Patrimoine en Franche-Comté - Filature de coton Baudouin, Risler et Cie, puis Koechlin et Cie, actuellement Fonderie de Saint-Sauveur et ateliers municipaux

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Filature de coton Baudouin, Risler et Cie, puis Koechlin et Cie, actuellement Fonderie de Saint-Sauveur et ateliers municipaux

44 rue du Maréchal Lyautey
70 - Saint-Sauveur
Dossier IA70000260 réalisé en 2007

Illustrations

Historique

La filature de coton est construite entre 1880 et 1883 par Prosper Baudouin, associé à l'industriel mulhousien Risler. Dès ses débuts, la filature met en mouvement 20 000 broches actionnées par des machines à vapeur. Un magasin de coton est construit en 1888, une maison achevée en 1893, et la filature est agrandie vers 1900. Après le départ de monsieur Risler en 1905, la société prend pour nom Baudouin et Cie. Une cité ouvrière comprenant une vingtaine de maisons est bâtie au sud de l'usine au début du 20e siècle. L'établissement industriel est repris par l'industriel mulhousien Roger Seyrig vers 1920 et entre dans le groupe des Filatures Koechlin et Cie, comprenant des usines à Kaysersberg (68) et au Val d'Ajol (88). La filature travaille pour les tissages vosgiens et alsaciens, et les bonneteries troyennes, et fabrique, après la Seconde Guerre mondiale, des fils simples et retors, en lin, coton, laine et viscose. La production passe de 640 t en 1939, à 580 t en 1952, 990 t en 1974, et 2200 t en 1996. L'appareil de production est modernisé au début des années 1980 (métiers à turbines "Open End"). La société dépose son bilan en 1993 et, malgré une reprise d'activité prometteuse, la filature ferme définitivement ses portes en 1998. Les bâtiments ont été acquis par la commune, puis cédés et occupés en 2001 par la Fonderie de Saint-Sauveur, auparavant implantée 2 bis rue Raymond Poincaré (étudiée IA70000259). Exploitée par Nathalie Redoutey, elle a été reprise en 2004 par Bruno Redoutey et sa soeur Catherine Laurency. La fonderie est spécialisée dans la production de bronzes d'art (luminaire, statuaire). Elle produit en moyenne 8 t de pièces par mois, en bronze brut, et dont la finition (ébarbage, patine) est assurée par la clientèle. La commune a conservé un magasin et un entrepôt industriels, qu'elle utilise pour ses services techniques. Une partie de l'atelier de fabrication est louée à diverses entreprises. La cheminée a été arasée, et les chaudières et les machines à vapeur ont été démantelées. La filature est équipée de 26 000 broches en 1918. En 1893, elle emploie 64 hommes, 62 femmes et 66 enfants. Les effectifs montent à 290 personnes en 1931, 309 en 1939, 242 en 1952, 135 en 1974 et 87 en 1996. La fonderie occupe 30 personnes (dont 12 mouleurs) en 2007.

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principale4e quart 19e siècle
  • Principale1er quart 20e siècle

Dates

  • 1888daté par source, daté par travaux historiques

Description

Les ateliers de la filature sont en rez-de-chaussée, construits en moellon de grès enduit, et couverts de travées de sheds en tuile mécanique. Le bâtiment de la chaufferie et de la salle des machines présente trois pignons, chacun ajouré d'une large baie à arc segmentaire et d'un oculus. Il est flanqué symétriquement de deux ateliers en rez-de-chaussée, construits en moellon de calcaire. Celui situé à l'ouest, qui accueillait les opérations de préparation du coton, a été rehaussé d'un étage carré. La cheminée tronquée repose sur un soubassement octogonal en brique. Située rue Pasteur, la cité ouvrière comprend 16 maisons de diverses tailles, abritant plusieurs appartements. Elles sont toutes bâties en moellon de pierre enduit, à un étage carré, et couvertes d'un toit à longs pans en tuile mécanique.

Afficher les données détaillées

  • Mursgrès / brique / enduit / pierre de taille / moellon
  • Toittuile mécanique / verre en couverture
  • Étages1 étage carré / étage de comble
  • Couverturestoit à longs pans / shed
  • Énergiesénergie thermique / produite sur place / énergie électrique / achetée

Documentation

Documents figurés

  • Luxeuil. Saint-Sauveur - Usine Beaudoin. Carte postale, imp. Ad. Weick (Saint-Dié), s.d. [fin 19e ou début 20e siècle].
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 6 Fi70473 1
  •  

Intérêt, protection et statut

Afficher les données détaillées

  • Statut de la propriétépropriété publique, propriété privée

Désignation

  • Dénomination(s)filature
  • Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, entrepôt industriel, magasin industriel, logement patronal, bureau, chaufferie, salle des machines, cheminée d'usine, cité ouvrière
  • Fonction(s) successive(s) ou actuelle(s) fonderie, ateliers municipaux

Localisation

  • CommuneSaint-Sauveur
  • Adresse 44 rue du Maréchal Lyautey
  • Milieu d'implantationen ville
  • Aire d'étude et cantonHaute-Saône - Saint-Sauveur

Étude

  • Copyright© Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Favereaux Raphaël
  • Date de l'étude2007

Localisation