Patrimoine en Franche-Comté - Hôtel de région Bourgogne, actuellement conseil régional Bourgogne - Franche-Comté, siège des Assemblées

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Hôtel de région Bourgogne, actuellement conseil régional Bourgogne - Franche-Comté, siège des Assemblées

17 boulevard de la Trémouille
21 - Dijon
Dossier IA21004010 réalisé en 2015

Illustrations

Historique

Suite à la création des E.P.R. en 1972, le conseil général de la Côte-d'Or acte le 28 juin 1974 la construction d'un nouvel immeuble à proximité de ses locaux et de ceux de la préfecture. Il est destiné à abriter les services de la nouvelle institution, ainsi que ceux du C.E.S.E.R. et de la préfecture de région. Le site choisi, propriété du Département, correspond alors à un terrain vague servant de parking le long du boulevard de la Trémouille. Auparavant, il était occupé par deux îlots (habitations et entrepôts) jouxtant le Cellier de Clairvaux et délimités par les rues de Clairvaux, Joseph Magnin et James Demontry. Les différentes constructions ont été démolies entre 1967 et 1968 sauf le Cellier de Clairvaux, classé au titre des Monuments historiques depuis 1915. Pour pallier la suppression du parking, il est décidé d'ajouter à la commande un parc de stationnement souterrain. La municipalité de Dijon est également invitée à s'associer au projet. L'architecte du département, Roger-Martin Barade, ainsi que son associé, François Ruault, sont choisis comme maîtres d'œuvres.

Les premiers projets

Les premiers rendus de plans datent de 1974. R.-M. Barade et F. Ruault ont repris les grandes lignes d'un ancien projet d'extension des services de la préfecture datant de 1962 (également dessiné par R.-M. Barade). Ils proposent que le futur bâtiment soit orienté perpendiculairement au boulevard de la Trémouille dégageant ainsi un nouvel axe de circulation donnant sur la façade de l'édifice du conseil général. Le dessein de ce vaste immeuble, qui reprend les standards de l'architecture des années 1970 en France, ne suscite que peu d'enthousiasme de la part des différents chefs de projets. R-M. Barade réfléchit alors à un second projet, aligné sur le boulevard de la Trémouille. Ces deux esquisses sont ensuite présentées à la section des Abords de la Commission Supérieure des Monuments Historiques qui rejette massivement le premier projet et encourage l'architecte à retravailler le second.

Le nouveau projet

Après avoir sollicité l'avis d'autres architectes comme Henry Bernard (ce dernier leur conseille d'ailleurs d'affirmer le caractère de la nouvelle institution par une architecture monumentale mais qui conserve des volumes simples avec un rappel de l'emplacement de la salle des assemblées en façade), R.-M. Barade et F. Ruault imaginent une composition plus contemporaine. Ils proposent plusieurs variantes et la version « D » est finalement choisie et validée par les maîtres d'ouvrages ainsi que les services du ministère de la Culture.

Le chantier démarre en avril 1977 et le nouvel immeuble est inauguré en juillet 1980. Le creusement des fondations et des cinq niveaux de parking a représenté plus de la moitié de la durée totale des travaux. Durant le chantier, R.-M. Barade décide de confier la décoration des espaces intérieurs à des artistes de renom. C'est ainsi que le hall est confié à Denis Morog en septembre 1977 et la salle des assemblées au sculpteur Pierre Sabatier dès 1976 tandis que l'architecte d'intérieur Michel Boyer est chargé de l'ameublement en 1977.

Depuis 2013, le conseil régional est propriétaire du bâtiment auparavant loué au conseil départemental de la Côte-d'Or.

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principale4e quart 20e siècle

Dates

  • 1976daté par source

Auteurs

  • AuteurRoger-Martin Barade, architecte  / attribution par travaux historiques, signature
  • AuteurFrançois Ruault, architecte  / signature, attribution par travaux historiques

Description

L'ensemble du bâtiment présente le format d'un parallélépipède simple avec cinq niveaux enterrés, un soubassement semi-enterré, un rez-de-chaussée et trois étages.

Architecture extérieure

La façade principale est découpée par une série de lames de béton recouvertes d'un parement de pierre de comblanchien et disposées en oblique. Cette mise en biais offre ainsi animation et dynamisme à l'édifice grâce à la scansion verticale : la façade paraît différente selon le point de vue du spectateur. Outre leur fonction esthétique, ces lames saillantes ont également pour rôle d'apporter un équilibre visuel en tempérant la masse horizontale de la construction. Du fait du peu de recul possible à l'époque, elles accroissent la monumentalité du bâtiment, dirigeant les regards vers le haut. Les baies vitrées participent également à la composition de l'ensemble pour accroître la solennité de l'immeuble. Réfléchissantes mais non totalement opaques, elles renvoient en partie l'architecture environnante quand le spectateur se place à une certaine distance, tout en permettant de percevoir légèrement l'intérieur lorsqu'il se rapproche. Cet effet s'observe particulièrement aux extrémités où sont situés les escaliers : sous un certain angle, le regard pénètre jusqu'aux vitres de la façade arrière. Pour le marquage de la salle des Assemblées, les deux architectes suivent les conseils de leur collègue Henry Bernard. Ce dernier leur avait suggéré d'affirmer le caractère de cette jeune institution au travers de l'architecture, tout en restant simple. Ils optent pour un parement en béton imitant la pierre de taille afin de d'obtenir une diversité dans le traitement des différentes surfaces ainsi qu'un léger relief de l'ensemble.

En 1979, il est nécessaire de modifier le projet initial qui prévoyait pour les deux accès côté boulevard de la Trémouille des portes d'entrée vitrées. Les nouvelles normes de sécurité imposent effectivement un changement. R.-M. Barade et F. Ruault décident de confier au sculpteur Pierre Sabatier la conception des nouvelles entrées. Le projet est identique pour les deux portes. L'artiste imagine une porte à deux vantaux inscrite en retrait dans un chambranle massif en béton, recouvert de plaque métalliques. La structure des portes est en laiton recouvert d'étain oxydé dans les tons bronze. Pour apporter davantage de matérialité, les vantaux sont traités en relief avec un motif circulaire répétitif.

La façade postérieure est identique dans sa composition, exceptée la présence de la galerie qui souligne les lignes horizontales et permet d'accéder au jardin. Presque totalement vitrée, elle apporte plus de transparence et d'ouverture à ce côté du bâtiment. Le toit de la galerie sert également de terrasse, l'accès se faisant par les bureaux du premier étage. Le jardin situé à l'arrière a également été dessiné par R.-M. Barade. Les courbes prédominent dans cet espace végétal (parterres, bassins, chemins) et ont été imaginées comme un complément du bâtiment et de ses lignes droites.

Distribution intérieure

Le parking souterrain occupe cinq niveaux, dont deux sont réservés aux véhicules du conseil départemental de la Côte-d'Or et du conseil régional. Un soubassement abritant bureaux, espaces de rangements et toilettes permet de surélever le rez-de-chaussée. La salle des Assemblées s'y organise autour des deux halls (l'un faisant office d'accueil, l'autre d'espace détente) et de la galerie. Originellement conçue comme une galerie des pas perdus, celle-ci fait office de lieu d'exposition. Depuis 2006 elle porte le nom de galerie François Mitterrand. Les trois étages suivants sont occupés par des bureaux : les différentes pièces se répartissent de part et d'autre d'un couloir central avec à ses extrémités les voies de circulation (ascenseurs, escaliers).

Le décor intérieur

La partie consacrée aux éléments décoratifs dans la notice explicative du premier projet (avril 1975) n'a pas été très développée par R.-M. Barade, pas plus que dans celle du second projet (septembre 1975). L'architecte imagine alors simplement des panneaux décoratifs pour le hall et une éventuelle pièce de tapisserie murale pour la salle de réunion du conseil régional, sans plus de précision.

Le hall d'accueil : C'est l'artiste plasticien Denis Morog qui a réalisé la décoration du hall avec un ensemble de panneaux en béton moulé. (Voir dossier individuel : ensemble de panneaux moulés en béton).

La salle des Assemblées : Inscrite dans un espace rectangulaire, la salle des Assemblées présente une disposition en hémicycle des fauteuils des conseillers, qui font face à la tribune présidentielle. Après l'allée centrale, les rangées redeviennent droites. Des loges pour la presse et les visiteurs sont installées aux extrémités, à côté des portes d'accès. Le sculpteur Pierre Sabatier réalise le revêtement mural composé de panneaux ondulés en aluminium . (Voir dossier individuel : ensemble de panneaux en aluminium).

Afficher les données détaillées

  • Planplan rectangulaire régulier
  • Mursbéton / calcaire
  • Toitmatériau synthétique en couverture
  • Étagessous-sol
  • Couvrementsdalle de béton / en béton armé
  • Couverturesterrasse
  • Escaliersescalier intérieur / escalier tournant
  • Autres organes de circulationsascenseur
  • Techniques de décorsculpture
  • Représentationsreprésentation non figurative

Documentation

Documents d’archives

  • Archives départementales de la Côte-d'Or. Série J ; sous-série 32 J : fonds de l'architecte Roger-Martin Barade.
    Lieu de conservation : Archives départementales de la Côte-d'Or, Dijon
  • Archives municipales de Dijon. 11031 W 267. Permis de construire n°62029.
    Lieu de conservation : Archives municipales, Dijon
  • Archives privées. Pierre Sabatier.

Bibliographie

  • BACKOUCHE, Isabelle. Aménager la ville : les centres urbains français entre conservation et rénovation de 1943 à nos jours. Paris : A. Colin, 2013.
  • BROCHARD, Antoine. Les Hôtels de région. Architectures républicaine à l'aune de la décentralisation. In La République et ses symboles : un territoire de signes. Paris : Publications de la Sorbonne, 2014.
  • BONY, Anne. Meubles et décors des années 70. Paris : Editions du Regard, 2005.
  • BOURGOGNE. Inventaire général du patrimoine culturel. L'hôtel de région Bourgogne. Réd. Julien Defillon. Lyon : Lieux Dits, 2015. (Parcours du Patrimoine ; 56).
  • D'ORGEVAL, Domitille. Pierre Sabatier sculpteur. Paris : Norma, 2011.
  • FAVARDIN, Patrick, BLOCH-CHAMPFORT, Guy, Les décorateurs des années 60-70. Paris : Norma, 2007.
  • [Exposition. Paris, Musée des Arts Décoratifs. 2010]. Moby Boom : l'explosion du design en France, 1945-1975. Dir. Dominique Forest. Paris (dir). Paris : Les Arts Décoratifs, 2010.
  • JORAY, Marcel. Le Béton dans l'art contemporain. Neuchâtel : Editions du Griffon, 1987.
  • MOROG, Denis. Le Beau Béton. Paris : Editions du Moniteur, 1981.
  • La région dans ses meubles. Le Bien Public, édition du 6 juillet 1980.
  • Les régions dans leurs murs. Le Moniteur, 1986, n°26.

Documents figurés

  • Vue aérienne de Dijon, carte postale ancienne, ca. 1900-1920.
    Lieu de conservation : Archives privées
  • Photographies anciennes du site de l'hôtel de région Bourgogne, août 1975 :Boulevard de la Trémouille, Celier de Clairvaux.Boulevard de la Trémouille, façade nord du Celier de Clairvaux. Vue depuis le sud du site servant de parking après la démolitions des anciennes constructions.Vue du site servant de parking après la démolitions des anciennes constructions et façade antérieure du bâtiment du conseil général. Boulevard de la Trémouille, façade nord du Celier de Clairvaux et bâtiment du conseil général (arrière-plan).Vue du boulevard de la Trémouille depuis le Celier de Clairvaux. Vue du site servant de parking après la démolitions des anciennes constructions, bâtiments du conseil général et de la préfecture de la Côte-d'Or (arrière plan). Vue du boulevard de la Trémouille depuis la rue Pierre Prud'hon. Vue du boulevard de la Trémouille depuis la place Saint-Bernard.
    Lieu de conservation : Archives départementales de la Côte-d'Or, Dijon  - Cote du document : 32 J 48
  • Maquettes du premier projet et de ses variantes de l'hôtel de région Bourgogne, photographies anciennes, 1975.
    Lieu de conservation : Archives départementales de la Côte-d'Or, Dijon  - Cote du document : 32 J 49
  • Maquettes du deuxième projet de l'hôtel de région Bourgogne, photographies anciennes, 1975.
    Lieu de conservation : Archives départementales de la Côte-d'Or, Dijon  - Cote du document : 32 J 50
  • Chantier de l'hôtel de région Bourgogne, photographies anciennes.Vues du chantier en mars 1977 : terrain avant travaux. Vue du chantier en juillet 1977 : réalisation de la paroi moulée et première phase de terrassement.Vue du chantier en juillet 1977 : ferraillage d'un panneau de paroi moulée.Vue du chantier en juillet 1977 : mise en place d'un panneau de ferraillage. Vue du chantier en juillet 1977 : détail de dallette en béton maigre avec aciers en attente pour entrejambe.Vue du chantier en juillet 1977 : dégagement des attentes et ferraillage du mur périphérique près du bâtiment dit "le petit château".Vue du chantier en juillet 1977 : tube plongeur avant coulage du béton de paroi moulé.Vue du chantier en juillet 1977 : recépage et dégagement des attentes devant le bâtiment du Conseil général.Vue du chantier en juillet 1977 : tête de forage avant pénétration. Vue du chantier en novembre 1977 : terrassement pleine masse et terrassement des fondations. Vue du chantier en novembre 1977 : fin du terrassement d'une rampe et fondation d'un voile de béton au premier plan.Vue du chantier en novembre 1977 : paroi de la face sud avec l'escalier d'accès.Vue du chantier en novembre 1977 : fondation de la fosse de décantation du parking. Vue du chantier en novembre 1977 : entrejambe coulé dans la hauteur du cinquième niveau de sous-sol avec dégagement des attentes en partie haute.Vue du chantier en février 1978 : mise en place d'un bracon en travée T1 au cinquième niveau du sous-sol.Vue du chantier en février 1978 : un portique courant et son étaiement dans la travée T1 au cinquième niveau du sous-sol.Vue du chantier en février 1978 : vue d'ensemble de la travée T1 du cinquième niveau du sous-sol et mise en place d'une poutre.Vue du chantier en février 1978 : transport d'une prédalle pour sa mise en place. Vue du chantier en février 1978 : coulage de la dalle de compression du quatrième niveau du sous-sol. Vue du chantier en mai 1978 : ferraillage des tirants incorporés dans la dalle du plafond du deuxième niveau de sous-sol. Vue du chantier en mai 1978 : plancher du deuxième niveau du sous-sol et transport d'un bracon.Vue du chantier en mai 1978 : fondations et coffrage de la cuve à fuel enterrée. Photographie ancienne.
    Lieu de conservation : Archives départementales de la Côte-d'Or, Dijon  - Cote du document : 32 J 57
  • Photographies anciennes, ca. 1980.
    Lieu de conservation : Archives du quotidien Le Bien Public, Dijon
  • Conseil régional Bourgogne - Franche-Comté, Photographies anciennes.Hôtel de région : façade postérieure et jardin. Photographie ancienne, ca. 1990-1995.Hôtel de région : façade postérieure et jardin. Photographie ancienne, ca. 1990-1995.Hôtel de région : salle des Assemblées. Photographie ancienne, ca. 1990-2005.Hôtel de région : salle des Assemblées. Photographie ancienne, ca. 1990-2005Vue du foyer-bar avec les luminaires aujourd'hui disparus, Photographie ancienne, ca. 1990-2000.
    Lieu de conservation : Conseil régional Bourgogne - Franche-Comté
  •  

Intérêt, protection et statut

Les services du Conseil régional occupent aujourd'hui plusieurs autres bâtiments, dont l'immeuble situé au 16 boulevard de la Trémouille (étudié, REF IA21001174).

Afficher les données détaillées

  • Protection du site secteur sauvegardé
  • Statut de la propriétépropriété publique

Désignation

  • CommuneDijon
  • Milieu d'implantationen ville
  • Adresse 17 boulevard de la Trémouille
  • Dénomination(s)hôtel de région
  • Fonction(s) successive(s) ou actuelle(s) hôtel de région

Localisation

  • Aire d'étude et cantonBourgogne - Dijon

Étude

  • Copyright© Région Bourgogne-Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Defillon Julien
  • Date de l'étude2014

Localisation