Patrimoine en Franche-Comté - Immeubles et ateliers d'horlogerie Schild et Cie, Kuenzi, Lascaugiraud puis de la Société de Distribution horlogère (SDDH)

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Immeubles et ateliers d'horlogerie Schild et Cie, Kuenzi, Lascaugiraud puis de la Société de Distribution horlogère (SDDH)

26-28 rue de la Chaussée
25 - Morteau
Dossier IA25001766 réalisé en 2018

Illustrations

Historique

L'immeuble est bâti en 1925, à l'emplacement d'une maison dessinée sur le plan cadastral de 1816 (E 272) et appartenant à Philippe Joseph Perry. Il est construit pour Edmond Kuenzi (1880-1944), fabricant de montres installé à son compte en 1903 et signalé Grande Rue (alors au n° 5 bis) au milieu des années 1920. Edmond a son atelier au premier étage, les autres niveaux abritant des appartements locatifs. A son décès, l'affaire est reprise par son fils Roger (1903-1979), gérant de la société Kuenzi et Cie (Sarl au capital de 2 000 000 F en 1949, puis Snc en 1955). Cette entreprise achète 4 300 ébauches françaises en 1949 (2 100 Cupillard et 900 Parrenin à Villers-le-Lac, 1 300 Jeambrun à Maîche) puis 12 250 en 1951 (5 700 Jeambrun, 3 350 Cupillard et 1 000 Parrenin, 2 200 de l'Horlogerie de Savoie à Annemasse). A cette époque, le bâtiment accueille également l'atelier de la soeur de Roger, Léone (1905-1974), veuve de Pierre Lascaugiraud (1906-1949), ancien élève de l'Ecole nationale d'Horlogerie de Besançon, demeurant jusque-là 54 rue des Batignolles à Paris. Déclarant son entreprise rue de la Chaussée le 1er février 1950, Mme Lascaugiraud se dit spécialiste des montres 5 1/4 et 10 1/2 lignes, et exploite la marque Las. Elle utilise 1 050 ébauches françaises à échappement à ancre en 1950 (900 Horlogerie de Savoie 5 1/4 lignes, 100 Cupillard 10 1/2 et 50 Jeambrun 9 3/4), 2 900 en 1951 (1 100 Horlogerie de Savoie 5 1/4, 900 Cupillard et 900 Parrenin 10 1/2), 8 000 pour les deux années 1952 et 1953, 2 600 en 1954, 3 400 en 1955, 3 000 en 1956, 2 800 en 1958. Les Ets Kuenzi et Cie et Lascaugiraud sont tous deux classés en 1965 dans la catégorie de 0 à 10 salariés.

Bernard Lascaugiraud (le fils de Léone) crée son entreprise le 1er mai 1968, l'année où Roger Kuenzi part en retraite. Il prend la suite de son oncle, avec un effectif réduit : moins d'une dizaine de personnes, travaillant à domicile. Il développe l'affaire, qui compte 50 à 60 personnes à domicile vers 1977 et devient à la fin de cette année la Société de Distribution horlogère (SDDH). Employant 23 personnes (à l'usine ?) en 1988, cette dernière s'agrandit par la construction en 1986 d'un bâtiment de stockage sur l'arrière puis en 1999 par l'achat de l'immeuble mitoyen, au n° 28 (doté de garages au nord au cours de la décennie 1980 ou de la suivante). A peu près contemporain du n° 26, cet immeuble avait abrité au premier étage une filiale des Ets Schild et Cie, signalés en 1926 au 9 rue Neuve (n° de l'époque) et en 1938 rue de la Chaussée. Cette entreprise est issue de la fabrique Graizely Frères créée en 1888 à La Ferrière (canton de Berne) par Arthur Graizely et son frère afin d'exploiter le brevet d'Irénée Aubry pour une montre fonctionnant huit jours (marques Hebdomas et Octodi). Leur affaire est devenue Graizely et Cie en 1904 lors de l'association avec Otto Schild (à la tête de sa propre entreprise fondée en 1902) puis Schild et Cie en 1914 lors de sa reprise par Schild. Etablie au 137 rue du Parc à La Chaux-de-Fonds (dans une usine bâtie pour Graizely en 1906), cette dernière produit des montres sous diverses marques (Montres Champion, Cosmos, Exposit, Hebdomas, Mirax, Octava, Octidi, Orator - plus particulièrement mise en avant à partir de 1944 -, Perpetua, Septima, Septidi) et des pendulettes et pendules (notamment sous la marque Reform, avec une pendule particulière à remontage électromagnétique). Elle semble disparaitre en 1979 ou peu après.

Le 6 octobre 2008, Bernard Lascaugiraud cède à Denis Sire une société qui emploie 17 personnes et réalise un quart de son chiffre d'affaires à l'export. Si elle utilise les marques Passion, Bernard Florentin et Sport Way, elle fait surtout fabriquer en "private label", sous la marque de ses clients. En 2016, cette société (une SAS au capital de 750 000 €) a un effectif d'une dizaine de salariés, réalisant marquage et emboîtage. Outre ses ateliers, les deux immeubles abritent aussi des appartements locatifs.

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principale2e quart 20e siècle
  • Principale4e quart 20e siècle

Dates

  • 1925daté par tradition orale
  • 1986daté par tradition orale

Description

Les deux immeubles ont des murs en moellons calcaires enduits et un toit à longs pans et tuiles mécaniques, avec pignon couvert à l'ouest (n° 28) et demi-croupe à l'est (n° 26). Ils comportent un sous-sol, un rez-de-chaussée surélevé (accessible par un escalier extérieur tournant), deux étages carrés et un comble (étage en surcroît au n° 28), desservis par des escaliers dans-oeuvre. Le n° 26 a aussi, au nord, un escalier extérieur récent en vis et en béton. Son extension de ce côté-là associe deux corps de bâtiments vraisemblablement en parpaings de béton enduits : celui jouxtant l'immeuble a un étage carré coiffé d'une terrasse en béton ; l'autre compte un étage carré et un comble, protégés par un toit à longs pans, pignon couvert au nord et croupe au sud, tuiles mécaniques. Des fenêtres horlogères sont visibles à l'est à l'étage carré du premier corps et de l'immeuble.

Afficher les données détaillées

  • Typologiesbaie horlogère
  • Murscalcaire / moellon / enduit / béton / parpaing de béton / enduit
  • Toittuile mécanique / béton en couverture
  • Étagessous-sol / rez-de-chaussée surélevé / 2 étages carrés
  • Élévationsélévation à travées
  • Couverturestoit à longs pans / demi-croupe / pignon couvert / terrasse
  • Escaliersescalier dans-oeuvre / escalier de distribution extérieur / escalier tournant / en maçonnerie / escalier de distribution extérieur / escalier en vis sans jour / en maçonnerie

Documentation

Documents d’archives

  • 3 P 412 Cadastre de la commune de Morteau, 1816-1978- 3 P 412 : Atlas parcellaire (11 feuilles), dessin (plume, lavis), par les géomètres du cadastre Girardier et Mestre, 1816-1817- 3 P 412/1 : Registre des états de sections, 1818- 3 P 412/4-5 : Matrice cadastrale des propriétés bâties et non bâties, 1823-1875. Le 1er volume manque.- 3 P 412/2-3 : Matrice cadastrale des propriétés bâties et non bâties, 1876-1914- 3 P 412/6 : Matrice cadastrale des propriétés bâties, 1882-1910- 3 P 412/7-9 : Matrice cadastrale des propriétés non bâties, 1911-1965- 3 P 412/10-13 : Matrice cadastrale des propriétés bâties, 1911-1978
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 3 P 412
  • 50 J 31 Syndicat de fabricants d'horlogerie de Besançon. Correspondance avec les fabricants, 1948-1963
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 50 J 31
  • Papier à en-tête de la société Graizely & Cie, s.d. [entre 1906 et 1914]
    Lieu de conservation : Collection particulière : Henri Leiser, Morteau
  • Papier à en-tête de la société Graizely & Cie, Schild & Co successeurs, 7 janvier 1914
    Lieu de conservation : Collection particulière : Henri Leiser, Morteau
  • Papier à en-tête de la société Schild & Co, 7 janvier 1914
    Lieu de conservation : Collection particulière : Henri Leiser, Morteau
  • Pendule électrique "Reform" [publicité], 1947. Extraite de : Association des anciens Prisonniers de Guerre de Morteau. Grande kermesse 5 et 6 juillet 1947. - Morteau : Impr. nouvelle Vieille, 1947, [p. 25] : ill.
    Lieu de conservation : Collection particulière : Henri Leiser, Morteau
  • Manufacture d'Horlogerie soignée B. Lascaugiraud [dépliant], s.d. [3e quart 20e siècle]
    Lieu de conservation : Collection particulière : Henri Bonnet, Fournet-Luisans

Bibliographie

  • C., T. Denis Sire prend la tête de S.D.D.H. C'est-à-dire, n° 140, 5 janvier 2009, p. 30 : ill.
  • Chambre de Commerce et d'Industrie du Doubs. Horlogerie [dossier documentaire]. - Besançon : CCI du Doubs, juin 1988. 43 p. ; 30 cm.
    Lieu de conservation : Musée du Temps, Besançon  - Cote du document : 28700 CCI 1988
  • La compétence horlogère de Morteau récompensée à Rome. L'Est Républicain, édition du Doubs, 24 août 1999, p. 3 : ill.
  • Les établissements horlogers en France. - S.l. : s.n., mars 1965. 17 p. ronéotypées ; 20 cm.
    Lieu de conservation : Collection particulière : Michel Simonin, Maîche
  • Leiser, Henri ; Jacquot, Didier. Morteau et environs d'hier à aujourd'hui. - Pontarlier : Presses du Belvédère, 2010. 188 p. : ill. ; 24 cm.

Documents multimédias

  • Guichard, Jean-Marie. Recherches généalogiques. Accessibles en ligne sur le site de Geneanet : http://gw.geneanet.org/
  • Ranfft, Roland. Ranfft Watches, site internet allemand consacré aux montres et à leurs composants : http://www.ranfft.de/uhr/index-e.html
  • Rognon, André. Recherches généalogiques. Accessibles en ligne sur le site de Geneanet : http://gw.geneanet.org/
  • Sirene, base de données de l'Insee consultable sur le site internet Score3.fr

Témoignages oraux

  • Lascaugiraud Bernard, fondateur de la Société de Distribution horlogère. Morteau
  •  

Intérêt, protection et statut

Afficher les données détaillées

  • Statut de la propriétépropriété privée

Désignation

  • Dénomination(s)immeuble, atelier
  • Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, atelier de conditionnement, bureau, magasin industriel, logement, garage, cour

Localisation

  • CommuneMorteau
  • Adresse 26-28 rue de la Chaussée
  • Milieu d'implantationen ville
  • Aire d'étude et cantonPays horloger (le) - Morteau

Étude

  • Copyright© Région Bourgogne-Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Poupard Laurent
  • Date de l'étude2012