Patrimoine en Franche-Comté - Maison de chanoines dite hôtel Bonvalot, actuellement couvent de la Sainte-Famille

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Maison de chanoines dite hôtel Bonvalot, actuellement couvent de la Sainte-Famille

Illustrations

Historique

La maison, due peut-être au maçon et entrepreneur Perrin Maire, a été construite entre 1538 et 1544 pour François Bonvalot, oncle du cardinal Antoine de Granvelle, qui fut abbé des abbayes bénédictines Saint-Vincent de Besançon et Saint-Pierre de Luxeuil, et ambassadeur de Charles-Quint à la cour de France. Le 9 février 1540, la ville concédait à l'abbé le bois nécessaire à l'édification de l'hôtel. Au fond du jardin qui domine la ville, François Bonvalot fit construire une fabrique en belvédère décorée de devises et de peintures emblématiques qui furent décrites par Jules Chifflet en 1653 et ont disparu à une époque indéterminée. Après la mort de François Bonvalot en 1560, l'édifice passa entre les mains de divers membres de la famille ayant séance au chapitre métropolitain, avant d'être acquise par celle des Bauffremont au début du 17e siècle, et par d'autres au 18e siècle. La maison est achetée en 1809 par la congrégation du Refuge et revendue en 1819 à Hugues Touret qui la cède l'année suivante à Jeanne-Baptiste Moine et Jeanne-Claude Jacoulet, fondatrice des soeurs de la Sainte-Famille, qui la donnèrent à la communauté en 1827. Dans le courant du 19e siècle, des travaux sont entrepris pour accueillir un pensionnat, la vocation de la Sainte-Famille étant tournée vers l'éducation des filles. En 1843, le logis principal est surélevé d'un étage sur cour. Entre 1855 et 1857, l'architecte Maximin Painchaux aménage la chapelle du premier étage. La galerie sur cour, précédant la chapelle, est décorée de peintures murales signées "Roberti de Brescia" et datées 1856. En 1866, l'architecte Alfred Ducat reconstruit la porte cochère donnant sur la cour de la rue du Cingle, surélève et prolonge le bâtiment des écuries et dépendances situé dans cette même cour et construit un grand bâtiment de deux étages carrés perpendiculaire à la rue du Cingle entre les deux cours basses.

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principale2e quart 16e siècle
  • Principale19e siècle

Auteurs

Description

L'hôtel est situé sur une grande parcelle irrégulière présentant sur son flanc droit un fort dénivellé. Dans la partie haute (6 rue du Palais) , le logis principal de plan en U délimite une cour intérieure, prolongée par un grand jardin à l'extrémité duquel est située une fabrique en belvédère. Il est distribué par une allée cochère en position centrale, à droite de laquelle se trouve un portique donnant sur la cour, et par un escalier d'honneur tournant à retours sans jour placé dans l'angle de l'aile gauche. Une chapelle, à laquelle on accède par une galerie située au-dessus du portique, a été aménagée au premier étage sur rue. A l'extrémité de l'aile gauche se trouve le bâtiment des anciennes grange et écurie. La partie basse (4 rue du Cingle) s'étend sur deux cours. Dans la première, fermée par un portail dans clôture, se trouvent un puits et une remise disposée dans le soubassement du bâtiment prolongeant l'aile droite de l'hôtel. L'édifice est construit en grande partie en moellon ou moellon enduit, sauf la partie centrale du logis principal.

Afficher les données détaillées

  • Typologiesmaison avec entrée cochère
  • Murscalcaire / enduit / moellon / pierre de taille
  • Toittuile plate
  • Étagessous-sol / 2 étages carrés / étage de comble
  • Élévationsélévation à travées
  • Escaliersescalier dans-oeuvre / escalier tournant à retours sans jour / en maçonnerie / en charpente
  • Techniques de décorpeinture / sculpture
  • Représentationsrinceau / volute / ordre toscan
  • Précisions sur la représentation

    Le portique du logis principal et la fabrique en belvédère sont ornés de colonnes à chapiteaux toscans, ceux du portique sont surmontés de consoles à volutes. Le pourtour de la galerie à l'étage est décoré de rinceaux peints.

Documentation

Documents figurés

  • Besançon : extrait du plan cadastral, 1974, section AM.
  •  

Intérêt, protection et statut

L'édifice, malgré l'évolution de certains éléments, demeure l'exemple bisontin le plus remarquable d'une maison de grand seigneur ecclésiastique du 16e siècle.

Afficher les données détaillées

  • Éléments remarquables puits, jardin d'agrément, fabrique en belvédère, élévation, portique
  • Protection Monument historiqueinscrit MH partiellement (08/06/1926), inscrit MH partiellement (13/01/1938)
  • Précisions sur la protection

    la façade et le cloître : inscription par arrêté du 8 juin 1926 ; la façade et la couverture d'un bâtiment en recul sur l'alignement présent des rues et débordant sur des encorbellements dans l'immeuble sis 4 rue du Cingle : inscription par arrêté du 13 janvier 1938.

  • Statut de la propriétépropriété privée

Désignation

  • Dénomination(s)maison
  • Parties constituantes non étudiéeschapelle, écurie, logement, remise, grange, puits, jardin d'agrément, fabrique en belvédère, cour
  • Fonction(s) successive(s) ou actuelle(s) couvent

Localisation

  • CommuneBesançon
  • Adresse 6 rue du Palais
  • Milieu d'implantationen ville
  • Lieu-dit Cingle îlot
  • Aire d'étude et cantonBesançon centre - Besançon centre ville

Étude

  • Copyright© Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Roussel Christiane
  • Date de l'étude1996

Localisation