Patrimoine en Franche-Comté - Montre-bracelet électromécanique de la gamme Lip Electronic dite montre du Général de Gaulle

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Montre-bracelet électromécanique de la gamme Lip Electronic dite montre du Général de Gaulle

Illustrations

Historique

Cette montre pour homme de marque Lip a été fabriquée en 1985 par la société Léon-Georges Petit, de Charquemont, pour Michel Simonin en remerciement de différents services.

Lip SA d'Horlogerie est issue d'une affaire fondée en 1867 à Besançon (au 14 Grande Rue) par Emmanuel Lipmann, devenue SA d'Horlogerie Lipmann Frères en 1893 (avec les enfants d'Emmanuel : Ernest 1869-1943 et Camille 1872-1947), installée en 1907 dans une nouvelle manufacture dans le quartier de la Mouillère (rue des Chalets). Transformée en Lip SA d'Horlogerie en 1931, elle exploite diverses marques déposées (Lip en 1908, Sam en 1929, Dauphine en 1957, Souveraine en 1958, etc.) et, après la deuxième guerre mondiale, fait largement appel pour le montage de certaines gammes aux fabricants du Haut-Doubs (tels Relliac et Léon-Georges Petit par exemple), travaillant en sous-traitance pour elle. Elle s'est dotée en 1960 d'une usine ultra-moderne dans le quartier de Palente (chemin de Palente), où elle disparaîtra dans les années 1970 (1973 et 1976). Après son second dépôt de bilan en 1976, les repreneurs se succèdent : coopérative Les Industries de Palente (1977-1987), Société mortuacienne d'Horlogerie (Kiplé) de Jacques Bouhelier, qui possède la marque Lip de 1984 à 1990, puis Lip France (à Auch puis Lectoure, dans le Gers) de Jean-Claude Sensemat, qui reprend la marque à cette date. Toutes ces entreprises exploitent la marque et poursuivent la production des modèles existants ou en créent de nouveaux. C'est ainsi que la gamme Général de Gaulle, à laquelle se rattache la montre, compte aujourd'hui 19 modèles.

La "montre du général" est issue des recherches initiées par Fred Lip (1905-1996), fils d'Ernest, directeur technique de la société en 1936 puis son directeur en 1944.

Privilégiant la qualité et la précision, ce dernier envisage dès 1946 de fabriquer des montres électriques. A la suite des travaux de son laboratoire de recherches, il présente en 1952 la première montre électrique du monde (commercialisée à partir de 1958) puis en 1968 son premier prototype de montre à quartz (commercialisée en 1975). Le nouveau calibre électromécanique R 27, qui équipe les montres "Electronic" vendues à partir de 1958, est toutefois trop coûteux et trop volumineux (il est muni de deux piles). Un nouveau calibre pour homme - le R 148 - est donc conçu en deux ans par une équipe dirigée par Jean Georges Laviolette et réunissant un ingénieur chronométrie (Jean Pommier), un dessinateur (Roland Guerber) et deux prototypistes mécaniciens (Jean Tortey et Jean Ubbiali). Ce calibre équipe des montres commercialisées aux Etats-Unis à la fin de 1962 puis en Europe l'année suivante. Il est décliné à partir de 1964 sous la forme du R 184 (ou Datolip), muni d'un quantième, qui le remplace à partir de 1967.

Fidèle à son habitude, Fred Lip fait de la publicité pour son entreprise en offrant en décembre 1958 deux montres électriques au général de Gaulle (1890-1970), élu président de la République française le 21 de ce mois, puis quelques semaines plus tard au général Eisenhower (1890-1969), président des Etats-Unis de 1953 à 1961. Ces montres sont animées par un mouvement R 27 mais ce sera ensuite un R 184 qui sera utilisé puis un mouvement à quartz pour la gamme Général de Gaulle (GDG) de Lip France. La montre fabriquée pour Michel Simonin par Léon-Georges Petit, sous-traitant de Lip, utilise pour sa part des pièces d'origine (ici un R 184), acquises lors de la faillite de Lip SA d'Horlogerie. Pour rappeler cette histoire, M Simonin a modifié un étui en bois existant, dont il a orné le couvercle d'inscriptions et dessins, afin de servir d'écrin à sa montre.

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principale4e quart 20e siècle

Dates

  • 1985daté par tradition orale

Auteurs

Origine

  • lieu d'exécutionmaison et atelier d'horlogerie, puis usine d'horlogerie (usine de montres) Léon-Georges Petit et Cie, Charquemont

Description

Cette montre pour homme de la série Electronic utilise un mouvement électromécanique Lip R 184 (ou Datolip) : calibre 11 1/2 lignes (26 mm de diamètre), entretien et régulation électrique du mouvement du balancier-spiral battant avec une fréquence de 18 000 alternances/heure (2,5 Hz), calendrier à guichet (à 3 heures) et seconde au centre directe, une pile de 1,5 V. Le boîtier, muni d'un bracelet en cuir marron, est en laiton doré (à l'exception du fond), issu de l'usine de Palente ou fourni par la société allemande PUW (Pforzheimer Uhrenrohwerke, ou Ebauches de Pforzheim) ; la glace semble en matière plastique. En référence à la montre offerte au général de Gaulle, Michel Simonin a gravé une inscription sur le fond, et adapté et orné un étui en bois feuillu (chêne ?).

Afficher les données détaillées

  • Dimensions
  • Précision dimensions

    Dimensions hors tout (en mm) de la montre avec son bracelet : L = 235, la = 36. Dimensions de la boîte munie de sa glace : L = 41, la = 37, h = 12,5. Dimensions de l'étui : L = 270, la = 70, h = 17.

  • Catégorieshorlogerie
  • Matériauxlaiton / acier / alliage spécial / matériau de synthèse / cuivre / cuir / bois feuillu indigène
  • Représentationsfoudre / sur couvercle / pièce mécanique / sur couvercle
  • Précisions sur la représentation

    Le couvercle de l'étui est orné de la représentation de deux aiguilles, rappelant un cadran de montre dont les index sont simulés par 6 clous à tête dorée, surmontant le dessin d'un éclair, le tout pyrogravé et doré.

  • Inscriptionsinscription concernant le lieu d'exécution / sur l'oeuvre / peint / marque déposée / sur l'oeuvre / peint / en creux / logotype / sur l'oeuvre / gravé / inscription concernant le destinataire / sur l'oeuvre / gravé
  • Précisions sur les inscriptions

    Le cadran porte, peints en noir, à 12 h la marque Lip surmontant un éclair, au-dessus des 6 h le nom du modèle (ELECTRONIC) et de chaque côté du repère correspondant l'inscription : MADE IN / FRANCE. Le logotype utilisé dans les années 1960 est gravé sur le fond : les armoiries de Besançon (d'or à l'aigle de sable, tenant de ses serres deux colonnes de gueules brochant sur les ailes) surchargées de deux aiguilles. Le fond aussi porte, également gravée, l'inscription ainsi transcrite : Montre du général / G. La marque Lip est marquée en creux au revers du bracelet, avec le chiffre 18 imprimé. Le couvercle de l'étui est orné, outre de la représentation d'aiguilles de montre et d'un éclair, avec l'inscription pyrogravée : Montre offerte / Lip / au Gal de Gaule -.

Documentation

Documents d’archives

  • Lip Electronic R.148 [notice d'entretien]. - S.l. [Suisse] : s.n. [Lip SA d'Horlogerie], s.d. [années 1960]. 32 p. : ill. Document accessible sur internet (http://watchesz.free.fr/mfa/notice_technique_r148.htm)
  • Catalogue des fournitures des mouvements français de montres. 2e éd. - Paris : Centre d'Information de la Montre française, 1973. 2 classeurs, non paginés : ill. ; 32 cm.1ère éd. en 1968, mises à jour en octobre 1970, mai 1971, juin 1972 et juillet 1973. Fiches techniques donnant pour chaque calibre (mouvement), et ses variantes, ses caractéristiques techniques et la liste des fournitures le composant.

Documents figurés

  • Chaîne de montage et présentation de la montre Electronic par Fred Lip, photogr., s.d. [1954]. In : Panorama de l'industrie horlogère mondiale – S.l. [Besançon] : Etablissements Lip, 1954, n.p.
  • Mécanisme de la montre Electronic, dessin, s.d. [1954]. In : Panorama de l'industrie horlogère mondiale – S.l. [Besançon] : Etablissements Lip, 1954, n.p.
  • La montre Electronic, photogr., 1956. In : Une visite aux usines Lip. - Besançon : Lip, s.d. [1956]. Brochure distribuée aux personnes qui avaient visité l'usine Lip, expliquant les diverses phases de la production des montres.
  • [Dessin du mouvement Lip R 184], dessin imprimé, s.n., s.d. [1973]. Publié dans : Catalogue des fournitures des mouvements français de montres. 2e éd., 1973, fiche technique correspondante, p. 1.
  • Calibre 11 1/2''' - R 184 Electrique - Calendrier - 14 rubis [éclaté des fournitures], dessin imprimé, s.n., s.d. [1973]. Publié dans : Catalogue des fournitures des mouvements français de montres. 2e éd., 1973, fiche technique correspondante, p. 2.

Bibliographie

  • Auschitzky Coustans, Marie-Pia. Lip, des heures à conter. - Seyssinet : Libris, 2000. 190 p. : ill. ; 26 cm.

Documents multimédias

  • Ranfft, Roland. [Notice technique sur le calibre] Lip R148. - S.d. [1er quart 21e siècle]. Document accessible sur internet sur le site de Roland Ranfft (Ranfft Watches), à l'adresse http://www.ranfft.de/cgi-bin/bidfun-db.cgi?10&ranfft&&2uswk&Lip_R148
  • Ranfft, Roland. [Notice technique sur le calibre] Lip R184 (Datolip 148). - S.d. [1er quart 21e siècle]. Document accessible sur internet sur le site de Roland Ranfft (Ranfft Watches), à l'adresse http://www.ranfft.de/cgi-bin/bidfun-db.cgi?10&ranfft&&2uswk&Lip_R184

Témoignages oraux

  • Simonin Michel, ancien horloger, auteur de livres sur Maîche et l'horlogerie du Haut-Doubs. Maîche
  •  

Annexe(s)

  • Fiche technique du calibre Lip R 148 [+]
  • Fiche technique du calibre Lip R 184 [+]

Désignation

  • Dénomination(s)montre

Localisation

  • CommuneMaîche
  • Aire d'étude et cantonPays horloger (le) - Maîche

Étude

  • Copyright© Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Poupard Laurent
  • Date de l'étude2015