Patrimoine en Franche-Comté - Atelier d'outillage Ruffion puis Grandidier

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Atelier d'outillage Ruffion puis Grandidier

Illustrations

Historique

Le bâtiment est construit vers 1926 pour Ernest Ruffion (1878-1950), dit tourneur sur métaux puis fabricant d'outils d'horlogerie. Si un Ruffion produisait des chariots de tour au village au milieu du 19e siècle, ils sont deux à être mentionnés comme fabricants de burins fixes au début du siècle suivant : Ernest en 1908 et Louis en 1910 (qui réalise aussi des fers à souder dans une ferme aujourd'hui démolie et remplacée par la maison au 7 rue de Pontarlier). Ernest, qui est ensuite dit fabricant d'outils d'horlogerie, s'associe en 1914 avec Joseph Chopard, gendre d'Abel Feuvrier ; ils produisent dans les années 1920 tourets à percer, mandrins, pinces à morille, fixe-épingles de cravates, brucelles à griffes, etc. Après le décès d'Ernest en 1950, l'atelier passe à son fils Pierre (1914-1997) et au beau-frère de ce dernier, Simon Moyse (1905-2001), qui s'associe avec lui ; la production consiste notamment en outillage et épingles à chapeau. L'affaire compte 7 ou 8 personnes dans les années 1960 et utilise des machines actionnées à l'aide de courroies. Vers 1975, l'un des ouvriers, Jean Grandidier (1929-2010), achète les parts de Moyse (soit 50 % de l'affaire), qui fabrique de l'outillage à main pour les horlogers, bijoutiers et orfèvres, des brucelles, des mandrins à main, des pinces aux vis de balancier, des épingles à chapeau, etc. Pierre Ruffion prend sa retraite vers 1979 et Jean Grandidier associe son fils Sylvain à l'entreprise, qui devient Grandidier Père et Fils (ce sera une Sodex puis une Sarl, une SA et actuellement une SAS). Employant 9 personnes au maximum, la société, dont la production est en baisse constante, connaît en 1984 une crise qui entraîne des licenciements et une reconversion dans le décolletage, avec des machines à commandes numériques. Elle a acquis vers 1992 l'affaire de Gaston Moyse (au 34 Grande Rue) produisant baguiers et triboulets pour les bijoutiers, huit-chiffres, etc., et celle de Félix Vuillet (9-11 rue de l'Abbé Monnin), spécialisé dans les andouilloirs pour bijoutiers (outils à extrémité conique creuse servant à sertir une pierre précieuse en resserrant les griffes du chaton). Ne pouvant se développer sur place, elle quitte en 1993 les lieux pour l'usine d'Hubert Drezet, plus grande et récente, sur la commune de Grand'Combe-Châteleu (au 14, les Grands Saules). Le bâtiment a été converti en maison, avec fermeture de certaines de ses fenêtres multiples.

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principale2e quart 20e siècle

Dates

  • 1926daté par source

Description

Le bâtiment, aux murs de moellons calcaires enduits, a un plan en T renversé, avec le corps principal parallèle au ruisseau et à la route et un corps secondaire en retour à l'ouest. Il est couvert d'un toit à longs pans et pignons couverts, avec tuiles mécaniques. Il compte trois niveaux (étage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé et étage en surcroît), desservis par un escalier dans-oeuvre et par un escalier extérieur indépendant droit en béton. Ses fenêtres multiples ont partiellement été bouchées. Le bûcher récent, à gauche du pont, est en pan de bois essenté de planches avec le même type de couverture que l'atelier.

Afficher les données détaillées

  • Typologiesbaie multiple
  • Murscalcaire / moellon / enduit
  • Toittuile mécanique
  • Étagesétage de soubassement / rez-de-chaussée surélevé / étage en surcroît
  • Élévationsélévation à travées
  • Couverturestoit à longs pans / pignon couvert / noue
  • Escaliersescalier dans-oeuvre
  • Énergiesénergie électrique / achetée

Documentation

Documents d’archives

  • 3 P 298 Cadastre de la commune des Gras, 1814-1967- 3 P 298 : Atlas parcellaire (11 feuilles), dessin (plume, lavis), par les géomètres du cadastre Vergne et Garcin, 1816- 3 P 298/1 : Registre des états de sections (1816-1818)- 3 P 298/2, 5 : Matrice cadastrale des propriétés bâties et non bâties, 1822-1875- 3 P 298/3-4 : Matrice cadastrale des propriétés bâties et non bâties, 1876-1914- 3 P 298/6 : Matrice cadastrale des propriétés bâties, 1882-1910- 3 P 298/7 : Matrice cadastrale des propriétés non bâties, 1914-1967- 3 P 298/8 : Matrice cadastrale des propriétés bâties, 1911-1967
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 3 P 298

Bibliographie

  • Laithier, René. Fabricants d'outils pour horlogers bijoutiers de la commune des Gras. Les artisans de la fin du 19e à la fin du 20e siècle. - 1990. 4 f. dactyl. Porte la mention : "Liste non exhaustive établie en 1990, par René Laithier, les Epaisses, Les Gras".
    Lieu de conservation : Collection particulière : Rémy Cerf, Les Gras

Documents multimédias

  • Monneret, Christian. Recherches généalogiques. Accessibles en ligne sur le site de Geneanet : http://gw.geneanet.org/

Témoignages oraux

  • Grandidier Sylvain, directeur de la société Grandidier. Grand'Combe-Châteleu
  • Petitjean Guy, ancien propriétaire de la maison Georges Vernier, commerce de fournitures et outils d'horlogerie. Les Gras
  • Tisserand Roger, fils d'Arsène Tisserand, ancien agriculteur. Les Gras
  •  

Intérêt, protection et statut

Afficher les données détaillées

  • Statut de la propriétépropriété d'une personne privée

Désignation

  • Dénomination(s)atelier
  • Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, bûcher, passerelle, pont, jardin potager, escalier indépendant

Localisation

  • CommuneLes Gras
  • Adresse 3 Grande Rue
  • Milieu d'implantationen village
  • Aire d'étude et cantonPays horloger (le) - Morteau

Étude

  • Copyright© Région Bourgogne-Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Poupard Laurent
  • Date de l'étude2016