Patrimoine en Franche-Comté - Présentation de la commune de Ray-sur-Saône

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Présentation de la commune de Ray-sur-Saône

70 - Ray-sur-Saône
Dossier IA70000834 réalisé en 2016

Superficie

Superficie totale = 788 ha, dont 368 ha boisés. En 1973, le Nouveau dictionnaire des communes de la Haute-Saône signale la présence de vigne (4 ha).

En 1866, Louis Suchaux mentionne, dans son dictionnaire de la Haute-Saône, "trois maisons situées à 500 m. du village, et appelées l'une le Bac, l'autre Sainte-Anne, la troisième les Baraques."

Géologie

Des gravières sont signalées par Louis Suchaux en 1866.

En 1973, le Nouveau dictionnaire de la Haute-Saône mentionne des "Alluvions modernes dans le cours de la rivière. Alluvions anciennes le long du cours de la rivière et aux emplacements des Bois des Dames et du Haut. Au centre du finage, et au nord-est, lambeaux de calcaires du Séquanien, de calcaires et marno-calcaires du Kimméridgien et calcaires lacustres de la Vaivre." Il indique aussi la présence de minerai de fer pisolithique et des gravières "tout près du village."

Hydrologie

Le cadastre de 1831 mentionne une fontaine au lieu-dit "La Fontaine des Ormois " dont les vestiges (deux bassins entourés d'un pavage) sont encore visibles.

Paysages et environnement

Le village de Ray est situé dans le cours moyen de la vallée de la Saône. La rivière s'écoule lentement par de beaux méandres d'un bord à l'autre de ses rives, mais elle est sujette à des débordements qui inondent les prés. Jusqu'à la fin du 19e siècle, le transport des marchandises et des hommes s'effectue à l'aide d'un bac. La maison du gardien (cadastrée 2015 C 142), en direction de Vellexon, et le lieu-dit Prés du Bac existent toujours. L'accident du 14 mars 1853, qui fit 16 victimes, incita la municipalité à entreprendre la construction d'un pont, édifié en 1875. Détruit durant la seconde guerre mondiale, ce pont est reconstruit en 1947.

Population

Le Nouveau dictionnaire des communes signale 549 habitants en 1790, 578 en 1815, 632 en 1841, 510 en 1861, 509 en 1881, 371 en 1906, 305 en 1936, 278 en 1962 et 250 en 1968.

Historique

Louis Suchaux rapporte que le nom de Ray provient de l'étymologie celtique : Reh = roc ac = rivière. L'auteur de la notice du Nouveau dictionnaire des communes de la Haute-Saône avance prudemment l'hypothèse suivante : "Représente peut-être un nom de personne d'origine germanique Rado, employé avec suffixe gallo-romain -iacum."

Ce même auteur signale la découverte d'une cachette de l'âge du bronze final (ces objets sont conservés au château). D'où l'hypothèse de certains historiens que le château occuperait l'emplacement d'un poste établi à l'époque romaine (et peut-être antérieurement) pour surveiller le passage de la Saône.

Au 14e siècle, le bourg castral est mentionné à l'intérieur de l'enceinte fortifié sur le plateau dominant la Saône et, en contrebas, la villa qui s'est construite autour de l'église paroissiale Saint Pancrace et du cimetière. Le bourg castral sera détruit lors de la guerre de Dix Ans (épisode comtois de la guerre de Trente Ans) et le village prendra l'avantage, sur le plan religieux : création d'un collège de chanoines par Guy de Ray le 13 février 1341 dans l'église Saint-Pancrace ; sur le plan économique : présence de foires et marchés, créations des halles (détruites après 1831) sur la place actuellement dénommée place Gabrielle de Salverte (maire de 1955 à 1987) ; et sur le plan politique : construction de la mairie et école de garçons en 1882, donnant aussi sur cette place, véritable coeur du village.

La commune est membre de la Communauté de Communes des Quatre Rivières, intercommunalité crée en 1996.

Par la qualité architecturale de ses édifices (château, église paroissiale, demeures dont la demeure du Chapitre), Ray bénéficie du label de Cité de Caractère de Bourgogne-Franche-Comté.

Économie

En 1866, Louis Suchaux signale un moulin établi sur la Saône. Supprimé au cours de la décennie suivante, il est remplacé entre 1927 et 1929 par une centrale hydroélectrique (moulin à farine, actuellement centrale hydraulique).

Les riches terres alluviales qui bordent la rivière sont consacrées aux cultures. En 1973, la vigne représente 4 ha (Nouveau Dictionnaire des commune de la Haute-Saône). La toponymie a gardé la mémoire de cette culture abandonnée à la suite de la crise du phylloxéra au 19e siècle : les Vignes du Haut, la Grande Vigne, la Vigne de Sainte-Anne près de la chapelle du même nom, Sur les Vignes de Ferrières...

Actuellement, le tourisme est en voie de développement grâce au tourisme fluvial et à la vélo-route "Charles le Téméraire" (reliant le Luxembourg à Lyon).

Infrastructures

Le bourg est traversé par la R.D 27.

Illustrations

Documentation

Bibliographie

  • Barbier, Marylise. Le bourg castral de Ray-sur-Saône. Société d'Agriculture, Lettres, Sciences et Arts de la Haute-Saône, 2006, n° 64, p. 1-14 : ill. Supplément au n° 64.
  • Blanchot, Charles. Notes et documents sur un coin de frontière franc-comtoise. Société d'Agriculture, Lettres, Sciences et Arts de la Haute-Saône, 1890, n° 21, p. 107-138.
  • Conseil d'architecture, d'urbanisme et de l'environnement de Haute-Saône. Atlas des paysages de Franche-Comté. [III] Haute-Saône. - Besançon : Néo éd., [2001]. 379 p. : ill. + 6 transparents ; 34 cm.
    Lieu de conservation : Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine, Besançon  - Cote du document : R.US.3540
  • La Haute-Saône : nouveau dictionnaire des communes. Tome V, [Le Pont-de-Planches - Le Val Saint-Eloi].-Vesoul (70) : Société d'agriculture, lettres, sciences du arts de la Haute-Saône, 1972
    Lieu de conservation : Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine, Besançon  - Cote du document : R. US 158
  • Suchaux, Louis. Département de la Haute-Saône. Dictionnaire historique, topographique du statistique (de Lp à Z) : vol. 2 . - Paris : Res Universis, 1991
    Lieu de conservation : Région Bourgogne-Franche-Comté, Inventaire et Patrimoine, Besançon  - Cote du document : R.US.4299
  •  

Désignation

  • Aires d'études Val de Saône

Étude

  • Copyright© Région Bourgogne-Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Hamelin Liliane
  • Date de l'étude2015

Localisation