Patrimoine en Franche-Comté - Maison et atelier d'horlogerie A. Vauthier et Monnot, puis de décolletage des Ets Triponney-Mougin

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Maison et atelier d'horlogerie A. Vauthier et Monnot, puis de décolletage des Ets Triponney-Mougin

12 rue de Saint-Hippolyte
25 - Maîche
Dossier IA25001407 réalisé en 2015

Illustrations

Historique

La maison est bâtie en 1878 (date portée sur le linteau de l'entrée avec les initiales V et A) pour l'horloger Albin Vauthier. Ce dernier est associé avec P. Monnot à la tête d'une petite fabrique d'assortiments (échappement) à cylindre. Le bâtiment passe vers 1893 au marchand de vaches Henri Netter puis vers 1919 à l'horloger Henri Triponney (1862-1929), qui le complète par un premier atelier de décolletage vers 1925. Son fils Georges (1892-1960) lui succède après son décès et la matrice cadastrale enregistre la construction d'un deuxième atelier vers 1931 puis de nouveaux agrandissements vers 1937 et 1949. Georges est à la tête d'une fabrique de pièces détachées pour l'horlogerie, pratiquant le décolletage de précision (sur laiton, etc.) et spécialisée dans les viroles et pitons (ou goupilles) pour tous genres de spiraux. La Sarl des Ets Triponney-Mougin (au capital de 200 000 F) est créée le 30 novembre 1960 pour réunir Joseph Triponney (1924-1989), fils de Georges, et son beau-frère Pierre Mougin (1923-2003), marié avec sa soeur Henriette. La société compte 4 ou 5 ouvriers (elle est en 1963 classée dans la catégorie de 0 à 10 salariés), puis un maximum de 8 en 1974. Pour se développer, elle quitte alors les lieux, en novembre 1974, pour un nouveau bâtiment construit dans la zone industrielle, au 4 rue Henri Rotschi (où elle disparaîtra en 1983). Le local rue d'Alsace est repris par Jean-Charles Triponney, qui y fabrique des prothèses dentaires ; il a été rehaussé d'un étage carré dans les années 1990. Le site est occupé par des logements.

Afficher les données détaillées

Dates

  • 1878porte la date

Description

Les bâtiments ont des murs en moellons calcaires enduits (ceux de l'atelier sont de plus protégés par un essentage de planches), à l'exception de la dépendance (béton enduit) et de la surélévation des années 1990. Ils sont coiffés de toits à longs pans et tuiles mécaniques (avec croupes sur la maison, brisés et à pignons couverts sur l'atelier), les garages et la dépendance (en rez-de-chaussée) étant chacun sommés par une terrasse en béton. Ils comportent étage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, étage carré et étage en surcroît. Leur desserte est assurée par des escaliers dans-oeuvre et des escaliers extérieurs : symétrique en pierre en avant de la façade sur la rue de Saint-Hippolyte, droit en béton (récent) à l'arrière de l'atelier. Ce dernier est éclairé par des fenêtres d'atelier.

Afficher les données détaillées

  • Typologiesbaie d'atelier
  • Murscalcaire / moellon / enduit / essentage de planches / béton / enduit
  • Toittuile mécanique / béton en couverture
  • Étagesétage de soubassement / rez-de-chaussée surélevé / 1 étage carré / étage en surcroît
  • Élévationsélévation à travées
  • Couverturestoit à longs pans / croupe / toit à longs pans brisés / pignon couvert / terrasse
  • Escaliersescalier dans-oeuvre / escalier de distribution extérieur / escalier symétrique / en maçonnerie / escalier de distribution extérieur / escalier droit / en maçonnerie
  • Énergiesénergie électrique / achetée

Documentation

Documents d’archives

  • Cadastre de la commune de Maîche [1812-1977]- Registre des états de sections (1812) - Matrices cadastrales des propriétés bâties et non bâties : Propriétés foncières [1826-1914] - Matrice cadastrale des propriétés bâties, 1883-1896 [1882-1910] - Matrice cadastrale des propriétés bâties [1911-1977]
    Lieu de conservation : Archives communales, Maîche

Documents figurés

  • 1524. Maîche - Coteau de Montjoie, carte postale, par Ch. Simon, s.d. [1er quart 20e siècle], Ch. Simon éd. à Maîche. Publiée dans : Simonin, Michel ; Choulet, Jean-Marie. Maîche hier et aujourd'hui, 1999, p. 16.
    Lieu de conservation : Collection particulière : Henri Ethalon, Les Ecorces

Bibliographie

  • Maîche au fil des siècles. - Maîche : la Ville, 1999. 116 p. : ill. ; 30 cm. Numéro spécial du Bulletin municipal (n° 21)
  • Simonin, Michel. L'horlogerie au fil du temps et son évolution en Franche-Montagne, sur le plateau de Maîche. - Maîche : M. Simonin, 2007. 143 p. : ill. ; 30 cm.
  • Vuillet, Bernard. Entre Doubs et Dessoubre. Tome II. Autour de Maîche et Belleherbe, d'après la collection de cartes postales de Georges Caille. - Les Gras : B. Vuillet, Villers-le-Lac : G. Caille, 1990. 231 p. : cartes postales ; 31 cm.

Documents multimédias

  • Prost, André. Recherches généalogiques. Accessibles en ligne sur le site de Geneanet : http://gw.geneanet.org

Témoignages oraux

  • Simonin Michel, ancien horloger, auteur de livres sur Maîche et l'horlogerie du Haut-Doubs. Maîche
  •  

Intérêt, protection et statut

Afficher les données détaillées

  • Statut de la propriétépropriété privée

Désignation

  • Dénomination(s)maison, atelier
  • Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, logement, garage, dépendance, cour

Localisation

  • CommuneMaîche
  • Adresse 12 rue de Saint-Hippolyte
  • Milieu d'implantationen ville
  • Aire d'étude et cantonPays horloger (le) - Maîche

Étude

  • Copyright© Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Poupard Laurent
  • Date de l'étude2015