Patrimoine en Franche-Comté - Machine à découper par poinçon, à emboutir et à estamper (presse à balancier Douge)

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Machine à découper par poinçon, à emboutir et à estamper (presse à balancier Douge)

1 rue Labbé
25 - Besançon
Dossier IM25005220 réalisé en 2011
Edifice : école professionnelle dite École nationale d'Horlogerie puis lycée polyvalent Jules Haag  (Référence : IA25000690)

Illustrations

Historique

La presse a été fabriquée dans la première moitié du 20e siècle par la société Douge Frères. Celle-ci est née en 1881 lorsque Aimable Douge, mécanicien à Voray-sur-l'Ognon (Haute-Saône), ouvre un atelier de construction mécanique à Besançon, au 6 Faubourg Tarragnoz, dans une dépendance du moulin de Tarragnoz (voir ce dossier : IA25000419). Les frères Douge reprennent en 1896 la fonderie Saint-Ève, rue des Frères Mercier, et y transfèrent leur atelier avant de construire place Leclerc une usine dotée d'un cubilot. Une deuxième unité est ouverte dans les années 1920 de l'autre côté de la voie ferrée, avenue de Montrapon et rue Weiss, dédiée à la fabrication de moteurs thermiques puis, après la deuxième guerre mondiale, de tracteurs (marque Messidor). La société disparaît en 1975 mais l'usine de la place Leclerc a peut-être été détruite dès 1962.

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principale1ère moitié 20e siècle

Auteurs

Origine

  • lieu d'exécutionFranche-Comté, 25, Besançon,

Description

Pouvant découper ou mettre en forme des pièces pour l'horlogerie, la presse à balancier était, les derniers temps, utilisée pour tester des outils de presse (poinçons ou matrices) ou de montage. Elle fait appel à la fonte pour son bâti massif en forme de U renversé et les poids aux extrémités du balancier, et à l'acier pour les autres pièces (vis, coulisseaux, levier du balancier, etc.). Elle repose sur un socle tronconique en fonte, ouvert d'un coté, dont le plateau supérieur est muni d'un rebord.

Afficher les données détaillées

  • Précision dimensions

    Dimensions totales : h = 162, la = 111, pr = 56. Dimensions sans le socle : h = 83.

  • Catégorieshorlogerie / enseignement
  • Structuresfonctions successives / produit élaboré d'origine minérale / solide en masse / produit semi-fini
  • Matériauxacier / fonte de fer
  • Inscriptionsinscription concernant le fabricant / fondu / en relief / sur partie rapportée / inscription concernant le lieu d'exécution / fondu / en relief / sur partie rapportée / graduations / gravé / sur l'oeuvre
  • Précisions sur les inscriptions

    Inscriptions en relief sur une plaque vissée sur le bâti : Douge Frères / Mécaniciens / Besançon. Graduations gravée sur la circonférence de l'arbre formant la partie supérieure de la vis : de 0 à 39 avec les chiffres 0, 10, 10 et 30.

Documentation

Bibliographie

  • La société Douge. L'Écho du Bousbot, n° 34, avril 2010, [p. 3-4] : ill., n° 35, juillet 2010, [p. 3-4] : ill., n° 36, octobre 2010. L'Écho du Bousbot est le journal de l'Association Patrimoine Sainte-Madeleine, de Besançon

Témoignages oraux

  • Jacoutot François, chef des travaux du lycée Jules Haag, à Besançon
  •  

Désignation

  • Dénomination(s)machine à découper par poinçon, machine à emboutir, machine à estamper

Localisation

  • CommuneBesançon
  • Adresse 1 rue Labbé
  • Milieu d'implantationen ville
  • Aire d'étude et cantonBesançon faubourg

Étude

  • Copyright© Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Poupard Laurent
  • Date de l'étude2011

Localisation