Patrimoine en Franche-Comté - Instrument de démonstration en optique (spectroscope à prisme Massiot)

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Instrument de démonstration en optique (spectroscope à prisme Massiot)

35 quai Aimé Lamy
39 - Morez
Dossier IM39002292 réalisé en 2010
Edifice : école professionnelle dite Ecole nationale d'Optique puis lycée polyvalent Victor Bérard  (Référence : IA39000662)

Illustrations

Historique

Le spectroscope à prisme a été inventé en 1859 par le physicien allemand Gustav Robert Kirchhoff. Celui étudié a été fabriqué dans le premier quart du 20e siècle par G. Massiot, directeur de la maison Massiot et Cie établie en 1910 à Courbevoie à la suite de la société Radiguet et Massiot, implantée au 15 boulevard des Filles du Calvaire. Cette dernière avait succédé à deux maisons : Molteni (au 44 rue du Château d'Eau), fondée en 1782 et spécialisée dans les appareils de projection et les diapositives sur verre destinées à l'enseignement, et Radiguet, créée en 1805 pour la fabrication de verres optiques de précision, production élargie en 1872 aux modèles réduits (destinés à l'enseignement professionnel) de machines et appareils mécaniques et électriques puis au matériel pour laboratoires de radiologie. La société Massiot était encore attestée au milieu des années 1930.

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principale1er quart 20e siècle

Auteurs

Origine

  • lieu d'exécutionIle-de-France, 92, Courbevoie,

Description

Appareil servant à l'étude des spectres lumineux, le spectroscope est composé de deux collimateurs et d'une lunette, pointant tous trois vers un prisme central qui, pour empêcher l'arrivée de lumière extérieure, peut être coiffé d'un tambour percé de trois ouvertures. Le tout est fixé sur un support dont l'inclinaison est réglable grâce à une rotule, porté par une tige en laiton et un trépied en fonte. Certaines pièces sont peintes en noir. Le premier collimateur rend parallèle les rayons lumineux à analyser : la lumière est reçue au travers d'une fente, de largeur variable, puis transmise via une lentille convergente. Elle est décomposée lors de son passage dans le prisme puis le spectre lumineux obtenu, formé de raies colorées sur fond noir, est visualisé grâce à la lunette d'observation. Le deuxième collimateur porte à son extrémité un micromètre dont l'image, éclairée par une lumière blanche et transmise par le prisme, se superpose au spectre dans l'oculaire de la lunette afin de repérer précisément la position des raies (l'appareil devient alors un spectromètre). Une molette permet de régler la distance entre ce micromètre et le prisme. En plaçant une substance à analyser entre la source lumineuse et le premier collimateur, le spectre obtenu comporte des raies noires correspondant aux longueurs d'onde absorbées par cette substance, donc à sa signature.

Afficher les données détaillées

  • Précision dimensions

    Dimensions (en cm) : h = 41, d maxi = 62.

  • Catégoriesenseignement / optique
  • Structuresinstrument spécialisé
  • Matériauxlaiton / fonte de fer / verre
  • Inscriptionsinscription concernant le fabricant / sur l'oeuvre / gravé / inscription concernant le lieu d'exécution / sur l'oeuvre / gravé
  • Précisions sur les inscriptions

    Inscription gravée sur le tambour : G. Massiot / Paris.

Documentation

Bibliographie

  • L'industrie française des instruments de précision. Catalogue 1901-1902. - Paris : Syndicat des Constructeurs en Instruments d'Optique de précision, 1901. XXXIV-271 p : ill.
  • Thooris (Marie-Christine), Courseaux (Yannick), Debreux (Jean-Bernard) et al. Les objets scientifiques : un siècle d'enseignement et de recherche à l'École polytechnique. Promotions 1794 à 1900 : exposition, Palaiseau, École polytechnique, 13 mars-21 septembre 1997. - Palaiseau : École polytechnique, 1997. 156 p. : ill. ; 30 cm.
  •  

Désignation

  • Dénomination(s)instrument de démonstration en optique

Localisation

  • CommuneMorez
  • Adresse 35 quai Aimé Lamy
  • Milieu d'implantationen ville
  • Aire d'étude et cantonMorez
  • Emplacement dans l'édifice bâtiment de l'enseignement (B), salle Prélat

Étude

  • Copyright© Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Buffa Géraud, Davoigneau Jean, Poupard Laurent
  • Date de l'étude2002

Localisation