Patrimoine en Franche-Comté - Maison et atelier d'horlogerie de Gaston Girardin

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Maison et atelier d'horlogerie de Gaston Girardin

5 rue du Temple
25 - Villers-le-Lac
Dossier IA25001563 réalisé en 2016

Illustrations

Historique

Antérieur à 1937, le bâtiment est construit à la fin du 19e siècle ou dans le premier quart du 20e. Il abrite dans l'étage en surcroît l'atelier d'horlogerie de Gaston Girardin (1898-1945), frère de Roger Girardin (l'un des associés de la société Gisca, au 2 rue Pierre Berçot), marié à Emilienne Renaudin (1904-1979) qui est une soeur d'Alphonse et Gaston (réunis au sein de la société Renaudin Frères, établie au 11 rue Virgile Cupillard) et d'Emile (à la tête de sa propre affaire, au 22 rue du Quartier neuf). Au décès prématuré de Gaston en 1945, Emilienne reprend la fabrique de montres sous l'appellation de Veuve Gaston Girardin. L'affaire, qui exploite la marque Girad et se dit "ancienne maison Veuve Henri Charpier" (renvoyant à l'entreprise établie 21 rue de l'Helvétie à Morteau ?), réunit dans une même pièce trois ou quatre ouvriers et des membres de la famille : les enfants d'Emilienne Jean-Gaston (né en 1945) et sa soeur Paulette, et le mari de cette dernière Jean Thiebaud (de Morteau). L'affaire disparaît entre 1960 et 1965, lorsque la famille part pour Epernay où Thiebaud s'installe comme bijoutier. La bâtisse a été convertie en immeuble.

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principalelimite 19e siècle 20e siècle

Description

La maison, aux murs de moellons calcaires enduits, comporte un étage de soubassement, un rez-de-chaussée surélevé, un étage carré et un étage en surcroît, desservis par un escalier dans-oeuvre. Les fenêtres sont coiffées d'un arc segmentaire en briques. Le toit est à longs pans, pignons couverts et tuiles mécaniques. L'extension à l'ouest (salle de bains ?), sur deux niveaux, semble en béton enduit, avec terrasse dans le même matériau.

Afficher les données détaillées

  • Murscalcaire / moellon / enduit / béton / enduit
  • Toittuile mécanique / béton en couverture
  • Étagesétage de soubassement / rez-de-chaussée surélevé / 1 étage carré / étage en surcroît
  • Élévationsélévation à travées
  • Couverturestoit à longs pans / pignon couvert
  • Escaliersescalier dans-oeuvre

Documentation

Documents d’archives

  • 50 J 28 Syndicat de fabricants d'horlogerie de Besançon. Correspondance avec les fabricants, 1947-1961
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 50 J 28

Documents multimédias

  • Guichard, Jean-Marie. Recherches généalogiques. Accessibles en ligne sur le site de Geneanet : http://gw.geneanet.org/

Témoignages oraux

  • Droz Yves, collectionneur de pièces horlogères et fondateur du Musée de la Montre, Villers-le-Lac
  • Renaud-Bezot Jacques, ancien dirigeant de la société horlogère du même nom. Villers-le-Lac
  •  

Intérêt, protection et statut

Afficher les données détaillées

  • Statut de la propriétépropriété privée

Désignation

  • Dénomination(s)maison, atelier
  • Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, logement, jardin

Localisation

  • CommuneVillers-le-Lac
  • Adresse 5 rue du Temple
  • Milieu d'implantationen ville
  • Lieu-dit Bassots les
  • Aire d'étude et cantonPays horloger (le) - Morteau

Étude

  • Copyright© Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Poupard Laurent
  • Date de l'étude2016