Patrimoine en Franche-Comté - Église Saint-Ferréol-et-Saint-Ferjeux

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Église Saint-Ferréol-et-Saint-Ferjeux

rue Montgillard
70 - Gevigney-et-Mercey
Dossier IA70000663 réalisé en 2016

Illustrations

Historique

L'église du 13e siècle a été détruite et remplacée en 1793, par une nouvelle église placée sous le vocable de saint Ferréol et de saint-Ferjeux. En effet, les habitants de la paroisse avaient envoyé une requête à l'archevêque de Besançon en 1739 pour se plaindre de l'état très dégradé du bâtiment menaçant ruine ; l'édifice est également décrit comme trop petit, ne pouvant pas accueillir convenablement l'ensemble de la population. L'archevêque envoie une commission composée de deux échevins pour constater la réclamation ; à l'issue de leur visite, il prirent une délibération, adressée à l'archevêque, certifiant que l'édifice est dans un état proche de la ruine et qu'il est nécessaire de construire une nouvelle église ; l'intendant et l'archevêque donnèrent leur accord.

Pour des raisons inconnues, les travaux de construction ne commencèrent qu'en 1788, soit près de 40 ans après l'autorisation ; il s'achevèrent en 1793. Lors des travaux, les messes et les offices eurent lieu à la chapelle Sainte-Barbe située sur la route reliant Gevigney à Mercey (à proximité de l'oratoire encore présent).

A partir de 1851, l'édifice fait l'objet d'importantes réparations. Son état s'étant fortement dégradé du fait d'un écartement des murs, la commune fait appel à Victor Baille, architecte à Besançon (Doubs) afin qu'il propose des travaux de consolidation. Dans un premier temps, Baille propose d'installer des fermes en fer au niveau de la charpente afin de stopper l'écartement des murs ; le conseil municipal adhère au projet, seulement, faute de ressources nécessaires, la commune ne valide pas le devis estimatif de l'architecte. Sur avis de la préfecture, il propose une nouvelle solution moins onéreuse qui consiste à poser un tirant en fer au-dessus des baies, reliant ainsi les murs de la nef. Baille fournit pour chaque solution un plan détaillé. Cependant, le préfet considère que la deuxième solution n'offre pas une économie suffisante et la commune vote à l'unanimité le premier projet. Les travaux sont mis en adjudication le 10 aout 1853. Le 11 février 1858, le registre des délibérations de Gevigney-et-Mercey indique que la commune a reçu un courrier du préfet précisant que la vente de rentes, d'une valeur d'environ 13 000 francs, permettra de solder les travaux de consolidation de l'église.

En 1871, le conseil municipal accepte par une délibération du 6 aout, un devis de l'architecte Martin établi à Jussey (70) concernant d'importantes réparations sur le dôme du clocher de l'église.

Le maire de la commune reçoit une lettre de la préfecture en 1877, qui pointe que l'église est dans un état de grande vétusté, au point de craindre un effondrement du bâtiment. Il demande à la mairie de faire appel à Victor Baille, qui a déjà travaillé sur l'édifice afin qu'il dresse un devis des réparations urgentes à entreprendre. L'architecte constate que les travaux qu'il avait engagé il y a 20 ans, ont permis de stabiliser et de consolider l'édifice mais que le clocher est en train de s'affaisser en raison des filtrations souterraines ; cette tension a engendré des lézardes sur certaines façades extérieures. Il préconise plusieurs solutions : tout d'abord, pour soutenir le clocher, pose d'ancres accompagné de tirants de fer pour le lier au corps de l'édifice, ensuite, creusement d'un fossé de drainage afin d'éviter les filtrations, remaniement de la toiture en zinc et, enfin rejointoiement au ciment des façades lézardées. Il remet son rapport en mairie le 26 avril 1877.

Au cours de la première moitié du 20e siècle, l'église est dotée de vitraux modernes dont un offert par le général de Gaulle (il est représenté en officier lors du siège de Verdun en 1917). En 1903, l'architecte Humbert entreprend des travaux pour consolider le piédouche du clocher.

De l'ancienne église subsistent quelques éléments intérieurs comme le bénitier en pierre sculpté datant de 1617 ainsi que probablement les statues en bois polychrome du 16e siècle.

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principale4e quart 18e siècle

Dates

  • 1793daté par travaux historiques

Auteurs

  • AuteurVictor Baille, architecte  / attribution par travaux historiques
  • AuteurJ.-B. Martin, architecte  / attribution par travaux historiques
  • AuteurJacques Humbert, architecte  / attribution par travaux historiques

Description

L'accès à l'église se fait depuis une place bordée de tilleuls. La façade classique dispose de trois portails, séparés par des pilastres doriques d'égales dimensions, surmontés de niches abritant les statues (en fonte) de la Vierge et des saints Ferréol et Ferjeux. Depuis cette façade s'élève une tour carré avec un clocher disposant d'un toit à l'impériale couvert de tuiles vernissées. La nef et et l'abside, à toit polygonal, sont en pierre de taille.

A l'intérieur, un porche voûté ouvre l'accès à église-halle qui se compose d'une travée centrale flanquée de collatéraux. La nef, à cinq travées, a une voute en berceau plein-cintre ; le sanctuaire, à une travée, est éclairé par trois baies. La tribune est voutée en anse de panier.

Afficher les données détaillées

  • Planplan allongé
  • Mursgrès / pierre de taille
  • Toittuile plate / tuile plate plombifère
  • Étages3 vaisseaux
  • Couvrementsvoûte en berceau plein-cintre
  • Élévationsélévation ordonnancée
  • Couverturestoit à longs pans / pignon couvert / toit à l'impériale
  • Escaliersescalier dans-oeuvre

Documentation

Documents d’archives

  • 267 E dépôt 50 Édifices publics (1792-1903) : Construction de l'église (1792) ; Réparations, entretiens (1836-1888) ; reconstruction et entretien du clocher (1830-1903) ; Chapelle de Mercey (1836-1869) ; Presbytère, entretiens et réparations (1789-1865) ; Cimetière, murs, réparations et nouveau cimetière (1807-1861).
    Lieu de conservation : Archives départementales de la Haute-Saône, Vesoul  - Cote du document : 267 E dépôt 50
  • 3 O 276, travaux communaux de Gevigney-et-Mercey (1820-1885)
    Lieu de conservation : Archives départementales de la Haute-Saône, Vesoul  - Cote du document : 3 O 276

Bibliographie

  • La Haute-Saône : nouveau dictionnaire des communes. Tome III, [Fahy-lès-Autrey - Lure]. - Vesoul : Société d'agriculture, lettres, sciences du arts de la Haute-Saône, 1971. 386 p.-[1] carte dépl. ; 22 cm.
    Lieu de conservation : Région Bourgogne-Franche-Comté, Inventaire et Patrimoine, Besançon  - Cote du document : RUS 149

Documents figurés

  • Gevigney - L'église. Imp.- Lib. A. Fournier, à Jussey, carte postale, sd
    Lieu de conservation : Collection particulière
  •  

Intérêt, protection et statut

Afficher les données détaillées

  • Statut de la propriétépropriété de la commune

Désignation

  • Dénomination(s)église paroissiale

Localisation

  • CommuneGevigney-et-Mercey
  • Adresse rue Montgillard
  • Milieu d'implantationen village
  • Aire d'étude et cantonVal de Saône - Combeaufontaine

Étude

  • Copyright© Région Bourgogne-Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Gézolme Guillaume
  • Date de l'étude2016