Patrimoine en Franche-Comté - Maison et atelier d'horlogerie Fallet et Joriot

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

Accès aux dossiers d'inventaire

Retour

Maison et atelier d'horlogerie Fallet et Joriot

4 rue du Doubs
25 - Villers-le-Lac
Dossier IA25001456 réalisé en 2016

Illustrations

Historique

La maison est bâtie vers 1894 pour François Xavier Richard ou Arthur Bonnet, à un emplacement où s'élevait déjà en 1817 une habitation (cadastrée F 240) appartenant à François Aîné et détruite par la suite. L'horloger Arthur Bonnet est à l'origine vers 1898 d'un deuxième bâtiment (F 237), situé en dessous, qui deviendra la fabrique Camille Joriot puis Magister. Ces deux bâtisses passent au tout début du 20e siècle à un autre horloger, Paul Moutarlier, maire de Villers-le-Lac de 1893 à 1919, qui vient de faire construire juste à côté (actuel 10 rue du Maréchal Foch). La maison connaît ensuite divers propriétaires : Gaston Labourey au milieu de la décennie 1900, Paul Alphonse Zimmermann vers 1916, le fabricant d'horlogerie Ernest Fallet (marié en 1913 avec Reine Carteron) vers 1927 puis quarante ans plus tard sa veuve et son fils Marcel. Suisse, né en 1887 à La Chaux-de-Fonds, Fallet est naturalisé Français en 1926. C'est certainement lui qui aménage les fenêtres multiples éclairant l'étage en surcroît (sur les vues anciennes, le pignon oriental est percé de deux fenêtres normales). Il est associé avec René Joriot (1915-1995, né aux Brenets en Suisse), lointain parent de Camille Joriot, petit-fils de Florian Joriot (1843-1920) et descendant de l'un des premiers horlogers du lieu Jean-Baptiste Joriot (1764-1831). La Sarl Horlogerie soignée Fallet et Joriot (au capital de 50 000 F), créée le 15 novembre 1940, est une petite structure : elle réunit Ernest Fallet, sa femme et son fils, René Joriot et sa femme (née Rüfer), et suivant les besoins deux ou trois personnes à domicile. Elle achète et fait enregistrer le 31 octobre 1940 la marque Priorita, qui a déjà tout une histoire : déposée le 6 décembre 1911 par Léon Couturier, fabricant d'horlogerie à Morteau, elle est aussi utilisée par deux sociétés suisses : Frossard, Nicod et Cie, de Porrentruy, qui l'enregistre en 1906, et Juvénia (société fondée en 1860 par l'Alsacien Jacques Didisheim), de La Chaux-de-Fonds, pour ses montres à destination de l'Amérique du Sud. Exploitant également une deuxième marque (Rerfa), Fallet et Joriot se disent successeurs de la maison Fallard et Cie (établi en 1920 rue Proudhon à Besançon, Paul Fallard est un temps propriétaire de la marque Priorita). Au début de la deuxième guerre mondiale, la Sarl qui a repris les ouvriers de Moutarlier emploie de 5 à 8 personnes, travaillant pour la plupart à domicile. Ses statuts sont modifiés le 1er janvier 1947 lorsque Fallet se retire de la gérance et son capital social passe à 250 000 F (puis 300 000 F en 1950). Elle est toujours comptée dans la catégorie de 0 à 10 salariés en 1965 et disparaît en 1971, après une mise en liquidation à l'amiable le 30 juin (les associés sont alors René Joriot, Reine et Marcel Fallet). René Joriot poursuit la fabrication avec sa femme jusqu'en 1979, date à laquelle il prend sa retraite. Il vend le 5 juillet 1979 son fonds de commerce et la marque Priorita aux Ets Fornage et Fils (établis au 7 rue de l'Horlogerie). Le bâtiment est redevenu une simple habitation.

Afficher les données détaillées

Périodes

  • Principale4e quart 19e siècle

Description

La maison a des murs en moellons calcaires enduits (avec essentage de planches en partie haute des pignons), un étage de soubassement, un rez-de-chaussée surélevé et un étage en surcroît, desservis par un escalier dans-oeuvre, le tout coiffé d'un toit à longs pans, pignons couverts et tuiles mécaniques. L'étage en surcroît est ouvert de fenêtres multiples à encadrement en briques en arc segmentaire : une à 3 baies à l'ouest et une à 4 baies à l'est.

Afficher les données détaillées

  • Typologiesbaie multiple
  • Murscalcaire / moellon / enduit / essentage de planches
  • Toittuile mécanique
  • Étagesétage de soubassement / rez-de-chaussée surélevé / étage en surcroît
  • Élévationsélévation à travées
  • Couverturestoit à longs pans / pignon couvert
  • Escaliersescalier dans-oeuvre
  • Énergiesénergie électrique / achetée

Documentation

Documents d’archives

  • 3 P 628 Cadastre de la commune de Villers-le-Lac, 1817-1973- 3 P 628 : Atlas parcellaire (18 feuilles), dessin (plume, lavis), par les géomètres du cadastre Vial et Girardier, 1817- 3 P 628/1-2 : Registre des états de sections (1817 ?) - 3 P 628/3-4 : Matrices cadastrales des propriétés bâties et non bâties, 1822-1910- 3 P 628/5 : Matrice cadastrale des propriétés bâties, 1882-1910- 3 P 628/10-12 : Matrice cadastrale des propriétés bâties, 1911-1973
    Lieu de conservation : Archives départementales du Doubs, Besançon  - Cote du document : 3 P 628

Documents figurés

  • 653 - Frontière franco-suisse - Lac-ou-Villers - Vue prise des Bassots, carte postale, par Francis Grux, s.d. [1er quart 20e siècle, avant 1908], Francis Grux peintre-éditeur à Maîche
    Lieu de conservation : Collection particulière : Henri Ethalon, Les Ecorces
  • 57 - Villers-le-Lac [vue d'ensemble, depuis l'est], carte postale, s.n., s.d. [1er quart 20e siècle, entre 1908 et 1914 ?], L. A. Haldimann-Pasche éd.
    Lieu de conservation : Collection particulière : Jean-Claude Vuez, Villers-le-Lac
  • 360. Villers-le-Lac [les rues du Doubs et du Lac vues de la rive droite], carte postale, s.n., s.d. [années 1920 ?]. Publiée dans : Vuillet, Bernard. Le val de Morteau et les Brenets en 1900. - 1978, p. 116.

Bibliographie

  • Les établissements horlogers en France. - S.l. : s.n., mars 1965. 17 p. ronéotypées ; 20 cm.
    Lieu de conservation : Collection particulière : Michel Simonin, Maîche
  • Joriot, Marc. Horlogerie Joriot. - S.l. : s.n. [l'auteur], s.d. [2013]. 11 p. ; 30 cm. Notice rédigée par le fils de René Joriot à partir d'archives familiales.
    Lieu de conservation : Collection particulière : Jean-Claude Vuez, Villers-le-Lac
  • Les pionniers de l'horlogerie à Villers-le-Lac. Horlogerie ancienne, Revue de l'Association française des Amateurs d'Horlogerie ancienne, n° 24, 2e semestre 1988, p. 37-53 : ill.
  • Ville de Lac-ou-Villers (Doubs) : Guide et souvenir de l'exposition horlogère et artisanale organisée par les élèves des cours du soir du 6 au 14 mai 1944. - Morteau : Impr. André Genre, 1944. 36 p. ; 20 cm.
    Lieu de conservation : Collection particulière : Jean-Claude Vuez, Villers-le-Lac

Documents multimédias

  • Guichard, Jean-Marie. Recherches généalogiques. Accessibles en ligne sur le site de Geneanet : http://gw.geneanet.org/

Témoignages oraux

  • Droz Yves, collectionneur de pièces horlogères et fondateur du Musée de la Montre, Villers-le-Lac
  • Vuez Jean-Claude, descendant d'une famille d'horlogers, historien de la société Parrenin, Villers-le-Lac
  •  

Intérêt, protection et statut

Afficher les données détaillées

  • Statut de la propriétépropriété privée

Désignation

  • Dénomination(s)maison, atelier
  • Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, logement

Localisation

  • CommuneVillers-le-Lac
  • Adresse 4 rue du Doubs
  • Milieu d'implantationen ville
  • Aire d'étude et cantonPays horloger (le) - Morteau

Étude

  • Copyright© Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine
  • Auteur(s)Poupard Laurent
  • Date de l'étude2015