Patrimoine en Franche-Comté - Immeuble, café de la Liberté et atelier d'horlogerie de René Monnin-Ponçot puis de Pierre Tirolle

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Immeuble, café de la Liberté et atelier d'horlogerie de René Monnin-Ponçot puis de Pierre Tirolle

19 Grande Rue
25 - Charquemont
Dossier IA25001282 réalisé en 2014

Illustrations

Historique

Le bâtiment est construit en 1914.

Il remplace une grosse maison édifiée dans les années 1840-1850 par Victor Célestin Petit et modifiée vers 1869, peut-être à la suite de son acquisition par Octave Menans, monteur de boîtes de montre à Damprichard. Cette demeure devient propriété de la famille Sandoz (Stéphane Sandoz, de Maîche, est monteur de boîtes puis commerçant), qui l'agrandit vers 1888. Elle abrite le café de la Liberté (nom donné en hommage à l'arbre de la Liberté - un tilleul - planté à proximité à la Révolution) mais aussi trois magasins (tissus, chaussures et aliments pour bétail) et une boulangerie.

La demeure est détruite par un incendie en 1912 et sa reconstruction témoigne de l'état d'esprit du village à cette époque, divisé entre les "blancs" (catholiques conservateurs) et les "rouges" (républicains). Le café, siège des "blancs", doit être rebâti avant le 22 avril 1913 pour ne pas perdre sa licence mais les "rouges", qui tiennent la mairie, s'y opposent et vont même, la date se rapprochant, jusqu'à monter la garde sur le terrain. Or, dans les dernières heures de la nuit du 21 avril, alors que les gardes sont partis, les catholiques construisent une baraque en bois, amenée sous forme d'éléments préfabriqués, et ré-ouvrent le café. La baraque est remplacée l'année suivante par un bâtiment en dur, inauguré par trois sénateurs conservateurs : Gaston Japy, Maurice Ordinaire et le marquis de Moustier.

La propriété passe vers 1923 à Armand Fierobe-Sandoz (Charles Armand Fierobe marié en 1898 avec Marie Marguerite Augusta Sandoz), vers 1936 à Odon François Auguste Gauthier ("directeur de banque à Tien-Tsin (Chine) en retraite"), vers 1949 à sa veuve née Marie Léonie Adrienne Sandoz (mariée en 1908)...

Outre le café tenu par Gaston Monnin (1896-1975) et la pompe à essence qui en dépend, le bâtiment accueille une succursale des Docks francs-comtois et bourguignons réunis (jusqu'à son départ vers 1977-1978 pour l'hôtel du Lion d'Or) et le frère de Gaston, le fabricant de montres René Monnin (1899-1982) ou Monnin-Ponçot depuis son mariage en 1925 avec une demoiselle Ponçot. René faisait partie de la Sarl Numa Monnin et ses Fils, fondée en 1929 et qui semble disparaître en 1947 ou 1948. Cette société associait au 8 rue de l'Eglise cinq des enfants de Numa : Georges (1894-1988, repreneur de l'atelier familial), Roger (1897-1980, établi au 15 A rue des Lilas), René, Joseph (qui, marié à une demoiselle Briot, s'installera à son compte au 12 rue de l'Eglise) et Louis (1906-?, lequel part tenir l'Horlogerie-bijouterie de l'Auxois au 5 rue de la Liberté à Semur-en-Auxois, Côte-d'Or). Spécialiste des montres-bracelets en or (marque Enem), René Monnin fournit aussi "cylindres pivotés, roues de cylindre et roues d'ancre, balanciers spiraux complet et réglés, spiraux virolés et pitonnés", etc. Travaillant avec ses enfants et son gendre Etienne Pasquier, il transfère en 1959 son atelier dans la maison d'Henri Feuvrier, au 15 rue du Général Leclerc. Un autre fabricant de montres est signalé dans le bâtiment en 1952 : Pierre Tirolle (décédé dans les années 1980), "breveté de l'Ecole nationale d'Horlogerie de Besançon", qui s'y établit à son retour de captivité. Il travaille seul, de temps en temps employé par son cousin Jean Stadelmann (qui a son atelier au 7 rue du Général Leclerc, dans la maison de son père Léon). Il achète 1 000 ébauches françaises en 1950, 2 000 en 1951, 1 000 en 1953.

Actuellement, outre des appartements, le bâtiment accueille toujours le café de la Liberté et un salon de coiffure (à l'emplacement de l'épicerie des Docks).

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principale1er quart 20e siècle

Dates

  • 1914daté par travaux historiques

Description

Situé à l'angle de la Grande Rue et de la place de l'Hôtel de Ville, l'immeuble a un plan en L avec pan coupé, avant-corps légèrement saillants aux extrémités et cour intérieure surélevée reposant sur un sous-sol, vestige de l'ancien bâtiment. Il a des murs en moellons calcaires enduits dont les angles sont marqués au rez-de-chaussée par un appareil à bossage rustique. Il comporte un sous-sol, deux étages carrés et un étage en surcroît, desservis par un escalier dans-oeuvre. Il est coiffé d'un toit à longs pans à égouts retroussés et croupes, muni de lucarnes rampantes et recouvert de tuiles mécaniques. Le pan coupé présente une demi-croupe, les avant-corps un pignon couvert. Les baies sont fréquemment doublées (évoquant des fenêtres horlogères), triplées (celle au centre plus haute) voire quadruplées. Celles de l'étage en surcroît sont en demi-cercle (à la manière de fenêtres thermales). Au rez-de-chaussée, elles sont coiffées d'un arc segmentaire côté rue, d'un arc plein cintre côté place (où trois fenêtres séparées par des colonnes renflées éclairent le café) et sur le pan coupé.

Afficher les données détaillées

  • Murscalcaire / moellon / enduit partiel
  • Toittuile mécanique
  • Étagessous-sol / 2 étages carrés / étage en surcroît
  • Élévationsélévation ordonnancée
  • Couverturestoit à longs pans / croupe / demi-croupe / pignon couvert / noue
  • Escaliersescalier dans-oeuvre

Documentation

Documents d’archives

  • 3 P 128 Cadastre de la commune de Charquemont, 1812-1963- 3 P 128/1 : Registre des états de sections (1812)- 3 P 128/2-3 : Matrices cadastrales des propriétés bâties et non bâties [1823-1906]- 3 P 128/5 : Matrice cadastrale des propriétés bâties (1882-1910)- 3 P 128/8-9 : Matrice cadastrale des propriétés bâties (1911-1963)
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 3 P 128
  • 50 J 35 Syndicat de fabricants d'horlogerie de Besançon. Correspondance avec les fabricants, 1948-1963
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 50 J 35
  • 50 J 44 Syndicat de fabricants d'horlogerie de Besançon. Correspondance avec les fabricants, 1948-1961
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 50 J 44

Documents figurés

  • Extrait du plan des lieux du chemin de grande communication n° 10 de Besançon à la Chaux-de-Fonds. Partie comprise dans la traverse de Charquemont à joindre double au rapport en date de ce jour sur la demande en autorisation d'établir une conduite d'eau présentée par Monsieur le Maire au nom de la Commune de Charquemont [la Grande Rue entre la place de l'Hôtel de Ville et la rue de la Vierge], dessin sur calque (plume, lavis), par le géomètre Bourquin, Maîche le 21 septembre 1896, 18 x 75 cm, échelle 1/1000
    Lieu de conservation : Archives communales, Charquemont
  • Chemin vicinal ordinaire n° 1 de Damprichard au Russey. Projet de construction d'aqueducs dans la traverse du village à Charquemont sur une longueur de [-] mètres. Plan d'ensemble, dessin sur calicot (plume, lavis), par l'agent voyer cantonal Bourquin, Maîche le 4 octobre 1898, 31 x 21 cm, échelle 1/1000
    Lieu de conservation : Archives communales, Charquemont
  • Place des Tilleuls (côté ouest), carte postale, s.n., s.d. [4e quart 19e siècle]. Porte la date 4 août 1901 (manuscrite) au recto
    Lieu de conservation : Collection particulière : Jacques Donzé, Charquemont
  • 152. Charquemont - La Place des Tilleuls, carte postale, par Fancis Grux, s.d. [4e quart 19e siècle], Louis Rochet éd. au Russey.
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 6 Fi 127/3
  • Place de Charquemont avant 1913, photographie, s.n., s.d. [limite 19e siècle 20e siècle, avant 1913]
    Lieu de conservation : Collection particulière : Michel Cheval, Charquemont
  • Charquemont - La place publique, prise de la fontaine, carte postale, s.n. [par Francis Grux ?], [1er quart 20e siècle, avant 1908], Francis Grux peintre-éditeur à Maîche. Porte la date 3 mars 1908 au verso.
    Lieu de conservation : Collection particulière : Henri Ethalon, Les Ecorces
  • Café de la Liberté à Charquemont. Poussé comme une morille dans la nuit du 21 avril 1913, carte postale, s.n., s.d. [1913]. Publiée dans : Donzé, Jacques. Charquemont. Comment ? Pourquoi ? 1339-2010. - 2010, p. 118. Et dans : Vuillet, Bernard. Entre Doubs et Dessoubre. Tome III. Autour de Charquemont et Damprichard. - 1991, p. 98.
    Lieu de conservation : Collection particulière : Jacques Donzé, Charquemont
  • Charquemont - Place centrale, carte postale, par J. Louvet, s.d. [1ère moitié 20e siècle, 1922 ou 1923], J. Louvet éd. à Charquemont. Porte la date 20 septembre 1923 (manuscrite au verso)
    Lieu de conservation : Collection particulière : Michel Cheval, Charquemont
  • 358 - Charquemont - Place centrale, carte postale, par Ch. Simon, [1ère moitié 20e siècle, entre 1918 et 1922], Ch. Simon éd. à Maîche. Porte la date 7 août 1924 au verso.
    Lieu de conservation : Collection particulière : Henri Ethalon, Les Ecorces
  • 1321. Charquemont - La Place, carte postale, par Ch. Simon, s.d. [1ère moitié 20e siècle, entre 1922 et 1929], Ch. Simon éd. à Maîche
    Lieu de conservation : Collection particulière : Henri Ethalon, Les Ecorces
  • Charquemont (Doubs) - Place du Monument, carte postale, par Combier, s.d. [2e quart 20e siècle], Combier phot. à Mâcon (Cim), coll. Ponçot
    Lieu de conservation : Collection particulière : Jacques Donzé, Charquemont
  • 3. Charquemont - Place centrale, carte postale, par J. Louvet, s.d. [1ère moitié 20e siècle, après 1918], J. Louvet éd. à Charquemont. Publiée dans : Vuillet, Bernard. Entre Doubs et Dessoubre. Tome III. Autour de Charquemont et Damprichard. - 1991, p. 98.
  • Charquemont (Doubs). 11059 - Vue aérienne [depuis l'ouest], carte postale, s.n., s.d. [entre 1950 et 1955], Éditions aériennes Cim, Combier impr. à Macon
    Lieu de conservation : Collection particulière : Jacques Donzé, Charquemont

Bibliographie

  • Donzé, Jacques. Charquemont. Comment ? Pourquoi ? 1339-2010.- S.l. [Charquemont] : s.n. [l'auteur], 2010. 209 p. : ill. ; 30 cm.
  • Monnet, Bruno ; Sichler, Guy. Charquemont, Fournet-Blancheroche, 1770-1890. - [S.l.] : Association Pages d'histoire, 2012. 435 p. : ill. ; 30 cm.
  • Simonin, Michel. L'horlogerie au fil du temps et son évolution en Franche-Montagne, sur le plateau de Maîche. - Maîche : M. Simonin, 2007. 143 p. : ill. ; 30 cm.
  • Vuillet, Bernard. Entre Doubs et Dessoubre. Tome III. Autour de Charquemont et Damprichard, d'après la collection de cartes postales de Georges Caille. - Les Gras : B. Vuillet, Villers-le-Lac : G. Caille, 1991. 243 p. : cartes postales ; 31 cm.

Témoignages oraux

  • Donzé Jacques, ancien horloger, historien de Charquemont
  •  

Intérêt, protection et statut

Afficher les données détaillées

  • Statut de la propriétépropriété privée

Désignation

  • Dénomination(s)immeuble, café, atelier
  • Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, logement, boutique, cour

Localisation

  • CommuneCharquemont
  • Adresse 19 Grande Rue
  • Milieu d'implantationen ville
  • Aire d'étude et cantonPays horloger (le) - Maîche

Étude

  • Copyright© Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Poupard Laurent
  • Date de l'étude2014