Patrimoine en Franche-Comté - Moulin à farine et scierie, puis usine de petite métallurgie (usine de scies des Etablissements métallurgiques du Dessoubre), actuellement usine de meubles Bernardot

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Moulin à farine et scierie, puis usine de petite métallurgie (usine de scies des Etablissements métallurgiques du Dessoubre), actuellement usine de meubles Bernardot

Illustrations

Historique

En 1744, Hyacinthe Boillon [ou Boillot] fabrique des canons de fusils dans son martinet de la Voyèze, porté en 1740 sur la carte de Cassini. En 1821, le site consiste en un moulin équipé de trois paires de meules, une ribe et une scie (actionnées par cinq roues hydrauliques) ; le martinet a cessé de fonctionner et ses deux roues (une pour les marteaux et une pour les soufflets) ont été supprimées. L'établissement appartient au meunier Jean-François Boillot qui, "les antiques bâtiments de cette usine tombant de vétusté", demande l'autorisation de les reconstruire et de les doter de six roues : trois pour autant de paires de meules (avec une supplémentaire, aussi large que les trois autres, destinée à les remplacer en temps de sècheresse), une pour la fabrication de gruau, une pour une ribe à chanvre et une huilerie, la dernière pour une scie. Les travaux sont commencés sans attendre, avec quelques variations (une même roue fait tourner la ribe et la scie). Trente ans plus tard, en 1851, le moulin Boillot (toujours équipé de sept roues hydrauliques) est dit en "chômage prolongé". Il appartient à Alexandre Boillot en 1870 puis passe dans les années 1890 à Aristide puis Gustave Boillot. Doté d'un chantier (pour la scierie) vers 1883 puis agrandi vers 1891, le site ferme à l'issue de la première guerre mondiale. Il est repris par Gustave Prélot, négociant à Saint-Hippolyte, puis vers 1922 par Léon Brechet, de Pont-de-Roide, qui le modifie pour y construire une fabrique de scies (à bras, circulaires, à ruban, etc.). Dotée d'une turbine hydraulique et occupant une quinzaine d'ouvriers, cette usine est exploitée par les Etablissements métallurgiques du Dessoubre. Elle ferme à la fin des années 1920 ou au début de la décennie suivante, et passe en 1933-1934 à Joseph Roussey. Aidé par son frère Jules, ce dernier a repris au début des années 1930 la fabrique de chaises créée vers 1920 par Xavier Schonecker, à Charmoille (au 13 rue du Conot, cadastre 2015 AC 180). Charmoille est alors (et jusque dans les années 1960) spécialisé dans la fabrication des chaises et des bancs, et compte trois chaiseries : celle des frères Roussey, de Michel Roussey et de Paul Huot-Marchand. Joseph Roussey transfère son affaire (la Fabrique de Chaises Roussey Frères) sur le site de la Voyèze, s'associe avec un M Brûlé (Jules repartant assez rapidement à Charmoille) et agrandit l'usine. Comptant une vingtaine de personnes, la société passe en 1955 à son gendre Léon Bernardot, qui la transforme en SA en janvier 1971. Le site connaît un incendie dans les années 1980, qui voient la construction (entre 1982 et 1988) du magasin en aval du barrage et l'extension (entre 1988 et 1990) de celui juste en amont. La partie centrale est refaite en 1990 (elle abrite la turbine, désaffectée, profitant d'une hauteur de chute de 2,20 m environ qui assure un droit d'eau de 100 KW). Durant la même décennie, le logement d'ouvriers (signalé sur le plan cadastral napoléonien) se trouvant contre le talus de l'autre côté de la route est démoli et le bâtiment le plus en amont (actuel logement patronal, lui aussi attesté sur le plan napoléonien) est modifié par l'aménagement d'un étage carré dans l'ancien comble et le percement de la façade occidentale. La SA Meubles Bernardot (au capital de 45 734 €) est toujours en 2013 une entreprise familiale, dirigée par quatre frères et soeurs. Elle emploie 37 personnes (dont 8 à l'usine) et compte six établissements : outre l'usine de la Voyèze (qui assure 10 % du volume des ventes), des magasins commerciaux à Audincourt, Montbéliard et Voujeaucourt (Doubs), Andelnans (Territoire de Belfort) et Illzach (Haut-Rhin).

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principalelimite 18e siècle 19e siècle, 1er quart 20e siècle, 4e quart 20e siècle
  • Principale2e quart 20e siècle

Description

Le site comporte trois ensembles de bâtiments, d'amont en aval : le logement patronal, le magasin de commerce et la fabrication. Le premier a des murs en moellons calcaires enduits, comporte un étage de soubassement et un étage carré et est coiffé d'un toit à demi-croupes (celle à l'ouest remplacée par un pignon) protégé par des tuiles mécaniques. Le magasin au plan en L a des murs en béton enduit, avec essentage de planches par endroits, notamment pour l'extension vers l'aval réalisée en pan de bois. Il est en rez-de-chaussée et coiffé d'un toit à longs pans et pignons couverts, avec tuiles mécaniques, prolongé par un appentis recouvert en ciment amiante. L'usine associe des corps de bâtiments à murs en béton enduit ou en pan de fer essenté de tôles, celui en amont muni d'un étage carré et les autres en rez-de-chaussée. Les toitures sont à longs pans et pignons couverts (découvert côté sud pour le premier) ou en appentis, la couverture en ciment amiante ou en tôle (pour les plus récents).

Afficher les données détaillées

  • Murscalcaire / moellon / enduit / bois / pan de bois / essentage de planches / béton / enduit / fer / pan de fer / essentage de tôle
  • Toittuile mécanique / ciment amiante en couverture / métal en couverture
  • Étagesétage de soubassement / rez-de-chaussée surélevé / 1 étage carré
  • Couvrementscharpente métallique apparente
  • Élévationsélévation à travées
  • Couverturestoit à longs pans / demi-croupe / pignon couvert / pignon découvert / appentis / noue
  • Escaliersescalier dans-oeuvre
  • Énergiesénergie hydraulique / produite sur place / énergie électrique / produite sur place / énergie électrique / achetée

Documentation

Documents d’archives

  • 3 P 590 Cadastre de la commune de Vauclusotte (1812-1968)3 P 590/1 : Registre des états de sections (1812) 3 P 590/2-3 : Matrices cadastrales des propriétés bâties et non bâties (19e siècle)3 P 590/4 : Matrice cadastrale des propriétés bâties (1882-1910) 3 P 590/6 : Matrice cadastrale des propriétés bâties (1911-1968)
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 3 P 590
  • 7 S 97 Hydraulique. Moulin et usines. Dossiers communaux (1819-1867)
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 7 S 97
  • Sp 1270 Fonds des Ponts et Chaussées. Service hydraulique. Police des eaux - usines (1818-1895)
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : Sp 1270
  • Statistique de l'utilisation de la force motrice des eaux. In Annuaire départemental du Doubs pour 1852, 40e année, 1851, p. 103-158.

Documents figurés

  • 3 P 795 Plan cadastral parcellaire de la commune de Vauclusotte [...] terminé sur le terrain le 28 octobre 1810 [...] par M Boucher géomètre du cadastre
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 3 P 795
  • 809. Vallée du Dessoubre - La Voyèze, carte postale, par Ch. Simon, s.d. [4e quart 19e siècle, avant 1903], Ch. Simon éd. à Maîche et Ornans. Publiée dans : Vuillet, Bernard. Entre Doubs et Dessoubre. Tome II. Autour de Maîche et Belleherbe, 1990, p. 182.
    Lieu de conservation : Collection particulière : Henri Ethalon, Les Ecorces

Documents multimédias

  • Binetruy, Eric. Usine de production de Meubles Bernardot à la Voyèze (25). - S.n. : s.d. [2011 ?]. Vidéo (11 mn 17 s) mise en ligne sur YouTube le 28 avril 2011 : https://www.youtube.com/watch?v=qKkR4h_gC7o
  • Sirene, base de données de l'Insee consultable sur le site internet Score3.fr

Bibliographie

  • Courtieu, Jean (dir.). Dictionnaire des communes du département du Doubs. - Besançon : Cêtre, 1982-1987. 6 t., 3566 p. : ill. ; 24 cm.
  • Vuillet, Bernard. Entre Doubs et Dessoubre. Tome II. Autour de Maîche et Belleherbe, d'après la collection de cartes postales de Georges Caille. - Les Gras : B. Vuillet, Villers-le-Lac : G. Caille, 1990. 231 p. : cartes postales ; 31 cm.

Témoignages oraux

  • Meubles Bernardot : made in Franche-Comté. Portes ouvertes, du 12 au 22 juillet. L'Est républicain, édition du Doubs, mercredi 17 juillet 2013 : ill.
  • Bernardot Michel, Pdg de la SA Meubles Bernardot. Vauclusotte
  •  

Lien(s) web

Intérêt, protection et statut

Afficher les données détaillées

  • Statut de la propriétépropriété privée

Désignation

  • Dénomination(s)moulin à farine, scierie, usine de petite métallurgie, usine de meubles
  • Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, bureau, bâtiment d'eau, logement, magasin industriel, stationnement, magasin de commerce, barrage, silo, garage, piscine, bassin, transformateur, cour

Localisation

  • CommuneVauclusotte
  • Milieu d'implantationisolé
  • Lieu-dit Voyèze la
  • Aire d'étude et cantonPays horloger (le) - Maîche

Étude

  • Copyright© Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Poupard Laurent
  • Date de l'étude2013