Patrimoine en Franche-Comté - Ferme et ateliers d'outillage Voynet, Grandvoynet et Py

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Ferme et ateliers d'outillage Voynet, Grandvoynet et Py

13 rue le Grand Mont
25 - Les Gras
Dossier IA25001633 réalisé en 2017

Illustrations

Historique

Assez modifiée au fil du temps, la ferme porte la date 1660 et les initiales MV (sur une pierre visible à l'intérieur). Sur le plan cadastral de 1816, elle est séparée en deux parties : D 109 (à l'ouest) appartenant à Jean Mathieu Dubois (1756-1852 ?) et D 111 (à l'est) tenue par Jean François Roussel-Simonin (1729-1818), grand-père de ce François Philippe qui possède le moulin du Bas dans les années 1820-1830 et beau-père de Ferjeux Roussel. Si la première partie est ensuite acquise par le cultivateur Raymond Dornier (1791-?), père du tourneur sur métaux Philimin Dornier (1824-1872) qui s'installera vers 1857 dans une ferme voisine (au 10 rue le Grand Mont), la deuxième passe à Ferjeux Roussel (1783-1849), chaudronnier, puis vers 1846 à Claude Ferdinand Valangin (1787-1850). Les deux sont réunies vers 1852-1853 par le fabricant d'horlogerie Désiré Victor Voynet (1806 ou 1810-1869), habitant alors dans la maison voisine (au 15 rue le Grand Mont). Après son décès, le bâtiment devient vers 1871 propriété de deux fabricants d'outillage : ses gendres Emile Gloriod et François Grandvoynet (ou Grandvoynnet). Emile Gloriod (1837-?) est issu d'une famille de producteurs d'outillage : il est le fils de Juvénal Gloriod (1810-1881) - fabriquant vers 1860 des petites pinces aux Seignes ? - et le frère de Louis Gloriod (1842-1912), qui s'établira vers 1905 aux Epaisses (6 rue les Epaisses). Il quittera les lieux vers 1874 lorsqu'il achètera, aux 12 et 14 rue le Grand Mont, la partie de la ferme appartenant alors à Jean-Baptiste Grandvoynet (1817-1872), le père de François. François Grandvoynet (1848-1938) transfère en ce début des années 1870, au Grand Mont, la production de "chalumeaux à bouche simple" puis "chalumeaux avec boule simple et démontable" initiée aux Seignes par son père. Il emploie quelques ouvriers puis ses fils : Cléside, Marcellin, Emile, Charles et Philémon (Marcellin et Charles s'établiront par la suite au 5 rue du Moulin). Le bâtiment est, de 1893 à 1902 environ, la propriété d'Alfred Moyse : s'agit-il du fils de Louis Florimond Moyse-Temey et frère de Charles Arthur Moyse-Temey qui aurait fait construire en 1912 une maison avec atelier au 4 Grande Rue ? Si c'est lui, Alfred Célestin Moyse (1862-1941) est connu comme tourneur sur métaux et fabricant d'outils d'horlogerie (il est signalé par la suite dans une grosse ferme au nord-est de celle aux n° 12-14 rue le Grand Mont, détruite par un incendie au cours de la décennie 2000, qui accueillait plusieurs ateliers dont celui du fabricant de pinces à morille Paul Coulot). Le bâtiment revient vers 1902 à Cléside Grandvoynet (1871-1919) dont l'affaire, suivant un papier à en-tête de 1932, est spécialisée dans les chalumeaux mais réalise aussi des "fraises aux huiliers, forêts et pivots, coupe-verre avec molettes en acier, fers à souder" (son fils Edmond fera des fraises à ébiseler puis des boîtes d'emballage en carton dans une maison proche - cadastrée 2017 AD 35 et située entre celles aux n° 15 et 19 -, détruite par un incendie en 1974). La ferme passe (vers 1936 ?) à sa soeur Irma (1892-1982) et rapidement au gendre de cette dernière, Henri Py (1901-1953). Si son grand-père Alcide Py (1845-1913) s'était établi au 16 rue les Epaisses au milieu de la décennie 1880, son père Emile (1877-1909) fabriquait des mandrins (pinces à morille) aux Saules, sur le site aval de l'ancienne chaudronnerie Bobillier, actuellement scierie Garnache (mais il était également signalé au Grand Mont ?). Au décès d'Emile, sa veuve avait transféré l'atelier dans la maison de Louis Tisserand, au 18 Grande Rue. Henri, qui a repris l'affaire familiale en 1934 et habite pendant un ou deux ans dans la maison Thierry, au 6 rue de Pontarlier, vient donc s'établir au Grand Mont, où il crée les grandes fenêtres ouvrant l'atelier. Il y fabrique des coupe-verres et des mandrins (pinces à morille) avec un ou deux ouvriers puis en famille, avec sa femme (née Raymonde Grandvoynet et cousine d'Hubert Grandvoynet, 5 rue du Moulin) et ses filles, lesquelles poursuivent l'activité après son décès en 1953. L'entreprise ferme en 1984, au départ en retraite de Raymonde. Vendu en 2008 ou 2009, le bâtiment est en cours de rénovation ; un garage a été adossé conte le mur pignon nord.

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principale3e quart 17e siècle

Dates

  • 1660porte la date

Description

L'ancienne ferme a des murs en moellons calcaires partiellement enduits avec, au-dessus du rez-de-chaussée, essentage de planches formant lambrichure sur le mur pignon nord et briques silico-calcaires apparentes sur l'autre mur pignon. Elle comporte un étage en surcroît et un étage de comble, desservis par un escalier dans-oeuvre ; l'ancienne grange est accessible au sud par une rampe d'accès (pont). Deux fenêtres horlogères sont visibles au rez-de-chaussée du mur sud : une à encadrement en pierres et linteau délardé en arc segmentaire près de l'angle occidental, une à encadrement en briques grises et coiffée d'un arc segmentaire près du centre de la façade. L'atelier, en rez-de-chaussée dans l'angle nord-est se signale par ses larges baies. Le toit est à longs pans et pignons couverts, avec couverture de tuiles mécaniques. Des deux tués signalés par les cartes postale anciennes, seul subsiste celui du pan oriental. Le garage est un hangar en pan de bois protégé par un appentis.

Afficher les données détaillées

  • Typologiesbaie horlogère / baie d'atelier
  • Toittuile mécanique
  • Étagesétage en surcroît / étage de comble
  • Élévationsélévation à travées
  • Couverturestoit à longs pans / pignon couvert
  • Escaliersescalier dans-oeuvre
  • Autres organes de circulationsrampe d'accès

Documentation

Documents d’archives

  • 3 P 298 Cadastre de la commune des Gras, 1814-1967- 3 P 298 : Atlas parcellaire (11 feuilles), dessin (plume, lavis), par les géomètres du cadastre Vergne et Garcin, 1816- 3 P 298/1 : Registre des états de sections (1816-1818)- 3 P 298/2, 5 : Matrice cadastrale des propriétés bâties et non bâties, 1822-1875- 3 P 298/3-4 : Matrice cadastrale des propriétés bâties et non bâties, 1876-1914- 3 P 298/6 : Matrice cadastrale des propriétés bâties, 1882-1910- 3 P 298/7 : Matrice cadastrale des propriétés non bâties, 1914-1967- 3 P 298/8 : Matrice cadastrale des propriétés bâties, 1911-1967
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 3 P 298
  • Fabrique d'outils d'horlogerie Emile Py aux Saules des Gras. Prix-courant 1909
    Lieu de conservation : Collection particulière : Ginette Jacquet, Grand'Combe-Châteleu
  • Fabrique d'outils Emile Py [carte commerciale], s.d. [1er quart 20e siècle]
    Lieu de conservation : Collection particulière : Ginette Jacquet, Grand'Combe-Châteleu

Documents figurés

  • [Vue d'ensemble du Grand Mont, depuis le sud], photographie, s.n., s.d. [limite 19e siècle 20e siècle].
    Lieu de conservation : Collection particulière : Elisabeth Bonnet, Les Gras
  • [Vue d'ensemble du Grand Mont, depuis le sud], carte photo, par Robert Stucki, [1907], Robert Stucki éd. (Suisse). Porte la date 22 juillet 1907 (tampon) au verso.
    Lieu de conservation : Collection particulière : Elisabeth Bonnet, Les Gras

Documents multimédias

  • Guichard, Jean-Marie. Recherches généalogiques. Accessibles en ligne sur le site de Geneanet : http://gw.geneanet.org/
  • Monneret, Christian. Recherches généalogiques. Accessibles en ligne sur le site de Geneanet : http://gw.geneanet.org/

Bibliographie

  • Laithier, René. Fabricants d'outils pour horlogers bijoutiers de la commune des Gras. Les artisans de la fin du 19e à la fin du 20e siècle. - 1990. 4 f. dactyl. Porte la mention : "Liste non exhaustive établie en 1990, par René Laithier, les Epaisses, Les Gras".
    Lieu de conservation : Collection particulière : Rémy Cerf, Les Gras

Témoignages oraux

  • Guyonneau Jean-Louis et Arlette, petite-fille de Charles Grandvoynnet. Pontarlier
  • Jacquet Ginette, fille d'Henri Py. Grand'Combe-Châteleu
  • Petitjean Guy, ancien propriétaire de la maison Georges Vernier, commerce de fournitures et outils d'horlogerie. Les Gras
  • Tisserand Roger, fils d'Arsène Tisserand, ancien agriculteur. Les Gras
  •  

Intérêt, protection et statut

Afficher les données détaillées

  • Statut de la propriétépropriété d'une personne privée

Désignation

  • Dénomination(s)ferme, atelier
  • Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, logement, grange, citerne, garage, rampe d'accès

Localisation

  • CommuneLes Gras
  • Adresse 13 rue le Grand Mont
  • Milieu d'implantationen écart
  • Lieu-dit Grand Mont le
  • Aire d'étude et cantonPays horloger (le) - Morteau

Étude

  • Copyright© Région Bourgogne-Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Poupard Laurent
  • Date de l'étude2016