Patrimoine en Franche-Comté - Moulin à farine, puis minoterie, puis ferme, actuellement logement

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Moulin à farine, puis minoterie, puis ferme, actuellement logement

rue du Moulin
70 - Chargey-lès-Gray
Dossier IA70000331 réalisé en 2008

Illustrations

Historique

Le moulin à blé a été construit à l'extrême fin du 18e siècle, en vertu d'un arrêté préfectoral du 22 prairial de l'an 8. Celui du 24 août 1809 détermine le placement du déversoir, et celui du 18 octobre 1811 confirme la concession du moulin à Claude Rondot. En 1825, Jean-Baptiste Laurent se rend acquéreur du moulin, lequel comprend alors 4 tournants. L'ordonnance royale du 28 février 1840 autorise le maintien d'un lavoir à charbon, qui était vraisemblablement installé en aval du moulin, mais qui disparaît assez rapidement. Doté d'une machine à vapeur en 1864, le moulin est converti en minoterie vers 1885. Le bâtiment est alors agrandi, rehaussé, et les roues hydrauliques sont remplacées par une turbine. La matrice cadastrale mentionne des travaux (adjonction de construction et démolition) entre 1897 et 1900, sans qu'il soit possible d'en préciser la nature. Propriété de la veuve Rachot en 1902, la minoterie voit la hauteur de sa chute de nouveau réglementée par arrêté préfectoral le 12 juillet 1904. A cette époque, elle fournit des "moutures militaires". L'établissement arrête la production de farine vers 1930, mais poursuit celle des céréales secondaires pour l'alimentation du bétail jusqu'en 1939. Les bâtiments ont ensuite été convertis en exploitation agricole. L'atelier de la minoterie est désaffecté, et un logement a été aménagé, en partie dans l'ancienne salle de la machine à vapeur. En 1809, le moulin compte deux roues hydrauliques : l'une, à palettes, de 4 m de diamètre ; l'autre, dite à " sceaux ou à pots ", de 2 m de diamètre. Par arrêté préfectoral du 30 novembre 1864, Antoine Vittenet est autorisé à faire fonctionner une chaudière Breton et Danto (Lyon, 69) et une machine à vapeur Lebanneur (Paris, 75) de 8 ch dans son moulin. En 1902, la minoterie est équipée de deux paires de meules et cinq paires de cylindres, mises en jeu par une turbine sous une chute de 2, 77 m. Une turbine de marque Goulut-Borne (Luxeuil, 70) , à axe horizontale, est installée en 1933. Couplée à un alternateur, elle permet alors de produire de l'électricité pour les besoins de l'établissement. Elle est mise en mouvement par une turbine à axe verticale de plus petite dimension.

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principale4e quart 18e siècle
  • Principale4e quart 19e siècle
  • Principale2e quart 20e siècle

Description

Construite en moellon de calcaire enduit, la minoterie comprend deux étages carrés et un étage en surcroît, couverte d'un toit à longs pans et demi-croupes. Les parties agricoles sont également bâties en moellon de calcaire enduit, couvertes d'un toit à longs pans en tuile mécanique.

Afficher les données détaillées

  • Murscalcaire / moellon / enduit / brique creuse
  • Toittuile mécanique
  • Étages2 étages carrés / étage en surcroît
  • Couverturestoit à longs pans / demi-croupe
  • Énergiesénergie hydraulique / produite sur place / énergie thermique / produite sur place / énergie électrique / produite sur place
  • État de conservationétablissement industriel désaffecté

Intérêt, protection et statut

Afficher les données détaillées

  • Statut de la propriétépropriété privée

Désignation

  • Dénomination(s)moulin à farine, minoterie
  • Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, logement, remise, étable, fenil, bief de dérivation
  • Fonction(s) successive(s) ou actuelle(s) ferme, logement

Localisation

  • CommuneChargey-lès-Gray
  • Adresse rue du Moulin
  • Milieu d'implantationisolé
  • Lieu-dit Planches les
  • Aire d'étude et cantonHaute-Saône - Autrey-lès-Gray
  • Hydrographiedérivation du ruisseau des Ecoulottes

Étude

  • Copyright© Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Favereaux Raphaël
  • Date de l'étude2008

Localisation