le-Lac
Dossier IA25001571 réalisé en 2016

Illustrations

Historique

Composé de deux corps en équerre, le bâtiment est construit entre 1938 et 1951 (certainement à l'issue de la deuxième guerre mondiale bien que la matrice cadastrale donne la date de 1952), peut-être par l'agence d'architecture Oesch et Rossier, du Locle (Suisse) ; il sera agrandi (dans les années 1970 ?) d'un troisième corps en rez-de-chaussée accolé à la façade postérieure. Il est édifié pour la SA Anguenot Frères - Herma qui, fondée par Alfred (1882-1965) et Gaston (1888-1953) Anguenot et tout d'abord établie au 5 rue de la Perrière, vient en 1948 de se faire construire une usine d'horlogerie au 5 rue Pierre Berçot. Le bâtiment de la rue du Stade est occupé par Roger Maret. Embauché en 1932 par la Manufacture Marius Anguenot, ce dernier s'est mis à son compte en 1943 en achetant l'affaire de Marcel Aeschlimann, horloger rhabilleur à Morteau (au 16 rue Jean Jaurès). Tout d'abord installé au 9 rue du Lac, il transfère son affaire dans la nouvelle usine où il fabrique des montres sous la marque Marcella. Il acquiert en 1950 9 650 ébauches françaises (6 800 au calibre 10 1/2 lignes et 2 850 au calibre 5 1/4) : 3 450 des Ets Parrenin (HP) et 600 des Ets Cupillard (VC) à Villers-le-Lac, 800 de la Fabrique d'Ebauches de Maîche (FEM), 400 de l'Horlogerie de Savoie (HS) à Annemasse et 4 400 Dama (cette dernière marque est exploitée par le Groupe des Maisons Marius Anguenot qui, outre l'établissement de Villers-le-Lac, réunit notamment la Fabrique d'Ebauches de Maîche et la Société européenne de Fabrication d'Ebauches d'Annemasse - ou Société d'Exploitation de la Fabrique d'Ebauches d'Annemasse - Sefea). Maret fait faillite en 1951 et part à Nice, où il devient directeur de la Société des Montres Nicea.

Le site est ensuite occupé par Nicolas Petrof, dont la société l'Electricité industrielle y ouvre en 1952-1953 la première "laverie automatique en machines individuelles" de Villers-le-Lac. La demande d'autorisation fait état d'un parc de cinq machines à laver Bendix et de deux ou trois femmes employées. Il est acquis, à la fin des années 1960 ou au début des années 1970, par le groupe Finhor, créé en 1969 par la réunion des sociétés Anguenot Frères - Herma et Hubert Lambert et Fils (montres Lov), au 6 rue du Maréchal Foch. Ce groupe, dont Jaz est actionnaire (non majoritaire avant 1978), se compose alors d'une société de fabrication la Sodexhor (Société d'Exploitation horlogère, Sarl au capital de 850 000 F), qui conserve le bâtiment de la rue Pierre Berçot, et de trois sociétés commerciales auxquelles elle vend sa production : Anguenot Frères (plutôt spécialisée dans l'exportation et qui établit en 1969 ses bureaux rue du Stade), Herma (qui emménage dans l'ancienne usine Virgile Cupillard, 2 place Maxime Cupillard) et Lov (plutôt chargée du service après-vente, maintenue dans son site). Le 27 juillet 1978, Finhor (SA au capital de 6 060 000 F) et Cupillard-Rième, de Morteau, fusionnent au sein du groupe Framelec (France Montre Electronique), dans lequel Jaz et la Société de Développement de l'Horlogerie sont également présentes à hauteur du tiers chacune. Fort d'un effectif total de 1 700 personnes (réparties entre Morteau, Villers-le-Lac et Wintzenheim dans le Haut-Rhin) et d'une capacité de production annuelle de 2 millions de montres, Framelec fait construire à Morteau en 1978-1979 une nouvelle usine, qui abritera son siège social. Anguenot Frères semble quitter les lieux à cette date. Par la suite, les locaux abritent la société Zenith Time France, filiale (comme Zenith Time GMBH à Pforzheim, en Allemagne, et Zenith Time GB à Twickenham, en Angleterre) de la société suisse Zenith, devenue Zenith Time en 1972. Cette dernière est issue de la fabrique de montres, intégrée au groupe LVMH en 1999-2000, qui fut fondée en 1865 par Jacques Favre-Jacquot au Locle (rue des Billodes), prit le nom de Zenith en 1911 et ouvrit en 1923 une usine à Besançon (chemin des Ragots). Spécialisée dans le commerce de gros et comptant une quinzaine de personnes, la Zenith Time France (SA au capital de 152 449 €) disparaît en 2001. Le bâtiment a depuis été converti en immeuble.

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principale2e quart 20e siècle

Auteurs

Description

Le site est formé de trois corps de bâtiment, dont les murs semblent réalisés en béton enduit. Le plus élevé est dédié aux garages et aux logements ; comportant deux étages carrés et un étage de comble, desservis par deux escaliers dans-oeuvre (l'un droit, l'autre tournant à retours avec jour), il est coiffé par un toit à longs pans, pignons couverts et tuiles mécaniques. L'ancienne usine, à l'est, a un étage carré éclairé par des fenêtres d'atelier. Elle est sommée d'une terrasse en béton, tout comme l'extension en rez-de-chaussée qui est en retour d'équerre au nord.

Afficher les données détaillées

  • Typologiesbaie d'atelier
  • Mursbéton / enduit
  • Toittuile mécanique / béton en couverture
  • Étages2 étages carrés / étage de comble
  • Élévationsélévation à travées
  • Couverturestoit à longs pans / pignon couvert / terrasse
  • Escaliersescalier dans-oeuvre / escalier tournant à retours avec jour / escalier dans-oeuvre / escalier droit
  • Énergiesénergie électrique / achetée

Documentation

Documents d’archives

  • 3 P 628 Cadastre de la commune de Villers-le-Lac, 1817-1973- 3 P 628 : Atlas parcellaire (18 feuilles), dessin (plume, lavis), par les géomètres du cadastre Vial et Girardier, 1817- 3 P 628/1-2 : Registre des états de sections (1817 ?) - 3 P 628/3-4 : Matrices cadastrales des propriétés bâties et non bâties, 1822-1910- 3 P 628/5 : Matrice cadastrale des propriétés bâties, 1882-1910- 3 P 628/10-12 : Matrice cadastrale des propriétés bâties, 1911-1973
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 3 P 628
  • 50 J 32 Syndicat de fabricants d'horlogerie de Besançon. Correspondance avec les fabricants, 1948-1966
  • Archives départementales du Doubs, Besançon, 171 W 30 Etablissements classés (1953-1964)
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 171 W 30
  • Papier à en-tête de la Compagnie Zénith-Paris, 16 novembre 1918
    Lieu de conservation : Collection particulière : Brice Leibundgut, Paris

Documents figurés

  • Messieurs Anguenot Frères, Villers-le-Lac. Plan de situation, dessin (tirage), par les architectes Oesch et Rossier, Le Locle décembre 1951 [1952], 25 x 20,5 cm, 1/1000
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 171 W 30
  • Plan de rez de chaussée/s/sol. Imm. Anguenot Fr. Laverie individuelle Bendix, dessin (crayon de papier), s.n. [Oesch et Rossier ?], s.d. [décembre 1952], 21 x 27 cm, sans échelle [échelle approximative 1/100]
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 171 W 30
  • Villers-le-Lac (Doubs). 22173 - Vue panoramique aérienne [depuis le sud], carte postale (carte photo), par Rancurel, s.d. [1952], Combier (CIM) éd. et impr. à Macon
    Lieu de conservation : Collection particulière : Jean-Claude Vuez, Villers-le-Lac
  • Prises de vues aériennes de l'IGN (20e siècle). Consultables en ligne via le site du Géoportail (www.geoportail.gouv.fr)

Bibliographie

  • Chambre française de l'Horlogerie. Annuaire 1972/1973. - Paris : CFH, 1972. III-177 p. ; 30 cm.
  • Finhor, Jaz et Cupillard-Rième s'unissent pour créer "Framelec". La France horlogère, n° 391, juillet-août 1978, p. 31.
  • Framelec qui réunit désormais Jaz, Finhor, Cupillard-Rième disposera de moyens puissants pour affronter la concurrence mondiale et développer la technologie française des montres à quartz. La France horlogère, n° 393, octobre 1978, p. 191-196 : ill.

Documents multimédias

  • Sirene, base de données de l'Insee consultable sur le site internet Score3.fr

Témoignages oraux

  • Droz Yves, collectionneur de pièces horlogères et fondateur du Musée de la Montre, Villers-le-Lac
  • Flores Joseph, ancien horloger, rédacteur de la revue de l'Afaha (Association française des Amateurs d'Horlogerie ancienne) Horlogerie ancienne. Villers-le-Lac
  • Renaud-Bezot Jacques, ancien dirigeant de la société horlogère du même nom. Villers-le-Lac
  •  

Lien(s) web

Intérêt, protection et statut

Afficher les données détaillées

  • Statut de la propriétépropriété privée

Désignation

  • Dénomination(s)usine d'horlogerie
  • Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, entrepôt industriel, magasin industriel, bureau, logement, garage, cour

Localisation

  • CommuneVillers-le-Lac
  • Adresse 1 rue du Stade
  • Milieu d'implantationen ville
  • Aire d'étude et cantonPays horloger (le) - Morteau

Étude

  • Copyright© Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Poupard Laurent
  • Date de l'étude2016