Patrimoine en Franche-Comté - Maison et atelier d'horlogerie Renaud et Taillard

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Maison et atelier d'horlogerie Renaud et Taillard

17 rue du Général Leclerc
25 - Charquemont
Dossier IA25001231 réalisé en 2014

Illustrations

Historique

La maison est bâtie en 1925 (peut-être par l'architecte auteur de la maison Domon du 14 Rue Neuve) pour Camille Renaud, qui y installe son atelier d'horlogerie, créé à cette date ou en 1923. Il y fabrique, aidé de son fils Raymond et de sa fille Josiane, des montres à échappement à ancre ou à cylindre, qu'il livre à l'exportation. Il s'associe en 1939 au sein de la société Renaud et Taillard avec Arsène Taillard, des Bassots à Villers-le-Lac, fabricant d'horlogerie à partir de cette date et propriétaire de la marque Clyda (par la suite rachetée par Roger Monnin). Leur société de fait est transformée en Sarl le 31 mai 1947 (capital : 350 000 F en 1948, 1 850 000 F en 1951), avec siège social à Charquemont et atelier dans chacun des deux lieux. Elle achète 4 656 ébauches françaises en 1949 (3 956 des Ets Cupillard de Villers-le-Lac, 100 des Ets Joseph Jeambrun à Maîche et 600 de la maison Crettiez, à Sallanches en Haute-Savoie), 6 100 en 1951 (5 200 Cupillard et 900 Crettiez), 5 030 en 1952 (3 730 Cupillard, 500 Crettiez, 600 Femga - Fabrique d'Ebauches de Montres du Genevois à Annemasse - et 200 Horlogerie de Savoie, d'Annemasse). Elle vend 7 336 montres en 1950, 6 977 en 1951, 7 347 en 1952 et 2 742 du 1er janvier au 15 septembre 1953 (chiffre en baisse du fait de la mévente des montres à cylindre, spécialité de l'entreprise). Sa dissolution le 31 décembre 1953 entérine une séparation effective dès le 1er septembre ; elle emploie alors à Charquemont 15 personnes (dont 10 femmes), y compris la famille Renaud, seule à travailler au 17 rue du Général Leclerc. A la mort de Camille (dans les années 1960 ?), ses enfants ferment l'atelier : Raymond est embauché chez Briot-Amstutz (au 30 Grande Rue) et Josiane chez Coeurdor à Maîche. La maison n'abrite plus d'activité productive.

Afficher les données détaillées

Dates

  • 1925daté par source

Description

La maison a des murs en moellons calcaires enduits et, de même que le garage, un toit à longs pans et pignons couverts, à couverture de tuiles mécaniques. Elle comporte étage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, étage carré et étage en surcroît, desservis par un escalier dans-oeuvre. Elle s'inscrit dans une pente d'où la présence d'escaliers extérieurs droits en maçonnerie pour rejoindre la rue du Général Leclerc en contre-bas.

Afficher les données détaillées

  • Murscalcaire / moellon / enduit
  • Toittuile mécanique
  • Étagesétage de soubassement / rez-de-chaussée surélevé / 1 étage carré / étage en surcroît
  • Élévationsélévation à travées
  • Couverturestoit à longs pans / pignon couvert
  • Escaliersescalier dans-oeuvre / escalier de distribution extérieur / escalier droit / en maçonnerie

Documentation

Documents d’archives

  • 3 P 128 Cadastre de la commune de Charquemont, 1812-1963- 3 P 128/1 : Registre des états de sections (1812)- 3 P 128/2-3 : Matrices cadastrales des propriétés bâties et non bâties [1823-1906]- 3 P 128/5 : Matrice cadastrale des propriétés bâties (1882-1910)- 3 P 128/8-9 : Matrice cadastrale des propriétés bâties (1911-1963)
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 3 P 128
  • 50 J 39 Syndicat de fabricants d'horlogerie de Besançon. Correspondance avec les fabricants, 1948-1971
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 50 J 39
  • 50 J 44 Syndicat de fabricants d'horlogerie de Besançon. Correspondance avec les fabricants, 1948-1961
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 50 J 44

Documents figurés

  • Charquemont (Doubs) - Les Cités [le quartier de la gare vu du sud (rue du Général Leclerc)], carte postale, par Combier, s.d. [entre 1950 et 1954], Cim éd. à Macon
    Lieu de conservation : Collection particulière : Jacques Donzé, Charquemont

Bibliographie

  • Simonin, Michel. L'horlogerie au fil du temps et son évolution en Franche-Montagne, sur le plateau de Maîche. - Maîche : M. Simonin, 2007. 143 p. : ill. ; 30 cm.

Témoignages oraux

  • Donzé Jacques, ancien horloger, historien de Charquemont
  •  

Intérêt, protection et statut

Afficher les données détaillées

  • Statut de la propriétépropriété privée

Désignation

  • Dénomination(s)maison, atelier
  • Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, logement, garage, jardin, escalier indépendant

Localisation

  • CommuneCharquemont
  • Adresse 17 rue du Général Leclerc
  • Milieu d'implantationen ville
  • Aire d'étude et cantonPays horloger (le) - Maîche

Étude

  • Copyright© Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Poupard Laurent
  • Date de l'étude2013