Patrimoine en Franche-Comté - Usine métallurgique dite forge de la Branleure, puis laminoir de Buyer

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Usine métallurgique dite forge de la Branleure, puis laminoir de Buyer

Illustrations

Historique

Situées sur les terres de la famille de Magnoncourt, les forges de la Branleure sont mentionnées dès la fin du 17e siècle. Composées d'une forge et d'un fourneau, elles sont exploitées au début du 18e siècle par Jean-Jacques Rochet, qui créé vers 1705 les forges de la Chaudeau (étudiées IA70000217) , situées 1 km en aval sur la Semouse. En 1772, l'usine produit 400 milliers de fer. Le haut fourneau cesse de rouler vers 1800. Les forges sont acquises en 1855 par Rodolphe de Buyer, maître de forges à la Chaudeau. Elles sont réaménagées et pourvues de trois feux d'affinerie, trois fours et deux martinets. Les deux derniers feux d'affinerie sont arrêtés en 1882, remplacés vers 1890 par un train de laminoir. Un ensemble de logements ouvriers est construit dans le dernier quart du 19e siècle. Un autre, mentionné "en ruines", situé derrière l'atelier de forge, est détruit vers 1900. Vers 1893 est créée la société en nom collectif Les héritiers de M. Rodolphe de Buyer, ayant pour objet l'exploitation des laminoirs de la Branleure et de Magnoncourt (étudié IA70000200) , et des forges de la Chaudeau. Elle est remplacée en 1908 par la société de Buyer et Cie, liquidée en 1920. En 1929, le laminoir produit des tôles douces pour emboutissage, des tôles lustrées et des tôles pour tuyaux de poêle. Malgré la fusion en 1948 de la société Les Héritiers de Charles de Buyer avec la société A. de Buyer (manufacture de Faymont, 88) , l'établissement ferme ses portes en 1954. Les bâtiments ont abrité à partir de 1961 une entreprise de fabrication de panneaux préfabriqués pour la construction d'écoles. L'atelier de fabrication a été reconstruit à cette époque. La fonderie de seconde fusion Sedor s'est implantée quelques temps sur le site au début des années 1990. Les bâtiments sont aujourd'hui occupés par un dépôt de musée et une petite entreprise de transformation de mousse synthétique. Trois feux d'affinerie en 1757, deux en 1881 (dont un seul est actif). Le laminoir emploie une vingtaine de personnes vers 1950. L'entreprise de fabrication de panneaux emploie une trentaine de personnes (dont 15 saisonniers) dans les années 1960.

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principale4e quart 19e siècle
  • Principale3e quart 20e siècle

Description

L'atelier de fabrication conserve un mur en pierre de taille ; il a été reconstruit en moellon de mâchefer, brique silico-calcaire, charpente métallique, le tout couvert d'un toit à longs pans en ciment amiante. Le magasin industriel est construit en moellon et pierre de taille en grès. D'imposants contreforts en moellon de grès sont adossés à sa façade sud. Les logements ouvriers sont composés de quatre logements doubles contigus. Ils sont construits en moellon de grès enduit, à un étage en surcroît, couvert de toit à longs pans en tuile plate et tuile mécanique.

Afficher les données détaillées

  • Mursgrès / moellon / résidu industriel en gros oeuvre / fer / pan de fer / brique silico-calcaire / enduit / pierre de taille
  • Toittuile mécanique / tuile plate / ciment amiante en couverture
  • Étages1 étage carré
  • Couverturestoit à longs pans
  • Énergiesénergie hydraulique / produite sur place / énergie électrique / achetée

Documentation

Documents figurés

  • Aillevillers - Usines de la Branleure. Carte postale, éd. Guérinot, s.d. [fin 19e ou début 20e siècle].
     - Cote du document : Archives départementales de la Haute-Saône, Vesoul
  • Plan de l'usine de la Branleure. Plan, papier, plume, s.d. [189.].
     - Cote du document : Archives départementales de la Haute-Saône, Vesoul
  •  

Intérêt, protection et statut

Afficher les données détaillées

  • Statut de la propriétépropriété privée

Désignation

  • Dénomination(s)usine métallurgique, laminoir
  • Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, magasin industriel, logement, logement d'ouvriers

Localisation

  • CommuneAillevillers-et-Lyaumont
  • Milieu d'implantationisolé
  • Lieu-dit Branleure la
  • Aire d'étude et cantonHaute-Saône - Saint-Loup-sur-Semouse
  • Hydrographiedérivation de la Semouse

Étude

  • Copyright© Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Favereaux Raphaël
  • Date de l'étude2006

Localisation