Patrimoine en Franche-Comté - Usine de broderie mécanique P.K. Wilson, puis fonderie Quirin, actuellement salle polyvalente Georges Grandhaye et garage de réparation automobile

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Usine de broderie mécanique P.K. Wilson, puis fonderie Quirin, actuellement salle polyvalente Georges Grandhaye et garage de réparation automobile

23 avenue Labiénus
70 - Luxeuil-les-Bains
Dossier IA70000269 réalisé en 2007

Illustrations

Historique

Cette usine a vraisemblablement été construite pour accueillir la fabrique de broderie P. K. Wilson, attestée en 1893. Elle ferme ses portes en 1914. En 1924, Emile Quirin demande l'autorisation d'y transférer sa fonderie, implantée rue des Cannes (IA70000268). Dénommé Quirin et Cie, l'établissement travaille le laiton, le bronze et le maillechort, et produit des articles d'ornement, de lustrerie et de quincaillerie pour l'industrie électrique, mécanique et ferroviaire. La production annuelle avoisine les 400 t. En 1933, la société crée des figurines (dits jouets incassables) en aluminium sous la marque Quiralu. L'usine est agrandie dans la première moitié du siècle (montage d'un atelier de peinture et de finition). En 1941, Hubert Desgranges succède à son beau-père Emile Quirin, remplacé en 1948 par Bernard Desgranges. Vers 1950, la production atteint 10 t par mois. Entre 1500 et 1800 kg d'aluminium sont coulés chaque jour. La société lance en 1955 des voitures miniatures, mais la concurrence des matières plastiques contraint la société à fermer ses portes en 1961. En 1964, la société Gautheron (Roanne, 42) implante un tissage, connu sous l'appellation Tissages de Luxeuil. Spécialisé dans la fabrication de tissu éponge - destiné notamment à l'intendance militaire -, le tissage ferme ses portes vers 1968. Les bâtiments sont aujourd'hui occupés par une salle de spectacle et un garage automobile. La fonderie emploie 71 ouvriers en 1931, et 210 personnes (dont 50 à domicile) vers 1950. Le tissage emploie une cinquantaine de personnes vers 1965.

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principale4e quart 19e siècle
  • Principale1ère moitié 20e siècle

Description

Les bâtiments industriels sont construits en rez-de-chaussée, en moellon de grès enduit, couverts de sheds et de toits à longs pans en tuile mécanique.

Afficher les données détaillées

  • Mursgrès / enduit / moellon
  • Toittuile mécanique / verre en couverture
  • Étagesen rez-de-chaussée
  • Couverturestoit à longs pans / shed
  • Énergiesénergie électrique / achetée
  • État de conservationétablissement industriel désaffecté

Documentation

Documents figurés

  • Fonderie de laiton, bronze et maillechort Quirin et Cie [encart publicitaire]. Gravure, s.n., s.d. [1929]. Dans : " L'Illustration économique et financière : La Haute-Saône,[...] ", 1929, p. 42.
  •  

Intérêt, protection et statut

Afficher les données détaillées

  • Statut de la propriétépropriété publique, propriété privée

Désignation

  • Dénomination(s)usine de broderie mécanique, fonderie
  • Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, magasin industriel, entrepôt industriel, logement patronal
  • Fonction(s) successive(s) ou actuelle(s) salle polyvalente, garage de réparation automobile

Localisation

  • CommuneLuxeuil-les-Bains
  • Adresse 23 avenue Labiénus
  • Milieu d'implantationen ville
  • Aire d'étude et cantonHaute-Saône - Luxeuil-les-Bains

Étude

  • Copyright© Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Favereaux Raphaël
  • Date de l'étude2007

Localisation