Patrimoine en Franche-Comté - En cours

Je recherche :


Afficher les résultats :
Région Bourgogne Franche-Comté
Direction Culture, sport et jeunesse - Service Inventaire et Patrimoine
Hôtel de Région - 4, square Castan CS51857 - 25031 Besançon cedex

En cours

Fortifications royales et nationales en Bourgogne-Franche-Comté du 16e siècle au 20e siècle

La  région a connu une militarisation importante au cours des siècles passés. Les fortifications font ainsi partie intégrante du paysage local et constituent un patrimoine à conserver et à valoriser.
L’enquête s’inscrit dans une opération thématique qui a pour objectif d’établir un état des lieux des édifices fortifiés et  de les cartographier.

La valorisation programmée à la fin de l'enquête, visera à sensibiliser les acteurs de la conservation du patrimoine et à mettre en valeur les sites étudiés, montrant ainsi l’importance, à l'échelle régionale, de l’architecture militaire en tant que patrimoine et facteur de dynamisme culturel et touristique.
tique.

 L'étude débute, aucun dossier n'est encore disponible en ligne. 

 

 

Lieux de spectacle en Bourgogne-Franche-Comté

Activité indispensable à toute société humaine, le divertissement a au fil du temps généré ses propres lieux, constituant un patrimoine aussi divers qu’abondant, conçu pour attirer les regards. Théâtre et cinéma sont mis à mal dans la deuxième moitié du 20e siècle. Le premier est vu comme trop élitiste et figé, alors que le spectacle doit se dérouler au plus près des spectateurs. Le deuxième fait face à de nouveaux concurrents : télévision, vidéocassette, DVD, etc.

Les salles doivent s’adapter aux nouvelles technologies et aux évolutions de la société, privilégiant les déplacements en automobile, donc les parkings. Des nouveaux pôles se créent autour d’équipements techniques plurifonctionnels comme les Zénith ou de multiplexes concentrant les salles de cinéma. L’étude de l’Inventaire vient donc à point nommé pour rappeler l’extraordinaire dynamisme de ce domaine, au patrimoine chatoyant dont il convient de conserver la mémoire.

⇒  Un exemple de théâtre : Gray

Patrimoine industriel du Pays de l’Auxois-Morvan

Comprenant 226 communes, le Pays Auxois-Morvan porte le label Pays d’art et d’histoire depuis 2006. Ce vaste territoire à forte dominante agricole, traversé par le canal de Bourgogne, est aussi marqué par la présence d’un patrimoine industriel riche et varié : métallurgie, textile, peausserie, agro-alimentaire et agroforesterie, industrie d’extraction, industrie génératrice d’énergie et produits chimiques.

En étudiant l’industrialisation du territoire du 18e siècle au 20e siècle, l’objectif est de connaître et de définir les principales caractéristiques et les traits communs de l’architecture industrielle sur l’ensemble du Pays, pour mieux contribuer à sa valorisation. Cette opération thématique est conduite en partenariat avec le Pôle d'Équilibre Territorial et Rural de l’Auxois-Morvan.

L'étude débute ; aucun dossier n'est encore disponible en ligne.

Patrimoine religieux du 20e siècle en Bourgogne-Franche-Comté

Les édifices religieux du 20e siècle constituent un patrimoine dont la diversité des formes s’explique par les nombreux évènements et évolutions qui agitent ce siècle tant sur le plan politique, géopolitique, religieux que technique ou artistique.

Ce patrimoine est un patrimoine fragile : le recul de la pratique religieuse, le coût d’entretien des édifices, la difficile conservation de certains matériaux employés au 20e siècle ont pour conséquence la désaffectation de certains lieux, voire leur destruction. Leur reconversion et leur réaffectation permettent parfois de conserver une trace de ce patrimoine.

L’étude de ce patrimoine constitué d’œuvres renommées, mais aussi d’édifices plus discrets, vient alimenter l’histoire de l’art sacré et de l’architecture religieuse du 20e siècle.

⇒  Un exemple d'église : l'église du Sacré-Coeur à Audincourt (25)

Le thermalisme en Bourgogne-Franche-Comté

Le patrimoine lié au thermalisme en Bourgogne-France-Comté présente une grande diversité qui s’explique largement par la répartition des stations thermales sur le territoire, des bords de la Loire jusqu’aux massifs du Jura et des Vosges, mais aussi par la coexistence de grands établissements dont la réputation attire les curistes dès la Renaissance, et d’établissements plus récents qui témoignent de l’essor d’un thermalisme local à partir du milieu du 19e siècle.

Comme dans le reste de la France, l’apparition d’une nouvelle clientèle après la seconde guerre mondiale (« thermalisme social ») ouvre une nouvelle période dans l’histoire du thermalisme, mais les difficultés rencontrées par certains établissements entraînent malgré tout leur fermeture. Des onze stations thermales en activité en 1914, seules cinq subsistent à la fin du 20e siècle (Bourbon-Lancy, Lons-le-Saunier, Luxeuil-les-Bains, Salins-les-Bains et Saint-Honoré-les-Bains). L’enquête sur le patrimoine du thermalisme et de sa villégiature s’inscrit dans le schéma régional de développement du tourisme et des loisirs (2017-2022). L’enquête du service Inventaire et Patrimoine permettra d’adosser un volet patrimonial à cette politique.

⇒  Un exemple de station thermale : Saint-Honoré-les-Bains